Berges de Vessy, Genève: activités, expositions temporaires à la maison du future

Les Berges de Vessy avec la Maison du futur
Les Berges de Vessy avec la Maison du futur
Vessy: La Maison du futur

Vessy: La Maison du futur. Cet espace, propriété de SIG, propose un programme d’activités, dont l’actuelle exposition temporaire:

Nichée à l’entrée de la boucle de l’Arve, le site de la station de pompage de Vessy (1866) englobe des anciennes machines et plusieurs bâtiments rénovés, dont la maison du future, inauguré en mars 2015.

Mardi au vendredi de 13h à 17h, samedi et dimanche de 10h à 17h, entrée libre. Vous y accéder en tpg: Lignes 11 et 21, arrêt Bout-du-Monde / Ligne 8, arrêt Conches (suivre le sentier pédestre) ou Stand Veyrier (prendre l’escalier à côté des troncs de bois et longer la rive gauche de l’Arve) après le Tennis-Club de Genève-Champel.

Ville et Climat du vendredi 29 avril au dimanche 30 octobre 2022, Berges de Vessy, au bord de l’Arve, Vessy/GE

Repenser la ville est primordial dans la lutte contre le changement climatique et ses conséquences. En 2022, 55% de la population mondiale vit en ville. Ce chiffre grimpera à 68% en 2050, selon l’ONU. Les zones urbaines concentrent une grande part des activités humaines, consomment 66% de l’énergie et produisent près de 70% des émissions de gaz à effet de serre, alors qu’elles n’occupent que 3% des continents. 

Les territoires urbains sont donc au cœur des enjeux liés au changement climatique. La ville est une véritable ruche productrice et consommatrice de ressources. Elle est aussi un lieu de rassemblement des populations et des activités qui consomment la majorité des ressources en leur sein. La production d’énergie en milieu urbain reste un défi de taille, afin de satisfaire une demande croissante, la ville devient également un lieu de production d’énergies renouvelables comme le solaire ou la géothermie ! L’exposition présente les multiples défis auxquels seront confrontées les villes : les catastrophes naturelles comme les inondations, les îlots de chaleur, la pollution de l’air, l’accès à l’énergie et aux ressources, autant de thématiques et de constats qui doivent pousser les villes à se réinventer. La scénographie se veut immersive et didactique et amène à s’interroger sur les questions complexes que pose aux villes le changement climatique. Des conférences et des ateliers ainsi que des projections de films seront proposés. + d’infos.

Mardi au vendredi de 13h-17h. Samedi et dimanche de 10h-17h. Entrée libre.

Immersions – une exposition sur l’eau du 19 mars au 31 octobre 2021 aux Berges de Vessy

La Maison du Futur

Au première étage: une plongée aquatique dans le monde des rivières grâce magnifiques images, les photos de Rémi Masson.

La  nouvelle exposition Immersions propose une plongée intime dans cet univers aquatique prodigieux. Locale et collaborative, cette exposition donne la parole aux acteurs de la région qui s’engagent chaque jour pour préserver cet élément inestimable et offre une vitrine aux artistes qui s’en inspirent. Pour la première fois, depuis l’ouverture de l’espace culturel des Berges de Vessy en 2015, l’exposition est déployée dans plusieurs maisons qui composent le site. Chaque maison, abritant des éléments historiques conservés, présente un angle, spécifique sur l’eau.  La Maison du futur vous accueille avec une installation de méduses.

Accueil de la Maison du Futur.

Bibliotheque de Geneve: Place du Molard – Porteur d’eau. Christian Gottlieb (ou Gottlob) Geissler (1729-1814) aquarelle 1794.

Jusqu’à la seconde moitié du 19e siècle, l’eau était tansportée depuis la fontaine jusqu’à la cuisine où elle était stockée dans une pierre à eau, petit réservoir calibré à la ration d’eau quotidienne. Aujourd’hui, en Suisse une personne consomme 142 libres par jour.

Au rez: L’eau et l’Hommes: une retation tumultueuse retrace l’évolution de la relation entre la population genevoise et le Léman, le Rhône et l’Arve. Genève « ville d’eau », dont le nom en découle: gen: la bouche, ava: l’eau. Une ville qui ne manque pas d’eau, mais qui – construite sur une colline – a longtemps fallu recourir à des porteurs d’eau pour y acheminer l’eau potable – jusqu’en 1710, quand la machine hydraulique de l’architecte Abeille alimente directement les fontaines de la Cité depuis le Rhône. Puis, une usine de pompage est mise en service en 1820 sur le Pont de la Machine. En 1886, l’usine des Forces Motrices fournit de l’eau potable et de l’énergie aux entreprises dont le surplus est évacué par d’un jet d’eau de 30 mètres de hauteur déplacé dans la Rade quelques années plus tard. Au 19e siècle, Genève qui jusqu’alors orientait vers l’eau ses façades arrière et ses latrines, tourne désormais son regard en direction du lac et du Rhône. La construction de deux quais, inaugurés en 1834, accompagnés de parcs, hôtels et promenades, sera perçue comme une véritable réconciliation.

 Jo Fontaine, sculpteur et Marianne Brand, galerist

Retrouvez plusieurs sculptures de l’artiste Jo Fontaine, sculpteur genevois. Les oeuvres exposées sont façonnées dans la serpentine, une roche vert-sombre ou dans le granite. L’artiste qui vit et traville à Soral a exposé en 2020 dans la Galerie Marianne Brand à Carouge, en savoir plus. A gauche Jo Fontaine avec la galeriste Marianne Brand devant de sa sculpture (à l’extérieur de la Maison du Futur).

Jo Fontaine devant « son coffre à trésor ».

Une autre magnifique oeuvre en serpentine (roche vert-sombre) mise en scène dans la maison du Futur: une pierre-réceptacle au-dessus de la quelle il a installé un goutte-à-goutte qui libère une perle d’eau toutes les sept secondes sans jamais déborder grâce au subtile équilible avec l’évaporation.

La maison de la force – la force de la nature

Réalisée en 1920, elle regroupe des turbines et des pompes qui fonctionnent jusqu’en 1944. L’artiste Laurence Piaget Dubuis nous y montre la disparition en 2019 du glacier du Pizol dans le canton de St. Gall  grâce à son installation de miroirs tournants donnant l’illusion de mouvement des photos prises entre de 1849 à 2019.

Installation de Laurence Piaget-Dubuis

La maison de la Rivière – de l’eau potable au robinet

Photographies de Silvio Maraini

L’ONU révèle que 1,4 milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable, provoquant 3 millions de morts par année. Fin 19e, l’ingénieur Turrettini crée le 1er réseau genevois de canalisations. Il rejette les eaux usées en aval de la ville afin de diminuer les épidémies. Aujourd’hui, nos eaux usées sont traitées par 5 stations d’épurtion (STEP), dont la plus importante est celle d’Aïre. Leur défi actuel? Lutter contre les micropolluants (pésticides, médicaments, produits cosmétiques, éducorants..) que les systèmes n’arrivent pas à filtrer, les rejetant dans les cours d’eau avec les eaux épurées.

Retrouvez dans cette maison les photos magnifiques de réservoir d’eau potable de Silvio Maraini, ainsi que le projet: de l’eau potable pour la communauté de Kiswaro au Kenya, en savoir plus.

Fresque restaurée autour des « usages de l’eau » de l’artiste Walther Grandjean dit « Bodjol » (1919-2006), située à l’extérieur de la Maison de la Rivière.

La maison de la Truite – bienvenue chez les poissons!

ancien réservoir, Maison de la Truite

Empruntez le passage souterrain pour vous rendre à la maison de la Truite à la faïence magnifique qui abrite un ancien réservoir. Cette cathédrale subaquatique accueillait le trop-plein d’eau pompée dans la nappe du Genevois et bue par les Genevois entre 1866 et 1994. A découvrir quelques espèces du lac, dont certaines disparues comme la Féra, espèce endémique du Léman, qui a disparu au début du 20e siècle à cause de la surpêche, la dégradation de la qualité des eaux et l’introduction d’espèces expotiques. Aujourd’hui, la Féra du Lac proposée aux menus des restaurants n’est autre que la Palée, une espèce venue du lac de Neuchâtel qui a remplacé, dans le Léman, l’espèce locales.

Au-delà des murs de l’exposition, les espaces extérieurs sont également investis à travers la présentation d’oeuvres d’artistes inspirés par la thématique.

A gauche, l’installation Parcours d’eau (en face de la maison du Futur) – jeu de billes pour les enfants en access libre.

 

Une riche programmation accompagne les différents publics durant toute la durée de l’exposition.

Entrée libre.

Heures d’ouverture

Mardi-vendredi de 13 à 17 heures

samedi-dimanche de 10 à 17 heures

Tous sous le même toit du 20 mars au 31 octobre 2019 aux Berges de Vessy dans la Maison du futur

Fondation Braillard SIG collaboration Exposition temporaire Bergues de Vessy, Maison de Futur, Genève

Panos Mantziaras, Christian Brunier, Robert Cramer

Le toit est le nouveau thème de la nouvelle exposition temporaire issue d’une collaboration entre différents partenaire sous l’égide de Christian Brunier, directeur du SIG et Panos Mantziaras, directeur de la Fondation Braillard (en photo avec le conseiller d’Etat écologiste Robert Cramer). Elle explore les multiples facettes de nos toitures au travers d’exemples genevois, suisses et internationaux. Sur les deux étages de la maison du futur, l’exposition retrace l’histoire des toits et leur évolution. Composée d’images, de dessins et de maquettes, cette exposition éclectique et ludique invite le grand public à lever les yeux au ciel pour explorer les toitures sous toutes leurs formes et découvrir toutes leurs fonctions les plus diverses. Exposition temporaire Bergues de Vessy, Maison de Futur, Genève le toit 2019

De la caverne aux autres cavités, la mise sous abri des lieux de vie et de ses habitants a sans cesse évolué grâce à l’inventivité et aux besoins de l’homme, donnant lieu à de multiples formes de constructions. Le toit est devenu un champ inépuisable pour l’expression de valeurs esthétiques, culturelles et identitaires. Cette formidable invention humaine est à découvrir dans cette exposition sous trois angles. Le toit, comme construction matérielle laissant place à la création de dispositifs de protection ingénieux en termes de dimension, de matière et de forme. Le toit comme expression multiculturelle, de la Tour de Babel à la quête du ciel. Et le toit comme espace écologique, des panneaux solaires aux toits végétalisés. Grâce aux innovations technologiques, à l’interaction sociale et à la sensibilisation environnementale, les toits sont devenus l’expression même de la transition écologique. De protecteurs à l’origine, les toits contemporains sont récepteurs, accueillant le soleil, l’eau, le vent, la faune et la flore. Mieux encore, ils deviennent producteurs d’énergie, de nourriture, de loisirs et de dynamiques sociales. Composée de six partenaires genevois, l’association Les Berges de Vessy anime le lieu au travers d’expositions temporaires, d’ateliers, de visites et de conférences qui reflètent des valeurs communes : nature, énergies renouvelables, patrimoine et environnement.


Urgence Humanitaire du 9 mars au mercredi 31 octobre 2018 aux Bergues de Vessy dans la Maison du Futur

Maison Nature Vessy exposition temporaire Genève

L’urgence humanitaire est aujourd’hui de plus en plus d’actualité de par le dérèglement climatique, la multiplication des catastrophes naturelles et des conflits armés. Alors que certaines populations ont la chance de pouvoir rester dans leur foyer, d’autres sont contraintes au déplacement.

Maison Nature Vessy exposition temporaire GenèveLa Croix-Rouge suisse nous fait ainsi voyager vers des destinations où la prévention des catastrophes et l’aide à la population sont vitales, pendant que la Fondation Braillard présente la thématique des abris d’urgence, essentiels points de survie pour les déplacés en situation d’urgence humanitaire, dans la longue histoire et dans l’époque contemporaine. Vanna Karamaounas, quant à elle, nous questionnera sur la migration et les exodes au travers de la série de photographies « Exo Mattresses », qui présente le matelas comme témoin de l’activité humaine et de ses déplacements.

Destination Croix-Rouge en première étage: Au cours d’un périple émaillé de rencontres, vous découvrez des pays et cultures fascinants et apprenez concrètement quels moyens la Croix Rouge déploie pour mettre les populations à l’abri de nouveaux drames: Honduras – Haïti – Ghana – Ethiopie – Népal et Philippines. L’exposition enjambe non seulement les océans, mais aussi les siècles. En montant à bord de la machine à voyager dans le temps, vous vivrez des moments-clés de l’histoire de l’humanité et de la Croix-Rouge, pour vous projeter ensuite dans les réalités qui pourraient être celles du monde de demain.

Maison Nature Vessy exposition temporaire GenèveArchitectures d’urgence par la Fondation Braillard Architectes qui offre au visiteur dans le cadre de son programme de recherche et culture The Eco-Century Project®, un petit panorama historique et contemporain des situations d’urgence humanitaire liées à l’acte constructif, premier et essentiel point de la survie, mais aussi base de la dignité humaine. Les situations extrêmes qui forcent de nombreuses populations à se déplacer en urgence sont plus fréquentes que jamais. Les conflits armés, catastrophes naturelles, dérèglement climatique, d’une part, mais aussi la densification urbaine et la vétusté de nombreuses infrastructures à haut risque exigent des mesures d’urgence pour soulager les populations en détresse. Au-delà du débat que ces mouvements provoquent dû aux tensions croissantes liées à la problématique de l’immigration, l’accueil et l’intégration de réfugiés posent des défis concrets aux pays de destination. Des terrains, des espaces urbains ou des bâtiments de structure simple sont construits ou mis à disposition pour les familles déplacées, afin de répondre rapidement à des besoins de logements et d’infrastructures sanitaires, éducatives, de rassemblement et de culte.

Horaires d’ouverture du mardi au vendredi de 13h à 17h, samedi et dimanche de 10h à 17h. Entrée libre.


Archives: Expositions passées

Vessy: Exposition Abeille, miroir de l'Homme?

Vessy: Exposition Abeille, miroir de l’Homme?

L’abeille, miroir de l’Homme? – un voyage dans le monde fantastique des abeilles du 18 mai au 31 octobre 2017

Au travers d’un parcours et d’une scénographie originale inspirés de la ruche, vous découvrirez la thématique des abeilles sous l’angle biologique, environnemental, historique, culturel et patrimonial. Vous en saurez davantage également sur les produits de la ruche et ses bienfaits, sur le métier d’apiculteur ou encore sur le phénomène inquiétant de disparition de ces pollinisateurs, pourtant essentiels pour la vie de l’Homme sur Terre.

Vessy: Exposition Abeille, miroir de l'Homme?La visite de cette exposition sera une expérience sensorielle unique. Petits et grands pourront visionner le film à succès « More Than Honey », découvrir la fascinante exposition « Les Routes du miel » du photographe des abeilles Eric Tourneret, se prendre en photo avec la combinaison de l’apiculteur, pénétrer à l’intérieur d’une ruche. Vous aurez aussi la possibilité de construire un nichoir, de tester vos connaissances sur les abeilles avec des jeux interactifs, de goûter et sentir des miels genevois ou encore d’exprimer votre fibre artistique en dessinant la plus belle des abeilles. A la fin de la visite, dirigez-vous vers les ruches installées sur le site et peut-être, aurez-vous la chance de voir l’envol d’une colonie de plus de 20’000 abeilles.


Vessy: Maison du futur_ Où irons-nous? Kader

Vessy: Maison du futur_ Où irons-nous? Kader

Où irons-nous? Réfugiés climatiques du 20 janvier au 22 mai 2016 aux Bergues de Vessy dans la Maison du Futur.

L’exposition de Kadir van Lohuien en images en grand format (en photo et en film) se penche sur les conséquences humaines de l’élévation du niveau de la mer. Le changement climatique entraîne le recul des glaciers, les banquises de l’Antarctique et du Groenland fondent à un rythme sans précédent. Le coût humain de la montée des eaux est considéable. La totalité des habitants des îles Kiribati devra être déplacée, et on estime qu’au Bangladesh, d’ici à 20150, plusieurs dizaines de millions de personnes devraient être déplacées. L’exposition présente les conséquences déjà perceptible du changement climatique dans des endroits du monde: au Groenland avec la fonte de ses glaciers, aux Kiribati, aux îles Fiji, aux îles Carteret, en Papouasie-Nouvelle Guinée, au Bangladesh, dans l’archipel des Kuna Yala au Panama, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis et met en lumière les populations vivant dans les régions déjà touchées par ces phénomènes climatiques. Bien avant que les eaux recouvrent définitivement les terres, les cultures autrefois fertiles deviennent stériles et l’eau potable impropre à la consommation.