53es Journées de Soleure du 25 janvier au 1er février 2018: originalité et innovation

Soleure

Les 53es Journées de Soleure du 25 janvier au 1er février 2018 dans divers salles de cinéma à Soleure:

Au programme 159 courts et longs métrages, dont 20 premiers longs métrages et 38 premières de toutes les régions du pays. Le 25 janvier 2018, Fernand Melgar ouvrira les feux de cette 53e édition avec «À l’école des Philosophes», en présence du président de la Confédération Alain Berset. Le documentaire sur la vie quotidienne dans une école de jour pour enfants en situation de handicap est nominé au «Prix de Soleure». Six autres documentaires convoitent cette distinction suprême, et parmi eux l’ani-doc «Chris the Swiss» d’Anja Kofmel. Dans son premier long métrage, la réalisatrice reconstitue l’histoire de son cousin, mort dans des circonstances non élucidées alors qu’il exerçait son métier de reporter pendant la guerre en Yougoslavie. Dieter Fahrer a aussi choisi une approche personnelle pour décrire le système médiatique suisse. Dans «Die Vierte Gewalt», il conjugue expériences propres et réalités d’un secteur en mutation, soumis à de fortes pressions. Luc Schaedler étudie, à l’exemple de cinq artistes chinois, les cycles de la politique autoritaire de la Chine et le rôle de l’art dans l’émergence d’une pensée libérale («A Long Way Home»). Dans «Das Leben vor dem Tod», Gregor Frei place son père et les voisins de celui-ci devant les questions ultimes et présente un premier film aussi personnel qu’universel. Kaleo La Belle fait de même dans «Fell in Love with a Girl» en lançant un coup de sonde dans sa propre famille et en évoquant les dangers et les chances des expérimentations relationnelles peu orthodoxes. Journées de Soleure festival de films SuissePour ses débuts derrière la caméra, intitulés «Des moutons et des hommes», Karim Sayad plonge dans les structures sociales d’un quartier d’Alger où le statut social, la virilité et les perspectives d’avenir sont étroitement corrélés avec la détention de béliers. Marcel Gisler porte à écran une question taboue dans «Mario». Sa fiction raconte la carrière d’un footballeur homosexuel qui tombe amoureux et se retrouve face à un dilemme. Le second film de fiction concourant au «Prix de Soleure» est l’œuvre de Christine Repond : «Vakuum» jette en regard derrière la façade d’un mariage vieux de 35 ans, ébranlé dans ses fondements mêmes par le diagnostic du sida.

Composé en 2018 de Xavier Koller, Pascale Kramer et Flavia Kleiner, le jury décernera le Prix de Soleure pour la dixième fois le 1er février prochain. Une nouvelle section intitulé «Future Lab» accueille les nouvelles technologies, en particulier la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Le bricoleur Jacques Boolsky, inventeur de la caméra 16mm de marque Bolex, fut dans les années 1920, un innovateur sur tous les plans. D’un prix abordable et facile à manier, la caméra compacte fabriquée à Sainte-Croix, dans le canton de Vaud, devint la compagne très prisée des amateurs et des professionnels. Avec «Bolex: une caméra suisse à l’échelle du monde», les Journées de Soleure consacrent leur programme historique à une invention made in Switerland. Plus.