Alhambra, scène culturelle de la Ville de Genève

Scène culturelle de la ville de Genève
Alhambra, Genève

Nocturne 28 septembre 2019 Biennale de la Photographie Genève La Chaux-de-Fonds aller et retour

Construit par l’architecte Paul Perrin entre 1918 et 1920, classé monument historique en 1996, ce bâtiment, située au cœur de la Cité, aux abords de la vieille ville, a été l’un des premiers à proposer à la fois des spectacles vivants et du cinéma. Appelé à l’origine théâtre cinématographique Omnia (ce nom figure encore au-dessus de l’entrée), cette « plus belle salle de l’image animée de Suisse » disposa dès 1928 de la première installation cinéma sonores du pays. Sauvé de la démolition par une votation populaire en 1995, aménagé en une maison de la musique, rénové de 2012-2015  avec une intervention de l’artiste plasticienne Carmen Perrin, et adapté aux contingences actuelles d’une salle de spectacle (max. 750 personnes), le bâtiment centenaire regroupe la salle de concert de l’Alhambra avec ses deux buvettes (rez et 2e étage) ainsi qu’un café-restaurant au 1er étage.


L’Alhambra fête ses 100 ans (1920-2020), le mercredi 8 janvier 2020 devant la façade du bâtiment

Ouverture des festivités dès 18h30 avec la fanfare Les Canards des Cropettes, suivi des discours officiels à 19h. Projection mapping dès 19h30 sur la façade de l’Alhambra, « Géométrie », créé par la HEAD & Sigma6 avec interventions live de musiciennes et musiciens. Vin chaud, stands raclette dans la rue et buvette intérieure
La rue de la Rôtisserie sera fermée aux véhicules de 16h30 à 21h30.

L’événement est gratuit et ouvert à tous et à toutes.


L’AdudA (Association des utilisateurs de l’Alhambra), présidé par Sandro Rossetti assure la coordination des activités artistiques de la salle depuis 2015. Depuis sa réouverture l’Alhambra a accueillie plus de 500 concerts et festivals présentant des artistes locaux et internationaux. Il a permis à de nombreuses associations subventionnées et structures privées d’y organiser des événements marquants de la vie culturelle genevoise, tels que le festival de musique classique, jazz et création: Athénéennes:


Archives

Les Athénéennes du 6 au 14 juin 2019, 9e Festival de musique classique, jazz et créations à l’Alhambra, au Temple de la Madeleine et à l’Abri, Genève

Athénéennes, festival de musique jazz classique et des créations, Alhambra 2019Répartie sur huit soirées, cette édition accueillera vingt-deux concerts dont sept créations et trois ciné-concerts, et rassemblera plus de cent cinquante artistes. Articulée autour de la thématique de la spiritualité, la programmation exigeante et éclectique des directeurs et fondateurs du festival, Audrey Vigoureux, Marc Perrenoud et Valentin Peiry, fera la part belle aux projets inédits, aux découvertes et aux métissages musicaux, encourageant ainsi le mélange des publics et les moments d’exception. La soirée d’ouverture du jeudi 6 juin s’annonce magistrale, avec la venue du grand pianiste Nicholas Angelich, lauréat des Victoires de la musique 2019 en tant que soliste de l’année. Il jouera avec l’Orchestre de Chambre de Genève, le Choeur Spirito et Jacques Tchamkerten, sous la direction de Pierre Bleuse, l’un des chefs d’orchestre les plus prometteurs de sa génération (à 20h, Alhambra). Autres événements incontournables : le retour de Gérard Depardieu, qui lira des textes de Saint Augustin, accompagné par le trio Rondeau-Chemirani-Dunford samedi 8 juin, 20h, Alhambra; ou encore le projet « Itinéraire » du Quatuor Voce, entouré de Kinan Azmeh, Vincent Segal et Kevin Seddiki mercredi 12 juin, 20h, Alhambra. Côté jazz, le festival accueillera Yaron Herman en trio (jeudi 6 juin, 21h30, Alhambra et Émile Parisien en quartet jeudi 13 juin, 21h30, Alhambra ; enfin, les concerts d’ensembles suisses parmi les plus intéressants du moment : Orchestre Tout puissant Marcel Duchamp XXL (vendredi 14 juin, 21h30, Alhambra), Stade, l’Orage, Baumon & Favre, Twoflow, Kuma ou Red Sun. A noter les Nuits de l’Abri vendredis 7 et 14 juin, dès 1h du matin au Wunderbar.


Les Athénéennes du 1 au 9 juin 2018, 8e Festival de musique classique, jazz et créations à l’Alhambra, au Temple de la Madeleine et à l’Abri, Genève

L’Orchestre Chambre Geneve sous la direction de Wilson Hermanto

Le Festival s’est terminé en beauté samedi 9 juin à l’Alhambra avec une soirée composée de musique classique par l’Orchestre de Chambre de Genève, sous la direction de Wilson Hermanto et le pianiste américain-arménien Sergei Babayan, d’un concert de soul cuivrée et énergique de Myles Sanko, chanteur anglais, né au Ghana, entouré par un magnifique orchestre de jazz qui a fait danser le public, suivie du électro-jazz de Laurent Coulondre pour finir avec la fête de clôture dès 1h à l’Abri.

Myles Sanko, chanteur de soul

Une magnifique programmation articulée autour de la thématique de l’« hommage », a accueilli comme tête d’affiche cette année Gérard Depardieu dimanche 3 juin devant une salle comble. Ce monstre sacré du cinéma a interprété le répertoire de l’icône de la chanson française Barbara, son ancienne compagne dans un bouleversant spectacle « Depardieu chante Barbara ». Un concert réussi pour ce chanteur illustre. L’« hommage » à un être cher, un collègue admirée, ou à une oeuvre a pris des formes diverses. Il s’est invité dans la musique mais aussi dans des textes poétiques. Une collaboration inédite avec la Fondation de Royaumont, centre culturel pour les artistes de la musique et de la danse a proposé un projet autour des Kindertotenlieder de Mahler. La splendide Abbaye de Royaumont, située à 30km au Nord de Paris, s’impose aujourd’hui comme un lieu de recherche, de formation et de production artistiques internationalement reconnu. Fidèles à leur démarche, Les Athénéennes continuent à bousculer les étiquettes et à tisser des liens entre les musiques, les époques et les publics. A travers une programmation audacieuse, exigeante et éclectique, les directeurs du Festival – Audrey Vigoureux, Marc Perrenoud et Valentin Peiry – ont invité au voyage, à la rencontre et au partage. Chaque soirée était une expérience musicale et humaine chaleureuse et unique! Au programme 8 soirées, 150 artistes, 21 concerts, 3 ciné-concerts, 7 live & DJ set, 2 expos, 2 master-classes. Plus


7e édition du festival Athénéennes 1er au 9 juin 2017 à l’Alhambra et au Temple de la Madeleine, Genève

Les Athénéennes, festival de musique classique, jazz et création qui déménage pour sa 7e édition du 1er au 9 juin à l’Alhambra, récemment rénové et au Temple de la Madeleine. Un festival qui tisse des liens entre classique, jazz et contemporain, en programmant différentes formes musicales pendant une soirée.

A l’origine du festival trois musiciens, trois pianistes: Audrey Vigoureux , pianiste classique d’origine française, Marc Perrenoud, pianiste genevois qui vient du jazz et le pianiste-compositeur lausannois Valentin Peiry  qui se produit régulièrement dans des concerts de musique improvisée.

Ensemble Harmoniche Sfere

Ensemble Harmoniche Sfere

Nous avons assistés à la soirée de samedi 3 juin à l’Alhambra à un métissage musical qui a débuté par la musique française de la renaissance, interprétée par l’Ensemble Harmoniche Sfere jouant sur des instruments d’époque du Couperin et autres, animé par le claveciniste, organiste et pianofortiste Paolo Corsi, accompagné par Olivier Riehl au traverso et piccolo, Fina Emilie Poupard au violon baroque et Esmé de Vries, violoncelle et viole de game. (L’Ensemble se produit dans de nombreux festivals, tels que le Festival Baroque du Pays du Mont Blanc).

Kiku Black Cracker

Le groupe Kiku avec le rappeur Black Cracker

Suivait un concert avant-gardiste en deuxième partie de la soirée avec le groupe KiKu faisant tomber les barrières entre le jazz, la musique de chambre classique et la musique électronique et le rock dans un univers surréaliste et étrangement narratif, animé par des projections. Blixa Bargeld qui récitant Hermann Hesse, était accompagné par le trompettiste Yannick Barman et le guitare électrisant de David Doyou. En photo le slam du rappeur new yorkais, Black Cracker, qui prenait le relais par moments. La soirée s’est poursuivi avec un concert de musique électronique et un After à l’Abri.

Une programmation qui se poursuit au Temple de la Madeleine ce lundi 5 juin avec un récital de piano de Sergei Babayan pour le 25e anniversaire des relations diplomatiques entre la République d’Arménie et le Confédération Suisse, mardi 6 juin une rencontre musique de chambre en première partie et un ciné-concert, un documentaire expérimental sur le changement climatique en deuxième partie. Mercredi 7 juin Piano Toys avec des oeuvres de Bernstein, Cage, Cowell entre autres, suivi d’une création, un ciné-concert accompagnant des courts-métrages de Hans Richter et le film de Buster Keaton: Three Ages. Jeudi 8 et vendredi 9 juin, le festival revient à l’Alhambra avec jeudi en première partie le Vortex Temorum, suivi de Dhafer Youssef 4tet et pour finir avec le DJ set Garance jeudi, du Bach, le Shai Maestro Trio, Qoniak vendredi avec une fête de clôture dès 1h à l’Abri. A noter l’exposition Lucy Vigoureux: Sodade du 6 au 9 juin à l’Abri, vernissage mardi 6 juin à 18h.