Musée Olympique, Lausanne: actualité muséale

Semaine olympique, 40e édition du 17 au 21 octobre 2021 au Musée Olympique à Lausanne

Le programme de la Semaine olympique s’adresse aux jeunes de 8 à 15 ans, les invite à bouger, apprendre et s’amuser au travers d’initiations sportives, d’ateliers mêlant sport et culture, de rencontres avec des athlètes ou des personnalités d’exception. Six activités à faire sur une demi-journée permettent notamment d’en savoir plus sur les objets conservés au Musée, d’expérimenter le métier de journaliste sportif ou encore d’interroger des professionnel.le.s de la santé du sport. Des initiations au breakdance, à l’escrime et au parkour ainsi que la présence de grands sportifs et personnalités tels que Greg Ruhoff (skate), Tadesse Abraham (marathon), Sabine Hazboun (natation) ou encore Gilles Martin (basket 3×3) complètent cette édition 2021. Evénement 100 % gratuit, la 40e édition de la Semaine olympique se décline au Musée et en ligne.

Les inscriptions sont ouvertes dès à présent. +d’infos.

Le Musée Olympique à Lausanne propose un vaste programme consacré aux Jeux de la XXXIIe Olympiade et à la culture pop nippone. Venez découvrir le Japon et son rapport au sport à travers le manga grâce à une série d’activités au Musée et en ligne: visites virtuelles des expositions, application en réalité augmentée, événements « phygitaux » et podcasts complètent désormais l’expérience proposée à Ouchy.

Jardin du Musée Olympique: exposition photos sur les Jeux de Tokyo 1964

L’aventure commence dans les jardins du Parc Olympique où le visiteur traverse une allée de portiques librement inspirés des fameux toriis des temples shinto. Ici, la couleur bleu indigo, les voilages aux motifs en damier traditionnel (ichimatsu moyo), rappellent l’identité visuelle choisie par Tokyo 2020. Lors de son ascension, le visiteur découvre au Pavillon une première exposition photos sur les Jeux de Tokyo 1964. Il accède également à une série de panneaux, répartis dans tout le parc, présentant 20 athlètes japonais qui ont marqué l’histoire sportive de leur pays.

L’exposition met donc en avant les cinq sports qui feront leurs débuts olympiques cette année : le skateboard, le surf, l’escalade, le baseball/softball et le karaté.

Tokyo accueille pour la deuxième fois les Jeux Olympiques d’été et pour la deuxième fois les Jeux sont synonymes de reconstruction nationale. En 1964, ils ont permis au Japon de se profiler en tant que grande nation économique malgré les dégâts infligés par la Seconde Guerre mondiale. Les Jeux ayant été reporté d’une année, ils apportent en 2021 un nouvel élan en redonnant confiance au pays suite à la catastrophe qui a dévasté la région de Fukushima en 2011.
Tokyo 2020 c’est aussi un nouveau chapitre dans l’histoire des JO : les pays hôtes peuvent désormais proposer de nouveaux sports au programme.

Une exposition est consacrée à cette édition historique. Tout en mettant en avant les sports qui rejoignent le programme olympique, l’exposition revient sur les effets du report des Jeux, les sites des compétitions et le nouveau stade national de Tokyo. Tokyo 2020, c’est l’opportunité de s’intéresser au Japon et son rapport avec le sport. Le Musée, en collaboration avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, propose de le faire à travers le manga, ambassadeur de la culture populaire japonaise dans le monde. 

Dans une ambiance et des décors uniques, l’exposition SPORT X MANGA se consacre au manga de sport, un genre qui influence la pratique du sport au Japon depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. C’est l’univers de Captain Tsubasa (Olive et Tom), de Slam Dunk, entre autres, qui se déclinent sous forme d’une scénographie interactive, mettant en avant les liens parfois étroits entre la fiction et la place du sport dans la société japonaise. Photo: Shimizu Satoshi, médaillé de bronze inspiré par le manga: Ippo et son personnage de Mashiba et son flicker job (coup de poing).

Le manga de sport joue un rôle de premier plan dans la promotion des pratiques sportives au Japon – notamment dans l’acception de leur approche occidentale. Dans la production de mangas, la thématique du sport a très rapidement occupé une place considérable. Pratiquement tous les auteurs ont traité de l’univers sportif. C’est ainsi que quelques-unes des stars de la bande dessinée y sont nées et que, parmi elles, certaines des plus grandes légendes du sport ont trouvé un écho direct à leur carrière.

En contrepartie, le manga de sport a eu de véritables répercussions dans la réalité. Nombre de séries à succès sont connues pour avoir fait exploser les inscriptions dans les clubs de sport et ont même été, dans le cas du football et du basketball, à l’origine des créations de ligues professionnelles (photo: volleyball féminin). Le manga reflète également la manière dont un peuple, par l’entremise du sport, s’unit derrière un athlète, une équipe, pour exprimer sa fierté nationale, une notion essentielle de l’identité du Japon.

L’équipe de volleyball féminin originaire d’Osaka surnommée les Tokyo no Majo (Les sorcières de l’Orient) remporte la médaille d’or aux Jeux Olympiques à Tokyo en 1964. L’énorme succès populaire de ces athlètes accompagne les changements de société autour de l’image de la femme, en particulier dans les fictions et le manga. Attack No.1 témoigne de la manière dont les Jeux Olympiques et les compétitions féminines influencent les représentations des comportements et du corps féminin.

La mascotte en rose pour les Jeux Paralympiques: Le nom Miraitowa conjugue les mots japonais mirai (avenir) et towa (éternité) pour symboliser la foi dans des lendemains radieux.

Quant à Someity en damier indigo, c’est une anglicisation du terme japonais désignant le célèbre cerisier aux pétales blancs, le somei yoshino, devenu homonyme de l’expression so mighty (si puissant).

Reposez-vous au dernier étage à côté du TOM Café et admirez les différents menus des sportifs, en photo celui des Sumos Chanko Nabe.

Des événements en présentiel et/ou sur les réseaux sociaux du musée, en fonction de l’évolution des restrictions sanitaires:

  • En mai et en juin, le public est invité à vivre des rencontres avec des personnalités en lien avec le Japon ou les Jeux de Tokyo 2020. L’ancien correspondant RTS pour le Japon Georges Baumgartner et le célèbre architecte Kengo Kuma, principal designer du stade national de Tokyo, partagent leur expérience.
  • Le samedi 13 juin est consacré au manga avec « Les 24h J-POP ». Dans la journée se succèdent des ateliers de retrogaming, de dessin manga et de kendama, tandis qu’en soirée, le parc accueille des films d’animation japonais.
  • Avec la pandémie et ses répercussions sur l’ouverture des lieux culturels, les équipes du Musée se tournent vers le « phygital». Le public peut ainsi participer aux événements soit en présentiel, soit sur YouTube ou Facebook. Le Musée en profite pour lancer une série de podcasts pour que chacun puisse retrouver, à sa convenance, les personnalités invitées. Et dès l’ouverture du programme le 18 mars, une application en réalité augmentée se joue des frontières entre réalité et imaginaire. Téléchargeable gratuitement sur place ou auprès des magasins d’applications App Store et Google Play, Tokyo 2020 et le Japon se dévoilent dans le Parc olympique.
  • La cérémonie d’ouverture des JO de Tokyo est retransmise en direct le 23 juillet (12h-20h) au Musée. Et pendant toute la durée des Jeux, les compétitions sont diffusées en direct quotidiennement à la Galerie. Des ateliers de médiation destinés aux familles permettent également d’explorer diverses facettes de la culture japonaise.
  • Dès la réouverture du TOM Café, le Japon s’invite dans l’assiette. Les visiteurs peuvent se régaler de plats inspirés de la gastronomie nipponne.

Accès libre à l’exposition. En savoir plus.

Archives: les Expositions passées

Musée olympique, Lausanne

Ouvert tous les jours de 9h à 18h.

En raison des circonstances exceptionnelles, les expositions temporaires et événements prévus en 2020 ont dû être reprogrammés en 2021. Ainsi, l’exposition Célébrez Tokyo 2020 au Musée Olympique ! – les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et le Manga de sport sont à découvrir du 18 mars au 21 novembre 2021 à travers deux expositions, des conférences, des WE thématiques et une app en réalité augmentée pour se sentir à Tokyo tout en étant au Musée Olympique. Chaque semaine jusqu’au 21 juillet 2021, le musée propose une visite guidée gratuite de l’exposition. Pour les adultes, les visites sont programmés les mercredi de 12h à 12h45. Pour les familles, le rendez-vous est fixé de 15h à 15h45, sur inscription

COVID-19 – l’école à la maison

Le fair-play et les valeurs olympiques (6 à 15 ans). Un athlète fair-play est « beau joueur », il sait rester poli et respectueux avec ses concurrents. Ce comportement n’est pas toujours facile à mettre en pratique, pour les enfants comme les adultes. Heureusement, le fair-play, ça s’apprend ! C’est ce que propose cette fiche, à travers des pistes de réflexion, des activités ludiques et des mises en situation. Plus. – Les pictogrammes (6 à 15 ans). Ils voient le jour en 1964 aux JO de Tokyo. Depuis, à chaque édition des Jeux, ces symboles graphiques désignent les différentes épreuves au programme, mais aussi tous les services proposés aux spectateurs. Cette activité permet de comprendre, décrypter et même réaliser ses propres pictos. Plus. – L’histoire de la photographie sportive (9 à 15 ans). Grâce à un atelier didactique, les aspects de la technique photographique de l’exposition courte sont expliqués. L’occasion d’apprendre à décrypter les images présentes sous nos yeux au quotidien. En plus de l’atelier didactique, une fiche info, une fiche d’activités et une ligne du temps permettent d’en apprendre plus sur la photographie dans le sport. Plus. – Un stade dans la ville (9 à 15 ans). Le stade olympique, théâtre des prouesses sportives des Olympiens, est une des pièces maîtresses de l’organisation des Jeux Olympiques. Réceptacle des compétitions, l’édifice s’inscrit dans le temps et l’environnement dans lequel il s’implante. La fiche d’activités et la fiche info permettent aux enfants d’approfondir leurs connaissances sur les stades olympiques, de manière ludique. De plus, un Serious Game, jeu interactif qui associe différents types d’informations (textes, photos, vidéos) dans un scénario, propose de sensibiliser les jeunes aux questions de développement durable.

La 39e Semaine olympique du 13 au 17 octobre sera une édition spéciale Jeux Olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020.

Leysin Freestyle Open 2019 Snowpark Chaux de Mont

Jodli, la mascotte des JOJ

Le Musée Olympique se transforme en gigantesque terrain de sport et propose plus de 40 activités gratuites aux enfants de 8 à 15 ans. Afin de se préparer aux JOJ – Jeux Olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020, le programme propose des rencontres avec des athlètes, des initiations à leurs sports et même voir la flamme Olympique de la jeunesse. Les nouveaux sports au programme sont entre autres le bobsleigh avec sa piste de 50m et ses lunettes de réalité virtuelle pour une immersion totale, le patin à glace, le short-track et le ski alpinisme. Sans manquer l’ouverture de l’exposition temporaire dédiée aux JOJ. Quelle est l’histoire qui se cache derrière la mascotte Yodli ? À quoi ressemblent les médailles, leur plateau et le podium ? Qui les a imaginés ? Tous les projets retenus et leurs secrets de fabrication sont à découvrir jusqu’au 15 mars 2020 dans l’espace Art Lounge. Des visites guidées de l’exposition, par des étudiants de l’École Cantonale d’Art de Lausanne (ECAL), auront lieu chaque jour de la Semaine Olympique à 11h.

Jeux olympiques de la jeunesse flamme aéroport Genève

la flamme olympique de Lausanne 2020

Viens rencontrer des athlètes chaque jour à 14h: Virginie FAIVRE (championne du monde FIS en half-pipe et présidente du comité d’organisation de Lausanne 2020), Killian PEIER (participant aux JOJ Innsbruck 2012, médaillé de bronze aux Mondiaux de saut à ski en 2019) feront entre autres partie des invités cette année, aux côtés notamment de Gaspard COLIN, alumni de l’HEMU et créateur de la chanson officielle des JOJ de Lausanne 2020. Puis tous les jours à 15h, des athlètes comme Ellen SPRUNGER (athlétisme), Jérémy MAILLEFER (aviron), Tiffany GÉROUDET (escrime) sont à retrouver en face du stand Lausanne 2020 pour échanger et signer des autographes. Viens t’initier à leur sport et même voir la flamme Olympique de la jeunesse dimanche 13 octobre. Tu veux tester le hockey sur glace, le ski, le bob mais aussi les sports d’été comme la boxe, le tennis ou le baseball, c’est toi qui choisis. Si tu as entre 8 et 15 ans, inscris-toi sur olympic.org/semaineolympique. C’est gratuit!


Parlez-vous Pyeongchang? – à l’heure coréenne du 7 décembre 2017 au 11 mars 2018

Lee Hee-Beom, Thomas Bach, Moon Jae-in

Embarquement immédiat pour la Corée pour vivre les XXIIIèmes Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 au Musée olympique à Lausanne

Ouverture ce mercredi 6 décembre de la nouvelle exposition temporaire au Musée Olympique à Lausanne en présence de Lee Hee-Beom, président du comité organisation des XXIIIe Jeux Olympiques d’hiver de Pyeong-Chang, Thomas Bach, président du CIO et Moon Jae-in, ambassadeur coréen en Suisse, ainsi que du directeur du Musée Francis Gabet et

installation happy happy de Choi Jeong-hwa

Franis Gabet – Cho Sohee – Choi Jeong-hwa

les artistes coréen Cho Sohee et Choi Jeong-hwa, dont l’installation Happy Happy vous accueille sur plusieurs étages depuis le puits de lumière: Réalisée à partir de récipients en plastiques, elle représente les cinq anneaux olympiques. Pour réaliser cette oeuvre, le plasticien coréen a travaillé avec des groupes d’enfants pendant la semaine olympique au Musée (voir le Making off).

Enfilez un costume traditionnel et découvrez la culture coréenne entre tradition et modernité, vivez les Jeux  Olympiques comme si vous y étiez! L’ensemble du programme coréen est gratuit:

Entrée libre aux trois expositions temporaires:

La Corée du Sud entre tradition et modernité » dans l’espace « Focus » (niv. 1):

15 dates pour comprendre l’histoire de la Corée du Sud

15 dates pour comprendre l’histoire de la Corée du Sud aux XXe et XXIe siècles par la lorgnette d’un événement sportif qui contextualise l’histoire sociale et économique de ce pays passionnant et quelque peu méconnu.

Le concept de HAN (qui signifie « coréen ») fait office de fil rouge d’un parcours au cœur de la culture coréenne. Il s’articule sur trois axes : Le HANryu ou hallyu : la vague culturelle –  Le HANtech : l’hyperconnectivité – Le HANgul : l’alphabet, inventé il y a six cents, en 1446 ans par le souverain Sejong le Grand (avant on écrivait avec des caractères chinois) pour que chacun puisse apprendre à lire et à écrire. Pour marquer la symbiose entre tradition et modernité, autre trait caractéristique de la Corée, la scénographie associe différentes références comme le HANji (papier traditionnel), le HANbok (costume traditionnel) ou le HANok (maison traditionnelle), qui confèrent une douce atmosphère dans les tonalités brune et blanche.

Cho Sohee: Hayeoga Dansimga

L’installation murale de l’artiste coréenne Cho Sohee évoque la Corée d’aujourd’hui à partir de collages légers en papiers de soie comme l’air mais anciens comme les poèmes du XIVe siècle reproduits.

Pyeongchang Jeux hiver 2018

Servez-vous de la brochure 12 questions sur la Corée et les Jeux Olympiques de PyeongChang2018 qui répondra à toutes vos questions

Les JO – Passion. Connected dans l’espace « Galerie » (niv. 2). La mascotte Soohorang postée à l’entrée donne le ton en souhaitant la bienvenue aux visiteurs qui peuvent voir les Jeux se dérouler sous leurs yeux grâce aux cérémonies et épreuves diffusées sur grand écran pendant le Jeux ; avant les Jeux projections « warm up » comme l’histoire de la piste de descente dessinée par Bernhard Russi ou le clip de la campagne « Become the light » ;

carte postale en 3D (6m de long par 1,8 de large)

après les Jeux diffusion de best-of, la présentation des icônes que sont la torche et les médailles, à l’emblème, aux pictogrammes et à la ligne graphique, qui forment le « Look of the Games », à  l’installation 3D recréant le décor des sites de compétition, aux bornes digitales livrant des informations sur le programme des Jeux, les sports ou les sites et à une infographie exposant des chiffres clé tels que le nombre de médailles d’or distribuées, le nombre d’athlètes, de CNO, la distance entre PyeongChang et Séoul ou encore les kilomètres d’autoroute construits.

Francoise Huguier devant les Colathèques

Virtual Seoul dans l’espace « Art Lounge » (niv.-1) et plusieurs espaces de circulation dans tout le musée: Un accrochage photographique ultra coloré de Françoise Huguier – lauréate du prix Albert Kahn 2016 – pour aller à la rencontre des Coréens d’aujourd’hui ; une étonnante balade qui explore les multiples facettes du mode de vie coréen, de la K-pop des jeunes, aux « Colathèques », des salons de thé dansants où les couples des retraités aux costumes pailletés et bien taillés passent leurs journées à danser avec leur «lover».

Pour PyeongChang 2018, la torche a été désignée par Young Se-kim. Côté technique, tout est prévu: elle brûlera qu’il neige ou qu’il vente. Côté symbolique: La station de PyeongChang se trouve à 700 m d’altitude, la torche mesure 700 mm. Les cinq branches figurent l’esprit sportif qui lie peuples, nations, religions, sexes et cultures, et les cinq continents unis pour les Jeux. Le caractère apparaît 750 fois sur le flambeau, en référence aux 75 millions d’habitants des deux Corées. Sa surface rappelle la porcelaine blanche traditionnelle. Au dessous de la torche, une plaque réalisée avec des barbelés fondus de la DMZ (zone démilitarisée entre le nord et le sud) laisse s’écouler l’eau de pluie.

La torche

Parlez-vous Pyeongchang? du 7 décembre 2017 au 11 mars 2018, au Musée Olympique, Lausanne

Le relais de la flamme olympique commencera ensuite un périple à travers le pays hôte, périple qui le mènera dans neuf provinces du pays et huit grandes villes, avant de finalement se terminer dans le stade olympique de PyeongChang pour la cérémonie d’ouverture le 9 février 2018.

Coup d’envoi des festivités, dès les fêtes de fin d’année, avec une découverte de la culture coréenne.

Des activités en libre-accès Quand les Tigres fument la pipe seront proposées pendant les vacances de fin d’année dans un Korean Corner: bricolage de mascottes et dessin coréen. Pour le grand week-end d’ouverture les 10 et 11 février la cérémonie sera retransmise en différé, un spectacle de percussions coréennes New Wave, des ateliers de Samulnori enflammeront le Musée. Puis, point d’orgue le week-end du 17 et 18 février pour célébrer le Nouvel an Coréen. A cette occasion, venez découvrir la Corée traditionnelle avec au programme, danse de grue et ateliers de Hangul, considéré comme l’un des alphabets les plus scientifiques au monde. Le musée est ouvert tous les jours, de 9h à 18.


Le Musée Olympique de Lausanne propose un programme dédié à l’art de la photographie

Parc Musée Olympique

Une sélection de 18 clichés historiques noir et blanc. Les coups de coeur du fonds Images du CIO sont exposés dans le Parc olympique

Anamorphose

Anamorphose sur la façade du Muséephotographie sportive

  • Au premier plan, une exposition majeure, Who Shot Sports: Une histoire photographique de 1843 à nos jours. Les photographies exposées ont été sélectionnées non pas en raison de leur importance dans l’histoire du sport, mais parce que ce sont des images esthétiquement fortes. Divisée en neuf sections thématiques et regroupant des exemples des premières procédés photographiques ainsi que des dernières technologies numériques, cette exposition couvre un large éventail de sports immortalisés par plus de 170 photographes internationaux. Exposition itinérante proposée par le Brooklyn Museum de New York, résultat du travail de recherche de l’historienne de la photographie Gail Buckland. Au Niveau 1 du Muse Olympique. (entrée payante). Plus d’info

Rio 2016

L’Art de photographier le sport au 2e étage

A la Galerie, niveau +2 retrouvez une rétrospective de Rio 2016: à travers l’objectif de quatre photographes: Mine Kasapoglu Puhrer (TUR), David Burnett (USA), Jason Evans (USA) et John Huet (USA), entrée libre. Une femme et trois hommes qui ont sillonné pendant trois semaines la ville de Rio et les sites olympiques; les zones d’entraînement et de préparation des athlètes, jusqu’aux terrains de compétitions encore vides de spectateurs. Plus d’info

Week-end spécial – Image sportive les 2 et 3 septembre 2017

David Burnett présentant le premier prix

Timea Bacsinzky, grande joueuse de tennis et David Burnett, grand photographe

Le Musée Olympique a invité le public à pendant deux jours à venir dialoguer avec de prestigieux photographes sportifs. Au programme des rencontres inédites, des projections en avant-première en présence des réalisateurs, des ateliers interactifs pour la famille, des expositions commentées…Les plus grands photographes de sport ont été présents: David Burnett, star mondiale de la photographie sportive multi-primé qui a couvert la totalité des Jeux Olympiques d’été depuis ceux de Los Angeles 1984. Il est également le Président du jury de notre concours photographique « Mon terrain de sport improvisé ». Le Concours qui s’est déroulé du 25 mai au 11 juillet 2017 a visé surtout les jeunes photographes à porter un regard sur le sport au dehors du stade et des infrastructures sportives. Le jury a été frappé par la qualité des 2000 photos reçues, dont les 3 gagnants ont été présenté en présence de la star du tennis vaudoise Timea Bacsinzky. Le premier prix a été attribué à Julien Thore: La fille d’Icar: qui voit dans cette fille volant/nageant en brasse suspendue au-dessus du paysage un symbole pour le surpassement de sois. Le 2e prix à Fred Trobrillant: Haute voltige qui montre le sport plein d’imagination sur un terrain improvisé. 3e prix à Nicolas Da Silva Dias: Partie de cricket improvisée (Inde 2012).

Musée Olympique Lausanne

Gérard Uféras, photographe-artiste français

Le public a pu assister aux présentations commentées en images, aux interviews et projections-conversation avec: Lucy Nicholson, senior Staff photographe chez Reuters, possiblement l’une des photographes de sport féminines les plus connues au monde, elle est la vedette du film « One Shot ». Bob Martin, grand vainqueur de plus d’une soixantaine de prix internationaux, il a capturé certain des plus beaux clichés du sport au cours des 15 dernières éditions des Jeux Olympiques d’hiver et d’été. Yonathan Kellerman, photographe indépendant et réalisateur en documentaire d’origine canadienne, il est spécialiste du sport paralympique et anime de nombreux ateliers. Gérard Uféras : Photographe-artiste français, Gérard Uféras explore dans une série de portraits la passion commune qui anime sportifs de haut niveau et amateurs.

Breno Silveira, en présence de Francis Gabet, directeur du Musée Olympique

Autre grand rendez-vous du weekend événement : La projection en avant-première européenne du film officiel des Jeux Olympiques de Rio 2016 en présence du réalisateur brésilien Breno Silveira, samedi 2 septembre à 18h30 à l’Auditorium du Musée Olympique: Jours de Trêve, un portrait original de l’expérience olympique brésilienne. Ce film documentaire chargé d’émotion relate l’histoire unique des Jeux Olympiques d’été de 2016 en mettant l’accent sur les expériences vécues par des personnes d’horizons divers qui ont contribué à leur succès : du chauffeur de taxi à l’athlète star, de la danseuse de la cérémonie d’ouverture à Popole, membre de la première équipe olympique des réfugiés. C’est un récit sur la ville dynamique de Rio de Janeiro, et ses habitants les cariocas, à un moment marquant de son histoire, dans un contexte de crise économique, politique et environnementale, une ville qui relève le défi et accueille des visiteurs du monde entier dans une célébration inoubliable de l’amitié, de l’excellence et du respect. Ce film produit par Conspiração Filmes est un puissant manifeste qui montre à quel point les valeurs olympiques sont importantes dans notre société moderne. Ce film s’insère dans la liste des documentaires, produits depuis le début du 20e siècle pour chaque édition des Jeux Olympiques et désigné “film officiel” par le CIO. Au fil des décennies, des réalisateurs internationaux accomplis – comme Milos Forman, Bud Greenspan, Kon Ichikawa, Claude Lelouch, Sergey Miroshnichenko, Leni Riefenstahl et Carlos Saura – ont été inspirés par le Mouvement olympique et ont repoussé les limites du traditionnel documentaire olympique pour explorer de nouvelles stratégies narratives et approches esthétiques et produire un film puissant dans le cadre de l’héritage cinématographie des Jeux Olympiques.


Colisée de Rome en interactivité

Stades: d’hier à demain du 13 octobre 2016 au 7 mai 2017 au Musée Olympique,
Lausanne.

Un programme qui s’adresse au grand public grâce à une approche transdisciplinaire et multiplateformes. Il se décline à travers une exposition temporaire, des événements, un livre-magazine, une offre pédagogique et un Serious Game. A la fois emblématiques des Jeux Olympiques, les stades représentent un défi pour la ville organisatrice. Riches d’une longue histoire, ils se réfèrent au passé tout en se tournant vers l’avenir. Le terme “stade” désigne la distance parcourue dans le stade d’Olympie.

Espace 1: Passé – Les stades en ordres chronologiques

Par tous les stades – Le Musée Olympique explore à travers une exposition temporaire (Prix d’entrée 5 CHF) l’aventure de ces édifices devenus incontournables et dont l’impact se mesure bien au-delà des 16 jours de compétitions. Une manière active de parler de développement durable.

L’exposition se décline en trois espaces: le passé – le présent – le futur. Espace 1: “Passé”. Dans une scénographie évoquant le stade, cette première partie retrace l’histoire des stades et leur évolution depuis l’Antiquité jusqu aux Jeux de Rio. Les aspects historiques, sociologiques et architecturaux sont traités sous la forme d une frise découpée en cinq chapitres.

Site de JO Londres 2012

A ne pas manquer la table multimédia tactile avec, en son centre, une maquette en plexiglass du Colisée de Rome (70-80 ap. J.-C.) qui lève le voile sur tous ses secrets de construction et son incroyable modernité: le toit rétractable, le le temps d’évacuation des spectateurs, la multifonctionnalité, son système de tuyauterie qui permettait déjà à l’époque de mettre le stade sous l’eau. Comparez le Colisée (sa forme elliptique, ses 45 000 places assises) et les stades modernes tels que le Staples Center de Los Angeles, le Stade Pierre Mauroy de Lille, Le Bird s Nest de Beijing, etc. On découvre que la plupart des stades modernes se sont inspirés du génie des Romains. Espace 2: “Présent”. Partez à la découverte des stades contemporains. Des stades qui intègrent et enrichissent la ville. Grâce à des vidéos d archives, comprenez comment les notions de développement durable et d héritage s appliquent dans le cadre de la réalisation d un stade. La question de l’importance de la flexibilité est démontrée afin d éviter de voir sortir de terre des « éléphants blancs », ces stades prestigieux qui s avèrent plus coûteux que bénéfiques. A ne pas manquer zoom sur Londres 2012: la visualisation au sol de la carte satellite du parc olympique des différentes étapes du projet en cinq dates clés d un des quartiers les plus défavorisés de Londres pour devenir le plus grand parc urbain créé en Europe depuis cent cinquante ans.

Geraint John

Découvrez les différentes étapes de construction et transformation du village olympique sur cette friche industrielle de Stratford dans l’East End londonien, depuis 2005, désignée Ville organisatrice – pendant les Jeux olympique de 2012 jusqu’en 2025. Toutes les Olympiades apprennent de leurs prédécesseurs, autant de ses succès que de ses erreurs. Une autre partie propose de découvrir comment quatre villes très différentes – Sydney, Athènes, Beijing et Rio – gèrent leur héritage olympique. Espace 3: “Futur”. Imaginez les stades de demain en découvrant des projets de villes et bâtiments utopiques.

En photo à gauche le commissaire de l’exposition Geraint John, architecte, membre de la RIBA, de la CIMOSA et de la RSA, Londres.

Neville Gabie

A visiter également dans Art Lounge (étage -1) les photos de Neville Gabie, tout premier artiste en résidence sur un parc olympique pendant les Jeux de 2012 à Londres. Cet artiste originaire d’Afrique du Sud rend hommage aux 10 000 travailleurs en les mettant en scène sur le site de Londres de la même manière que la classe ouvrière urbanisé à Paris, pour la première fois représentée en 1880 dans le tableau La baignade à Asnières du peintre Georges Seurat. Continuez l’exploration de l’univers des stades au 2e étage au TOM Café grâce aux photographies de détails qui y sont exposées.

Deux événements – le stade en actions: Stades dating du 26 janvier 2017: Soirée spéciale de rencontres-échanges entre visiteurs et passionnés des stades.

2e étage photographies de détail

Le public interroge et converse directement avec les invités. Participation libre sur inscription. Ciné-Stades du 15 au 17 avril 2017: de sa construction à son utilisation, avec le regard de l’architecte ou du supporter, découvrez huit court-métrages ou films afin de s immerger dans la vie du stade. Entrée libre. Devenez Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux modernes et questionnez une ville-hôte des Jeux qui doit construire le prochain stade olympique. Via vos rencontres et vos questions, découvrez l’Olympisme durable. Accédez Serious Game en ligne: https://www.olympic.org/fr/musee/documentaire-interactif/stade/ Stades Olympiques: des hommes, des passions, des histoires (Éditeur: Giles Ltd, Londres, 176 pages, bilingue français/anglais) Ce livre-magazine ou MOOK (Magazine-Book) aborde le thème des stades de manière inattendue et plurielle. Parler des stades, c est parler des hommes qui les ont rêvés, souhaités, imaginés, réalisés, utilisés. Illustrés par des images d archives du CIO, les articles de journalistes et les contributions des experts sont présentés en trois sections : l’histoire ; l’architecture et l’urbanisme; art et sites olympiques. En vente au TOM Shop ainsi que sur les principaux sites de vente de livres en ligne. Prix: 40 CHF


Musée Olympique à Lausanne: Cap sur Rio, un programme 100% brésilien, gratuit et inédit

Rio de Janeïro: torche olympique

vasque: flamme olympique

Le Brésil débarque à Lausanne pour 6 mois jusqu’au 25 septembre avec une programmation riche autour des Jeux de la XXXIe Olympiade, 1er Jeux Olympiques d’Amérique du Sud qui se dérouleront à Rio de Janeiro, du 5 au 21 août 2016. Le programme Cap sur Rio couvre 4 expositions et un programme riche en événements entièrement gratuit.

La flamme olympique a fait escale à Lausanne sur sa route entre Olympie et le Brésil. D’Olympie où elle a été allumée le 21 avril, au stade de la ville hôte, la flamme olympique transitera à travers la Grèce puis avant son envol pour le Brésil, elle fera une courte escale en Suisse. Le vendredi 29 avril 2016 elle a été présentée au siège de l’ONU à Genève pour rejoindre le Musée Olympique dès l’après-midi par le lac, à l’abri dans sa lampe de sécurité, à bord d’un … aviron. Pour ceux qui brûlent d’envie de tout savoir sur cette flamme, rendez-vous au Musée Olympique le samedi 30 avril et le dimanche 1er mai. A découvrir celle qui enflammera les Jeux de Rio cet été. Elle brillera depuis la vasque Rio 2016 installée à l’entrée du Musée. La flamme reprendra ensuite la route direction Brasilia le lundi 2 mai en fin de journée. La dernière fois que la flamme olympique s’est rendue à Lausanne c’était dans le cadre du relais des Jeux d’Athènes 2004 et plus anciennement lors des Jeux de Londres 1948. Dans ces deux cas, il s’agissait d’un relais officiel, avec des torches et des relayeurs. Cette année, il s’agit d’une présentation de la flamme.

Exposition Cap sur RioTout savoir sur Rio 2016 (Expo Galerie, niv.2). Présentation de l’édition des Jeux Olympiques de Rio: l’organisation, le look des JO, les sports au programme, les athlètes et bien sûr les incontournables: le relais de la flamme, les mascottes et les médailles. Au programme 28 sports et 41 disciplines sur 37 sites, répartis en 4 zones: Copacabana, Barra, Deodoro et Maracunã. Après 112 ans d’absence, le golf né en Ecosse revient au programme des Jeux Olympiques en 2016 à Rio. Le golf a déjà été au programme des Jeux en 1900 à Paris et en 1904 à Saint Louis. Il a été l’un des premiers sports auquel les femmes ont pu participer dans les Jeux Olympiques modernes en 1900. Le Golf n a plus été au programme des Jeux depuis. En août 2016, le Golf reviendra aux Jeux Olympiques à Rio de Janeiro. 60 hommes et 60 femmes de plus de 40 pays disputeront des compétitions de 72 coups. Le nouveau terrain de golf avec 18 trous sera le seul terrain de golf public de Rio de Janeiro et du Brésil. Le rugby qui a figuré à 4 reprises au Jeux Olympiques en 1900, 1908, 1920 et 1924, marque en 2016 son retour, mais en version à 7 jours. Pendant la durée du programme Cap sur Rio, le TOM Café propose une série de Brunch-concert sur des rythmes brésiliens, le samedi et dimanche, de 11h à 14h30.

Cap sur Rio: Rythmes et Diversité (Espace Focus, niv.1). Une visite au coeur de la culture brésilienne, à travers la musique, la danse, les fêtes populaires et les sports à travers des artistes brésiliens. Découvrez les différentes facettes de Rio et du Brésil: la ville dans la forêt, la plage, le football dans 4 espaces dans une ambiance musicale différente (musique de Villa Lobos et Nana Visconcelos, Samba, Bossa Nova,..) pour chaque zone: la topographie de Rio dans un écosystème unique où mer et la Forêt de Tijuna se mêlent au paysage urbain. Les origines du peuple brésilien, métissage entre Européens, Amérindiens et Noirs africains, les nuances des couleurs de la peau à travers les autoportraits de l’artiste Adriana Varejao. La langue brésilienne dans le contexte de la plage où elle se renouvelle sans cesse. Le Funk, cette culture suburbaine avec ses codes vestimentaires et sa langue, issue du brassage sociale due à la topographie de Rio. Le football est au coeur de la 5e partie de l’exposition. Les quatre vidéos du Musée du Football de Sao Paolo y célèbrent le mouvement, le rythme et le jeu de corps de Pelé et de Garrincha. En fin de parcours, un voyage musical de 108 styles de musiques différents, enregistrés lors d’un voyage de 80 000 km à travers le Brésil par Belisario Franca.

Parque du Musée Olympique Laissez-vous guidé pour arriver à l’entrée du musée par les lampes de l’artiste lausannois Sophie Guyot, qui, inspirées des ballons qui virevoltent au-dessus de la foule sur les grandes plages de Rio, parsèment le parc du musée tout en poésie. Le Parc Olympique, pareil à une balade au bord de l’Océan, le parcours est jalonné de kiosques qui dispensent ici des informations sur le Brésil. Venez admirer dans la hall d’entrée la torche des Jeux de Rio, inspirée du paysage Carioca et fabriquée de 1,5kg d’aluminium recyclé. Lorsque les relayeurs se la transmettent, ses segments ondulés s’ouvrent vers le haut pour révéler des couleurs (évocation du ciel, montagne, mer, terre): tous les charmes de Rio. Allumée à l‘Olympie, en Grèce, elle passera en relais en avril à Lausanne au Musée Olympique avant de joindre pour la première fois par les Nations Unis à Genève. Portée par plus de 12 000 relayeurs, la flamme parcourt quelque 20 000 km à travers le Brésil. Le relais fait halte dans 300 villes et villages et va à la rencontre de 90% de la population brésilienne avant son arrivée au stade de Maracanã pour embraser la vasque. (©JLNabet)


Musee Olympique exposition GolfSWING! du 9 décembre 2015 au 31 janvier 2016 dans la galerie du Musée Olympique de
Lausanne

Après 112 ans d’absence, le golf né en Ecosse revient au programme des Jeux Olympiques en 2016 à Rio. Pour marquer cet événement, le Musée Olympique de Lausanne lui avait consacre l’exposition SWING! du 9 décembre 2015 au 31 janvier 2016. Le golf a déjà été au programme des Jeux en 1900 à Paris et en 1904 à Saint Louis. Il a été l’un des premiers sports auquel les femmes ont pu participer dans les Jeux Olympiques modernes en 1900. Le Golf n a plus été au programme des Jeux depuis. En août 2016, le Golf reviendra aux Jeux Olympiques à Rio de Janeiro. 60 hommes et 60 femmes de plus de 40 pays disputeront des compétitions de 72 coups. Le nouveau terrain de golf avec 18 trous sera le seul terrain de golf public de Rio de Janeiro et du Brésil. Musee Olympique exposition GolfIl ouvre ainsi des possibilités de croissance à cette discipline au Brésil grâce à la création d une académie de golf pour la formation des athlètes et des cours pour les jeunes. La Fédération internationale du Golf a d’ailleurs son siège dans la maison du sport internationale à Lausanne. L’exposition a permis de mieux connaître cette discipline sur un parcours en 6 pars: Le Golf aujourd’hui – L’équipement – Le jeu – Les parcours emblématiques du golf – Le Golf est ses champion(ne)s – Le Golf aux Jeux Olympiques. Interactive grâce aux tablettes tactiles le public a découvert les grands joueurs et les grandes joueuses de l’histoire du golf, a testé ses connaissance et pouvait pratiquer son swing avec le putt challenge OMEGA, en mettant le maximum de balles dans le trou en 30 secondes. Après Lausanne, l’exposition se rendra à Rio de Janeiro du 11 au 20 août 2016 dans la fan zone du parcours du Golf. Ensuite, elle sera présenté dans divers lieux comme le World Golf Hall of Fame (Floride, USA) et Golf Canada.