Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève: L’exposition Fourmis prolongée jusqu’au 6 janvier 2019

Museum Exposition Fourmille

Le Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève – ce plus grand musée d’histoire naturelle de Suisse – la zoothéque et la géothèque du Muséum contiennent plus de 15 millions de spécimens – a célèbré son 50e anniversaire du site de Malagnou, conçu par l’architecte Raymond Tschudin il y a 50 ans.

50 ans du Muséum à Malagnou

50 ans du Muséum à Malagnou

Pendant un an et demi, jusqu’en janvier 2018,  le musée a proposé un programme riche: des nocturnes et nuits au musée qui conjuguent conférences par des paléontologues de renom, ateliers créatifs, visites et nuitée au musée de 22h30 à 8h30 et rendez-vous scientifiques.

Près de 400’000 visiteurs et visiteuses de tous âges ont foulé le plancher du Muséum pendant cette année de célébrations. Face à ce succès, Fourmis, la grande exposition, sera prolongée d’encore une année, jusqu’au 6 janvier 2019. Pour clore les festivités en beauté, deux installations ont été développées par des artistes locaux de renommée internationale, la première conçue et développée par l’artiste Alexandre Joly et la seconde, réalisée avec la complicité de l’écrivain Joël Dicker.

L’exposition: Fourmis du 20 mai 2017 au 6 janvier 2019

Museum Exposition FourmilleAprès les dinosaures (250 000 visiteurs pour le premier volet), les fourmis sont à l’honneur. Des milliers de fourmis envahissent le Muséum: fourmis savantes cultivatrices de champignons pour faire un clin d’oeil à la fourmilière Atta présentée au Muséum de 1977 à 1984. Fourmis avec une adapation remarquable à de nombreux milieux, diversité exceptionnelle, comportements sociaux spectaculaires. Le Muséum possède la plus importante collection de fourmis au monde constitutée par Auguste Forel à la fin du 19e siècle. L’exposition Foumis propose un parcours en 7 étapes: 1 Planète des foumis – 2 Foumis à la loupe – 3 Le nid – 4 La collection de fourmis d’August Forel – 5 Société – 6 Une fourmilière Atta.

Ouvert tous les jours 10h à 17h. Exposition temporaire payante. Entrée libre chaque premier dimanche du mois.

Dicker et Joly pour un bouquet final des festivités du 50ème anniversaire du Muséum

Installation Myrmécopolis du 12 décembre 2017 au 17 juin 2018 dans l’exposition Fourmis. Au bénéfice d’une subvention d’aide à la création en art contemporain de la Ville de Genève, Alexandre Joly, artiste polyvalent dont la pratique combine sculptures et installations sonores, s’intéresse aux relations tant esthétiques, éthiques et spirituelles entre l’homme et la nature, mais aussi la technologie. Après une rencontre avec la Dr Adria Le Bœuf, spécialiste en neuroscience et biophysique en lien notamment avec les insectes sociaux, est née l’installation Myrmécopolis. Celle-ci s’apparente à la maquette d’un paysage désertique duquel émergent des architectures pyramidales évoquant une autre civilisation possible. Ce petit monde animé par deux compositions, sonore et lumineuse, illustre l’idée d’un transfert et une mise en réseau de la communication.

Installation Gazette des animaux du 12 décembre au 6 janvier 2018 sur la grande verrière du Muséum: Pour sa part, l’écrivain Joël Dicker a accompagné Cynthia Cochet, chargée de projet, et l’agence de graphisme cavalcade, dans le développement d’un projet original de dessin et d’écriture appelé à occuper de manière monumentale l’espace emblématique des escaliers centraux du bâtiment et qui ont été foulés par plus de 10 millions de visiteurs depuis son ouverture il y a 50 ans.

Installation: Dancing Solart Art

Installation: Dancing Solart Art d’Alexandre Dang

Les publics a été invités à la création par le biais de trois propositions originales: dans la cage d’escalier du Muséum: Solar Dancing Art, une installation artistique participative d’Alexandre Dang qui est inspirée du développement durable. Huit animaux emblématiques: Balbuzard pêcheur, Oreillard roux, Moro Sphinx, Lucane cerf-volant, Coccinelle à sept points, Salamandre tachetée, Perche tachetée et Gelyelle de Monard évoquent à la fois les écosystèmes, la biodiversité et l’énergie solaire. Mues par des cellules photovoltaïques reliées à des petits moteurs, des milliers de figurines animales – mises en couleurs par les participants des ateliers – s’animent ensemble pour donner vie à un panorama onirique des richesses naturelles de Suisse.

A visiter ces installations et les expositions permanentes en accès libre, ainsi que le Parc Malagnou, un lieu de laboratoire sur la richesse de la biodiversité.


Archives: les Expositions passées

Expo Dinosaures Muséum   d’histoire naturelle de la Ville de GenèveLa grande exposition Dinosaures du 24 septembre 2016 au 12 mars 2017 ouvre les festivités pour les 50 ans du Muséum de Genève

Véritables icônes de l’histoire naturelle, les dinosaures reviennent au Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève pour une exposition temporaire unique et inédite de près de 1000 m2. Des fossiles de stature internationale – dont une première mondiale! – s’installeront dans les murs du Muséum.
Issus de la remarquable collection de fossiles de dinosaures mise au jour aux Etats-Unis par une équipe de paléontologues suisses, les squelettes géants et autres fossiles remarquables permettront aux publics de découvrir la magie et l’émotion liées aux découvertes paléontologiques. Ils rappelleront aussi, à l’ère des nouvelles technologies, que les fossiles sont les seuls témoins authentiques de nos origines. L’exposition propose un parcours en trois étapes: la fouille avec le dévoilement spectaculaire, en première mondiale, du squelette authentique d Arapahoe, un dinosaure de 27 mètres; les connaissances actuelles confrontées aux idées reçues les plus tenaces et aux premières études scientifiques des paléontologues au XIXe siècle; et la représentation avec une galerie de grands squelettes de dinosaures montés à la lumière des connaissances actuelles.


Muséum   d’histoire naturelle de la Ville de GenèveExoplanètes du 21 mars 2015 au 4 avril 2016 au Muséum à Genève

Une exposition temporaire inédite à l’occasion du 20e anniversaire de la découverte de la première planète gravitant autour d’une autre étoile que le Soleil – une exoplanète – en 1995 par deux astronomes de l’Université de Genève, Michel Mayor et Didier Queloz vingt ans après, ce champ de l’astronomie a pris un essor incroyable. Près de 2000 exoplanètes ont été détectées dont certaines apparaissent aussi étranges que d’autres familières. Déclinée sur quatre étages du Muséum et plus de 1000m2, cet événement, qui s’adresse à tous, donne autant à réfléchir qu’à admirer. On découvre ou redécouvre l’immensité d’un Univers capable de contenir des milliards de galaxies. On suit cette quête des autres mondes qui débute à l’Antiquité avec un vif débat entre les philosophes naturalistes et l’Eglise. On se plonge dans ces disques de gaz et de matière qui donnent conjointement naissance aux étoiles et aux planètes. On visite le zoo des exoplanètes pour approcher des créatures étranges comme des jupiters chauds, les planètes noires ou encore les planètes océans. Qui dit exoplanètes, dit fantasme sur les civilisations qu’elles pourraient abriter. La Maison d’Ailleurs d’Yverdon, qui a pour centre d’intérêt la science-fiction, a reçu carte blanche pour introduire son “grain de sable” sous la forme de très étranges créatures toutes droit sorties de la science-fiction. Une projection sur un très grand écran apporte le bouquet final en permettant aux visiteurs de se plonger danse cette quête vertigineuse d’une forme de vie ailleurs que sur la Terre. Exposition tout public. Entrée libre, avec des centaines d’animations gratuits.