Départ ce samedi 17 juin avec déjà plus de 550 voiliers inscrits au 79e Bol d’Or Mirabaud du 16 au 18 juin 2017

Bol d'Or Rive droite
Bol d'Or Rive droite

Des conditions idéales pour cette 79e édition du Bol d’Or Mirabaud  du 16 au 18 juin 2017 – remporté par Alinghi

Challenge Corum Julius Baer

Ernesto Bertarelli

Après 5h11 de course dans des conditions de rêve et un véritable match au contact contre Ladycat, Alinghi inscrit une 7ème victoire au Bol d’Or à son palmarès. Par la même occasion, Pierre-Yves Jorand vient égaler le record de victoires par marin détenu jusque là par Philippe Durr et Philippe Stern. Une course qui a comblé les attentes des régatiers les plus exigeants, en se déroulant dans des conditions idéales, avec une bise soutenue, parfois même forte pendant la nuit.

Un podium mixte: Les trois premiers du classement scratch sont des équipages mixtes; un fait suffisamment rare pour être relevé! Grand vainqueur de l’épreuve, Alinghi s’est adjoint les services de Coraline Jonet, une régatière confirmée qui a déjà remporté quatre fois le championnat D35 sur le Léman, ainsi que le Bol d’Or Mirabaud en 2011. Deuxième du classement scratch, Ladycat Powered by Spindrift Racing est le voilier de Dona Bertarelli, qui faisait partie de l’équipage. Enfin, le catamaran à foils GC 32 Realteam, barré par Jérôme Clerc, troisième, bénéficiait du soutien de la régatière olympique Nathalie Brugger, diplômée aux Jeux olympiques d’été de 2008 et 2016.

Une édition (presque) record: Avec 567 bateaux sur la ligne de départ et 437 voiliers classés, ce Bol d’Or Mirabaud a battu les records de participation de ces dernières années; encore loin cependant des 684 concurrents inscrits en 1990. Il y avait en revanche 125 monotypes Surprise inscrits en 2010, contre 132 cette année; record battu! Ces monocoques de 7m50, dessinés en 1976, confirment leur statut de la classe la plus dynamique du Léman. Le dernier voilier à avoir franchi la ligne d’arrivée, Déluge de Sergio Cooper Teixeira, a franchi la ligne à 8 h  20’ 17’’, après vingt-deux heures vingt de course. Probablement le record de vitesse pour le dernier…!

L’édition 2017 est marquée par une participation internationale en forte hausse avec de nombreux équipages, venus principalement de France, mais aussi d’Italie, de Hongrie, d’Autriche, d’Allemagne et même de Grande-Bretagne ou des Etats-Unis. La régate devrait se dérouler dans une situation de bise soutenue, qui pourrait se renforcer durant la nuit de samedi à dimanche.

Dona Bertarelli

Dona Bertarelli lors de sa victoire en 2010

Tenants du titre, Dona Bertarelli / Spindrift Racing avait tenté de conquérir définitivement le Bol d’Or Mirabaud, promis à l’équipe qui le remporte trois fois en cinq ans. Vainqueurs en 2014 et 2016, ils disposent de deux éditions pour atteindre cet objectif. La victoire du grand dominateur du circuit des Décision 35, Alinghi l’a empêché encore cette année. Barré par Ernesto Bertarelli, secondé par Arnaud Psarofaghis, le catamaran noir et rouge avait tenté de remporter son second Bol d’Or Mirabaud depuis l’introduction des D35 en 2004. L’américain Lloyd Thornburg a quant à lui acquis le D35 Team Tilt, rebaptisé Phaedo 2. Habituellement engagé en mer à bord du MOD 70 Phaedo, il ne connait pas le Léman et avait fort à faire pour en maîtriser les subtilités, même s’il comptait un invité de marque qui connait bien le plan d’eau: Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe 1992-93. Trois teams ont joué les outsiders à bord de leurs catamarans volants Easy to Fly: l’excellent équipage de Michel Vaucher, sur Swiss Medical Network, accompagné de Denis Girardet et Robin Maeder, Tix Waved, de Bernard Vananty et le catamaran de Romain Detroyat. Implant Centre RafficaPas moins de douze trimarans Diam 24 ont pris le départ. Les supports du Tour de France à la Voile ont bénéficié (pour certains d’entre eux) d’une lémanisation, notamment grâce à l’ajout d’un grand gennaker (voile d’avant) qui leur permettra sans doute de contribuer au spectacle. Alan Roura a navigué à bord de l’un de ces Diam 24. Le formidable monocoque hongrois Implantcentre Raffica a été de retour!

La Société Nautique de Genève a été ouverte au public, invité à suivre la compétition grâce aux écrans géants qui ont été installés sur l’esplanade. Le club a été particulièrement animé cette année, avec de la musique live, un selfie-corner et de nombreuses animations. A noter que la magnifique terrasse des Voiles a été directement accessible depuis la jetée Nord de la SNG.

Deux lignes de départ ont été mises en place, l’une pour les monocoques, entre Genève-Plage et la Perle du Lac, et l’autre, pour les multicoques (avec les D35), au large de la Tour Carrée. Départ samedi, 17 juin à 10h.


Ladycat powered by Spindrift racing remporte le 78e Le Bol d’Or Mirabaud sur le parcours Genève-Le Bouveret et retour ce samedi 11 juin 2016

Départ du Bol d'or 2016

Départ du Bol d’or 2016

Le 78ème Bol d Or Mirabaud a été remporté samedi soir en 18h31’10” par le catamaran Decision 35 Ladycat powered by Spindrift de Dona Bertarelli, barré par Xavier Revil, devant Alinghi (Ernesto Bertarelli) et Mobimo (Christian Wahl).

vainqueur Bol d'or 2016: Ladycat

vainqueur Bol d’or 2016: Ladycat

Ladycat team

Ladycat team

Le monocoque hongrois Implant Centre Raffica a quant à lui définitivement remporté le trophée du Bol de Vermeil, décerné à l’équipage vainqueur à trois reprises en cinq ans.

Implant Centre Raffica

Implant Centre Raffica

428 voiliers représentant 8 nationalités ont franchi la ligne d’arrivée après du vent, des orages, du soleil et de la pluie, puis une longue nuit placide. Le départ de la course s’est déroulé sous un vent d’ouest modéré, qui a vu la flotte partir sous spinnaker, à belle vitesse. Si la première partie de la course s‘est tenue dans des conditions nettement meilleures que prévu, les gros nuages noirs qui s’accumulaient sur les crêtes du Jura ont débordé sur le Grand-lac, sous forme de grain de pluie, au large de Saint Prex. Le vent n’a jamais été très fort – 15 noeuds au maximum – il a cependant permis à Alinghi de devancer Ladycat powered by Spindrift racing, en tête jusqu’alors, et de franchir la marque de mi-parcours, au Bouveret, avec trois minutes d’avance sur ce dernier.

Arrivée de Ladycat powered by Spindrift après 18h31’10”

Arrivée de Ladycat powered by Spindrift après 18h31’10”

Degroof Petercam

catamaran M2 Degroof Petercam

Lors du trajet retour, Ladycat powered by Spindrift racing est parvenu à bien gérer les conditions plus légères qu’à l’aller, pour prendre l’ascendant sur Alinghi. Degroof Petercam, barré par Fred Moura, a quant à lui remporté la catégorie des catamarans M2.

Pour la première fois cette année, de petits catamarans de sport de type C1 menés par deux équipiers, d’une longueur comprise entre 18 et 21 pieds, sont venus pimenter cette course légendaire. Il faut imaginer la navigation à bord de ce petit multicoque, trempé des pieds à la tête, à la merci des grains de pluie et des orages, durant une si longue durée dont la victoire revient au petit catamaran C1 Eagle 20XXL mené par Robin Maeder et Félicien Ischer, vainqueur de sa catégorie en 15h28 de course.

Pierre Girod Rodolphe Gautier

Pierre Girod, Rodolphe Gautier

La Société Nautique de Genève, l’un des plus anciens Clubs de Suisse, fondé en 1872, a bénéficié de travaux d’aménagement cet hiver et dévole son nouvel écrin. Nouveauté cette année: Le Comité d’Organisation a développé (en photo à droite le président Pierre Girod) en partenariat avec Les Voiles pour l’édition 2016 un lieu éphémère à ciel ouvert qui offre une terrasse lounge, une plage de sable fin et une vue imprenable sur le Jet d’eau et la Rade, et surtout la ligne d’arrivée de la régate. Au-delà de ces faits d’armes mémorables, Rodolphe Gautier, président du Comité d’Organisation, se réjouit que « le Bol d’Or Mirabaud 2016 ait été le cadre de nombreux exploits individuels mémorables. La persévérance de tous les concurrents qui, ont affronté tous types de conditions, est justement récompensée. Cette année, chaque bateau a été équipé d’une balise TracTrac permettant au public de vivre la course en direct, de suivre son bateau favori, et de prendre part à la compétition pendant et après l’événement sur le site passé en mode LIVE durant le week-end: www.boldormirabaud.ch. La plateforme du site accessible depuis un smartphone ou un tablette a permis la diffusion live de la course depuis le plan d’eau avec des points culminants au moment du départ de la course, du passage au Bouveret et, bien évidemment, de l’arrivée des premiers bateaux.


77e Bol d’Or Mirabaud du 12 au 14 juin 2015, organisée par le Cercle de la Voile de la Société Nautique de Genève

Oyster Funds

Oyster Funds

Cette année une nouvelle génération de navigateurs s est illustrée dans cette régate qui est la plus importante au monde en bassin fermé: le Team Tilt a passé la ligne d arrivée après un peu plus de 12 heures (12h05’58’’) et a remporté la course avec seules 18 petites secondes devant Alinghi, barré par Ernesto Bertarelli et Ladycat powered by Spindrift racing, barré par Dona Bertarelli. Chez les monocoques, Oyster Funds (photo à gauche) s’impose en 15h03’55’’ tandis que Pile ou face, barré par Damien Mermoud, s’impose en 23h27’24’’ sur les 107 Surprise au départ.

Dans la plupart des classes, les différences à l’arrivée étaient souvent très faibles. Grâce à la mise en place d une stratégie multimédia, la régate a pu être suivie en direct, notamment l’arrivée au coude à coude des premiers. Cette édition a rassemblé plus de 2 500 participants avec 475 bateaux partants qui ont affronté des vents faibles en début de régate, des vents avec des pointes à 25 noeuds, l’orage, les éclairs, et le soleil sur leur périple autour du lac Léman avec le passage au bout du lac au Bouveret. Une régate, placée sous le parrainage de Bernard Stamm, récent vainqueur de la Barcelona World Race (tour du monde en double sans étape).


Un 76e Bol d’Or Mirabaud de bise et de records ce samedi 14 juin 2014

Bol d'Or Rive droite

Bol d’Or Rive droite

La Société Nautique de Genève a ouvert ses portes cette fin de semaine pour le Bol d’Or Mirabaud 2014 et des dizaines de milliers de spectateurs massés sur les rives du Léman ont suivi cette plus importante régate du monde en bassin fermé – une magnifique régate très tactique, remporté par Ladycat powered by Spindrift, en 5h38. Chez les monocoques, Syz & Co s’impose en 8h09 battant un nouveau record dans cette édition atypique, où une météo alimentée par une forte bise a rendu la course très stratégique et sportive. Chez les Surprise, la classe la plus représentée avec 110 bateaux, c’est Mirabaud 1, barré par Cyrus Golchan, qui s’impose également dans un temps proche du record après avoir déjà remporté la victoire en 2013.

Bol d'or rive gauche

Bol d’or rive gauche

Dans la plupart des classes, les différences à l’arrivée étaient souvent très faibles, soit quelques minutes. Cette édition a rassemblé plus de 3’000 participants sur 511 bateaux, dont 410 ont franchi la ligne d’arrivée.

Ladycat Team

Ladycat Team

arrivée du Ladycat Team

arrivée du Ladycat Team

Dona Bertarelli, vainqueur du Bol d’Or Mirabaud avec le D35 Ladycat powered by Spindrift pour la 2efois, après son succès en 2010, s’est imposée avec trois minutes d’avance sur Realstone barré par Jérôme Clerc, suivi par Alinghi, arrivé une minute plus tard, et mené par Ernesto Bertarelli. L’équipage de Dona Bertarelli et Yann Guichard (en photo), composé de Xavier Revil, Christophe Espagnon, Jacques Guichard et François Morvan, a fait preuve d’une excellente maitrise technique tout au long de la régate pour résister aux assauts de la flotte des M1, avec des vents de près de 25 noeuds par moment.

Syz Co team

Syz & Co team

Arrivée Syz & Co

Arrivée Syz & Co

Dans la catégorie des monocoques, Syz & Co, barré par Jean Psarofaghis s’impose devant Taillevent II barré par Nicolas Engel avec près de 12 minutes d’avance. BIGS.CH complète le podium. Syz & Co (l’équipe et leur arrivée en photo), en franchissant la ligne d’arrivée en 8h09, bat de plus de 30 minutes le record des monocoques détenu depuis 1994 par Corum (B. Siegfried), et remporte ainsi que Bol de Vermeil. Le concurrent hongrois Libera Raffica, très attendu sur cette édition 2014, après ses victoires en 2012 et 2013 a chaviré et démâté et ne s’adjugera donc pas définitivement, cette année, le Bol de Vermeil. La victoire, dans la catégorie des M2, revient à GSMN Genolier (barré par Michel Vaucher) arrivé après 6h24 de course. Ce temps constitue également un record pour la classe des M2, et détrône ainsi celui de 1994, détenu par Biwa (J.-F. Cutugno). Gust (barré par Olivier Schenker) a franchi la ligne d’arrivée un peu plus d’une minute plus tard, suivi par Spam.

Mirabaud 1 devant la Nautique

Mirabaud 1 devant la Nautique

Dans la classe des Surprise, très disputée avec une flotte de 110 bateaux au départ, c’est Mirabaud 1 (en photo devant la Nautique), mené par Cyrus Golchan, qui s’impose après 10h46 de course, suivi 40 secondes plus tard de Teo Jakob barré par Benoît Lagneux. Chez les Grand Surprise, Tixway remporte la régate en 9h51 et ainsi le record de la classe qui, depuis 2000, était détenu par Wahoo (F. Séchaud), en 11h24. Le premier Toucan Melampo, barré par Jean-Pierre Banzet, a franchi la ligne d’arrivée après 10h12 de navigation; c’est également ce Toucan qui avait passé la barge du Bouveret, en première place dans cette classe. Neuf minutes plus tard, Atalante, barré par Pierre-André Naville, franchissait à son tour la ligne d’arrivée. Dans la classe TCF1+2, la première place revient au Esse 850, S.A.S., après 10h51 de compétition. Pour les TCF3, c’est le Mach 6.5 Machsimus qui l’emporte. Maupiti, un Speed Feet 18, s’empare lui de la 1ère place des TCF4. Le suivi du déroulement de la régate par internet était présenté sous trois volets: WEB, LIVE et MAP. Tous les bateaux étaient balisés, et en mesure d’annoncer automatiquement par twitter leur passage à des points stratégiques (Yvoire, Bouveret, arrivée). La plateforme LIVE, avec l’accroissement de son interactivité avec les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) a diffusé en continu une foule d’informations sous forme de vidéos, de photos et de textes qui seront notamment transmis par les réseaux sociaux.


75e édition du Bol d’Or Mirabaud du 14 au 16 juin 2013

La 75e édition de cette régate la plus importante du monde en bassin fermé s’est déroulé dans des conditions météorologiques parfaites. Le soleil a été au rendez-vous, samedi matin, ainsi qu’un léger vent qui a permis à 508 bateaux de s’élancer pour un périple autour du lac Léman. La catégorie reine de multicoques a été remporté haut la main par Zenith Fresh en 12h30’29’.’ Les Décision 35 Team SUI 9, barré par Christian Wahl, et Alinghi, barré par Ernesto Bertarelli complètent le podium. Chez les monocoques, le hongrois Libera Raffica s’impose pour la seconde année consécutive. Le Luthi 382, Canopus 3, barré par Philippe Matthey remporte la régate en temps compensé. Cette édition-anniversaire, dont le parrain était le navigateur Dominique Wavre, a rassemblé plus de 3’000 participants, 509 bateaux inscrits, dont 336 ont franchi la ligne d’arrivée. Afin de fêter dignement cette 75ème édition, Michel Glaus, Président du Comité d’organisation, a relevé un challenge un peu fou: se donner les moyens de baliser tous les bateaux. C’est désormais chose faite. Tous les participants ont reçu une balise (un téléphone portable). Dès 10h départ également de la revanche du jeu virtuel « Bol d’Or Mirabaud » sur virtualregatta.com (BOM-BIS). Au sponsor principal Mirabaud se joignent deux nouveaux Hublot, chronométreur officiel et Globeair.


Prix Corum D35Première course du Grand Prix Corum 2009 – Course des Décisions 35 – remporté par Alinghi SUI 1 d’Ernesto Bertarelli

Challenge Corum Julius Baer

Ernesto Bertarelli

Le Grand Prix Corum a lancé la saison vendredi 15 mai 2009 la voile avec la première course du Challenge Julius Baer au départ et à l’arrivé à la Navigation au Port Noir à Genève.
Alinghi SUI 1 ressort vainqueur du Grand Prix Corum après s’être battu avec Okalys-Corum jusqu’à la dernière manche. Le choc des titans a eu lieu entre Okalys-Corum de Nicolas Grange et Alinghi SUI 1 d’Ernesto Bertarelli.
Après deux jours de régate, c’est Okalys-Corum qui menait la danse d’un point. Les deux manches du jour auront bouleversé tout le classement. Au total, les douze D35 auront couru 6 manches.

Les Décision 35 ont disputé les 27 et 28 juin dans la Rade de Genève le Grand Prix Romandie.com Act II, cinquième étape du Challenge Julius Baer. Alain Gautier sur Foncia domine le Grand Prix Romandie.com Act II et le remporte pour la deuxième fois consécutive. Après la journée de samedi où il fallait composer avec des airs instables, la deuxième journée du Grand Prix Romandie.com Act II s’est déroulée sous un grand soleil et dans une petite bise stable.