Journées européennes du patrimoine à Genève

Collège Calvin, Genève

Journées européennes du patrimoine 2020 samedi et dimanche 12 et 13 septembre 2020, canton de Genève

27e édition des Journées du patrimoine placée sous le thème de la verticalité

L’immeuble de la Tour aussi appelé la Tour Blavignac, construit entre 1859 et 1862 par l’architecte Jean-Daniel Blavignac pour lui-même dans le quartier des Petits-Philosophes. Né en 1817 à Genève, J.-D. Blavignac fils d’un faïencier ouvre son bureau d’architecte en 1843. Son intérêt pour les bâtiments médiévaux l’amène à découvrir les décors peints du temple de Saint-Gervais, de la chapelle des Macchabées et de l’église de la Madeleine. Jugeant indispensable recherche historique préalable à toute interventions sur le bâtiment (restauration de l’église Saint-Pierre), il devient précurseur dans le domaine de la conservation du patrimoine architectural monumental. Il publia un nombre d’ouvrages impressionnant, dont le plus important est son Histoire de l’Architecture sacrée publiée en 1853. La maison manifeste l’amour de son architecte pour le Moyen Age et la franc-maçonnerie (elle a abrité une loge maçonnique). A peine la construit, J.-D. Blavignac en proie à des difficultés financières, dut vendre sa maison. Depuis 1987, elle heberge la Maison de quartier de Plainpalais.

20 000 visiteurs pour les Journées européennes du patrimoine 2020 autour du thème de la Verticalité samedi et dimanche 12 et 13 septembre 2020 côté Suisse, avec vingtaine d’activités proposées pour appréhender ce principe d’élévation, de hauteur et aussi le replacer dans son contexte historique à Genève, voici celles de France, dont la 37e édition se déroule le  week-end du 19 et 20 septembre 2020. A noter à Annemasse, la fête du Perrier avec les inaugurations de la Bulle et du parc Clemenceau samedi 19 septembre.

Les visites proposées sur le thème de la verticalité: que ce soit lors de la découverte des télescopes de l’Observatoire de Genève à Versoix, face à un panorama unique au 11e étage de « Constellation », le premier gratte-ciel genevois à Saint-Jean, à l’occasion de la visite de la Tour de Rive et de ses alentours, du sommet des tours de Carouge au bord du lac face à la rade, ou encore au pied des sequoias géants du parc Barton ou de l’immanquable Jet d’eau, un vaste champ d’activités est proposé cette année tant pour les passionnés du patrimoine que pour les simples curieux. A Genève, le programme de cette édition couvrira ainsi un large éventail des usages de la construction verticale du Moyen Age au 21e siècle. Les visites du chantier de la tour de l’Ile, de la tour d’Hermance, du château d’eau de Jussy, des tours de Lancy et du Lignon, du quartier des Petits-Philosophes permettront de se rendre compte de la profonde modification de l’horizon du bout du lac, amenée au cours des siècles par l’érection de clochers d’église, tours de guet, remparts, flèches, dômes et tours d’habitation. Enfin, les conférences proposées au pavillon Sicli mettront l’accent sur le skyline de Genève au 19e siècle, les archives de Maurice Braillard, et l’habitat en hauteur au 20e siècle. Les enfants n’ont pas été oubliés. Ils sont attendus au Musée d’histoire des sciences dimanche 13 septembre, pour des ateliers, des démonstrations et des expériences pour découvrir les effets de la gravitation, jouer avec elle et même fabriquer un petit planétaire. Les anglophones bénéficieront d’une visite dans leur langue, « Vertical limit – Geneva in elevation view« , dimanche 13 septembre à 10h. Programme complet sur www.journeesdupatrimoine.ch. Beaucoup de visites sont malheureusement beaucoup déjà complètes.

26e Journées européennes du patrimoine les samedi 14 et dimanche 15 septembre 2019 sur le thème des « Couleurs ».

Visite de l’Eglise russe avec ses bulbes en or

Stephan Meleshko, Yves Peçon, architectes

Sur plus de 300 sites, venez apprendre comment les architectes, les urbanistes, les conservateurs du patrimoine et les restaurateurs recourent sélectivement aux couleurs, afin de souligner et de renforcer l’identité des lieux concernés. Des spécialistes vous guideront à la découverte des couleurs, omniprésents dans les monuments à Genève. Les édifices sacrés, notamment l’église russe et la cathédrale Saint-Pierre, en font de brillantes démonstrations. Au 15e siècle, l’atelier du peintre Giacomo Jaquerio orna de fresques, selon des codes bien établis, la chapelle de Tous-les-Saints à Saint-Gervais ainsi que celle des Macchabées à Saint-Pierre, dont le décor médiéval flamboyant fut restauré sur la base d’un projet de Viollet-le-Duc. De même, qui pourrait croire aujourd’hui que la cathédrale Saint-Pierre était à sa conception polychrome? Au milieu du 19e siècle, dans le nouveau quartier des Tranchées, l’église de l’Exaltation de la Sainte-Croix, communément appelée «église russe», propose un programme iconographie remarquable, qui a retrouvé son éclat lors de sa dernière restauration en 2017.

Journée patrimoine 2019 Genève

Usine tuileries Bardonnex

Usine tuileries Bardonnex

Antoine M., employée

Les tuiles du toit du Collège Calvin, du château de Vufflens, du Château de Chillon? C’est le savoir-faire des tuileries et briqueteries de Bardonnex. Depuis 1984, l’usine se consacre exclusivement à la fabrication de tuiles plates. Nuancé Rouge, Brun, Vieilli et plus original Nuancé Jaune. Usine tuileries Bardonnex Journée patrimoine 2019 GenèveTelles sont les couleurs uniques des tuiles plates de Bardonnex, fruit de l’exploitation d’une manière première naturelle locale: l’argile de Bardonnex.
Ce gisement a été découvert en 1933 sur l’emplacement actuel de la douane. Depuis 1946, il est exploité dans l’usine de Bardonnex.   Son four de 105m de long constitue le coeur de l’usine, où sont cuites les tuiles à plus de 1000° pendant plusieurs jours. Nous avons pu suivre le processus depuis la carrière de l’argile.

Les salles de spectacle, de l’Alhambra au Grand Théâtre, déploient les ors de leurs foyers et les carmins de leurs tentures. Les façades de la Vieille Ville, l’immeuble Clarté de Le Corbusier ou le kaléidoscope des Avanchets, sont autant de témoignages de l’importance architectural de l’usage des couleurs.

 Journée patrimoine 2019 Genève

Casino-Théâtre, Genève

Journée patrimoine 2019 Genève

Antony Mettler, La Revue

Visite des lieux de spectacle: Quand on pense «spectacle», le rouge et l’or s’imposent à notre imaginaire et ce sont bien ces couleurs qui habillent, aujourd’hui encore, le Casino-Théâtre de la rue de Carouge, qui se prépare à être restauré. D’abord Brasserie de l’Espérance (1881-1891), puis Casino de l’Espérance (1891-1907) et enfin Casino-Théâtre (dès 1907), simple café-concert à l’origine, il s’est rapidement transformé en théâtre.

Journée patrimoine 2019 Genève Casino Théâtre La Revue

Châlet Espérance, costumière

Initialement conçu en fer et verre, le Casino Théâtre a pérennisé son architecture à la fin du 19e siècle en se revêtant de pierre et en cherchant à imiter les bonbonnières parisiennes, cependant les références locales ne sont pas en reste, Journée patrimoine 2019 Genève Casino Théâtre comme en témoigne le très Heimatstil Chalet de l’Espérance, quelque peu caché à l’arrière du Casino-Théâtre. Depuis 1892, le Casino-Théâtre accueil la fameuse Revue (inscrite sur la liste suisse du patrimoine culturel immatériel OFC). La prochaine édition est en train de se préparer sous la direction d’Antony Mettler. Elle va débuter dès le 18 octobre 2019. Plus.


25e Journées européennes du patrimoine les 1er et 2 septembre 2018 aux quatre coins du canton de Genève et au-delà de la frontière suisse sur le thème « Sans frontières »

le château de Voltaire à Ferney

La 25e édition suisse des Journées européennes du patrimoine ne se dérouleront pas, comme d’habitude, sur deux jours, mais sur quatre fins de semaine, du 1er au 23 septembre.L’eau ne connaît pas de frontière…A visiter le Rhône dans le cadre naturel exceptionnel à l’ancienne STEP d’Aïre, conçue par l’architecte George Brera dans les années 60. Plus loin, le barrage binational de Chancy-Pougny, « cathédrale électrique » construite durant l’entre-deux-guerres, témoigne de la collaboration franco-suisse pour exploiter le potentiel énergétique du fleuve. D’autres cours d’eau, à découvrir à pied ou à vélo, marquent ou traversent la frontière; ainsi la Versoix, à Sauverny, ou l’Arve, qui pénètre le canton à Veyrier et a actionné pendant plus de 120 ans les pompes de l’Usine des berges de Vessy. Et au-delà de nos frontières ? Plusieurs communes genevoises entretiennent d’étroites relations avec notre pays voisin. Si le Petit-Veyrier ne quitte la Savoie et ne devient suisse qu’en 1816, le cimetière israélite de Veyrier tire parti de la frontière pour contourner la loi en vigueur et enterrer ses morts à sa convenance. Laissant la douane derrière nous, on emprunte le téléphérique du Salève pour admirer le Grand Genève depuis la remarquable station d’arrivée due à Maurice Braillard. Cet ouvrage va bientôt connaître une nouvelle mue suite à un récent concours, dont les planches seront exposées à la station supérieure. A l’autre extrémité du canton, on distingue l’aéroport de Genève, une des plus anciennes plateformes aéroportuaires du Vieux-Continent, en constante évolution. Non loin de là, le château de Voltaire à Ferney, récemment restauré, nous ouvrira ses portes.  Voltaire, le « multiforme » qui se plaisait à dire qu’ayant « un pied en France, l’autre en Suisse, [il] ne pouvait pas imaginer sur la terre une situation plus à [son] goût », vécut cinq années au centre de Genève, aux Délices. La propriété, devenue institut et musée, est désormais la gardienne de son patrimoine littéraire et de celui des Lumières. A Sicli, une exposition et une conférence présenteront les travaux de l’architecte et designer italien Angelo Mangiarotti, au MAMCO, les œuvres d’artistes internationaux dialoguent avec notre patrimoine industriel, ou encore rendez-vous au musée Ariana, au MEG et à la Fondation Baur, où voyageurs et explorateurs ont constitué de précieuses collections venues du monde entier. Des artisans venus de tous horizons ont également apporté des savoir-faire remarquables qui ont enrichi techniques et styles d’architecture, du « Beaux Arts » parisien de l’ensemble de la Tour-Maîtresse au pittoresque suisse à Plainpalais. Une croisière sur la Neptune sera l’occasion de découvrir comment les barques lémaniques ont contribué à ces échanges en transportant jusqu’en 1968 divers matériaux de construction. A l’occasion de plusieurs conférences, la lancinante question de l’accueil à Genève, terre d’asile des réformés au 16e siècle. L’était-elle encore pendant la Seconde Guerre mondiale ? Ces interrogations nous amèneront naturellement à parler de la Genève internationale et du développement du quartier des organisations non gouvernementales. A travers des constructions d’une grande modernité architecturale, une nouvelle image de ces institutions est véhiculée, apportant à la cité de Calvin cet « esprit cosmopolite » qui lui est propre.


24e Journées européennes du patrimoine sur le thème Héritage du pouvoir les 9 et 10 septembre 2017 à Genève

Entrée du Palais de Justice, Genève

Le patrimoine bâti par l’exercice du pouvoir est au cœur du programme cette importante manifestation culturelle: au cœur de la Vieille Ville: la cathédrale Saint-Pierre qui, depuis le siège du Palais épiscopal jusqu’aux prestations de serment des élus, demeure le lieu de référence. Puis l’Hôtel de Ville, ancienne Maison de Ville, qui abrite le pouvoir politique depuis le Moyen Âge, mais aussi le Palais de justice, qui s’installe en 1860 dans l’ancien Hôpital général. Aux pieds de la ville haute et avant la fusion des communes, ce sont les anciennes mairies du 19e siècle qui exaltent le pouvoir communal ; celles des Eaux-Vives et de Plainpalais ont conservé des décors remarquables. La bourgeoisie qui affirme son pouvoir de manière ostentatoire comme le palais genevois de Jean Gabriel Eynard à la frange de la promenade des Bastions aujourd’hui l’Hôtel municipal. C’est aussi l’occasion de découvrir le vaste chantier de restauration entrepris ou en cours de la Ville de Genève: Le Grand Théâtre, le théâtre le plus grand et le plus orné de Suisse romande réalisé grâce au legs du célèbre Duc de Brunswick, le passage des Lions, édifié en 1911, l’Hôtel des Postes avec son décor Beaux-Arts, par les frères architectes John et Marc Camoletti.

Salle des rois, Société des Exercises de l’Arquebuse, Genève

Parmi les pouvoirs exercés de manière plus discrète, Genève compte de nombreuses sociétés. Celle des Exercices de l’Arquebuse et de la Navigation (15e siècle), dont la salle des Rois a été ouverte au public. Restauré en 2014, elle présente une galerie de portraits de Rois de l’Arquebuse et de la Navigation et un cycle de peintures murales de l’artiste genevois Edouard Castres. Une fois par année à l’occasion de l’Escalade, les Exercices de l’Arquebuse et de la Navigation ouvrent leur musée et leur salle des Rois contenant une belle collection d’armes, coupes, médailles et portraits, rue du Stand 36 (entrée côté rue des Rois – parking disponible). Rendez-vous samedi 10 décembre de 10h à 12h et de 14h à 17h.

Intérieur du bâtiment Georg Bodenhausen par Pierre Braillard

OMPI: Tour Arpad Bogsch par Pierre Braillard

Au 20e siècle, c’est la Genève internationale qui affiche son autorité : lOMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), où la notion de propriété intellectuelle marque l’instauration d’un nouveau pouvoir. Cette institution spécialisé de l’ONU gère le système international des brevets, des marques, des dessins et des modèles industriels ou encore les droits des artistes et la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. En 1960, les Bureaux internationaux réunis pour le protection de la propriété intellectuelle (BIRPI) déménage de Berne à Genève dans l’immeuble Bâtiment Georg Bodenhausen I (1958-1960, Pierre Braillard) en retrait parallèle à l’avenue Guiseppe Motta. La Tour Arpad Bogsch (1974-1978 Pierre Braillard), l’emblème de l’OMPI, est réalisé au moment où l’organisation intergouvernementale accède au statut d’institution spécialisée des Nations Unies.

Genève Nations Unis

OMPI Nouveau Bâtiment

Genève Nations Unies

OMPI: Salle de conférence par Behnisch Architekten

Le Nouveau bâtiment (2008-2011 Behnisch Architekten) offre plus de 500 places de travail, une bibliothèque, plusieurs salles de réunion et une caféteria (ouvert à midi au public) organisées autour de patios et de jardin d’hiver répondant aux exigences du développement durable.  La Salle de Conférence (2011-2014 Behnisch Architekten), insérée entre la tour et le Nouveau Bâtiment est caractérisé par sa volumétrie asymétrique est une prouesse technologique par son porte-à-faux en bois d’une longeueur record de 35 mètres. Elle a accueillit une table ronde sur le devenir du Grand Genève, organisé à l’occasion du 30e anniversaire de la Fondation Braillard Architectes (1987-2017) en présence des acteurs du territoire franco-suisse avec Etienne Blanc, 1er vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Maire de Divonne et Robert Cramer, président de Patrimoine Suisse Genève, Conseiller aux Etats entre autres.

OMPI : Table ronde Futur du Grand Genève organisée par la Fondation Braillard

Augustin-Pyramus de Candolle

Augustin-Pyramus de Candolle par Pierre-Louis Bouvier, 1822 (©Société des Arts de Genève)

A visiter dans le même quartier l’ancienne demeure patricienne de La Pastorale, qui héberge le Centre d’accueil de la Genève internationale (visite en anglais à 16h). Des promenades autour de la place des Nations emmèneront le public à la rencontre de monuments aux enjeux mémoriels et politiques ouverts sur le monde. D’autres circuits permettront d’appréhender la notion de contre-pouvoir: entre Plainpalais et la Jonction, celui de la classe ouvrière qui s’organise dès le 19e siècle pour faire valoir ses droits face aux pouvoirs dominants. Les Journées du patrimoine sont aussi l’occasion de célébrer des anniversaires ; que ce soit aux Conservatoire et Jardin botaniques pour participer aux hommages rendus à leur fondateur, Augustin Pyramus de Candolle, l’un des plus célèbres botanistes du 19e siècle ; ou encore au Musée international de la Réforme pour fêter le 500e anniversaire de la Réforme et de la Révolution Gutenberg.
Les Journées du patrimoine s’invitent à Dardagny pour un long week-end de visites et de découvertes. C’est au cœur du Mandement que se trouve le dernier des grands châteaux genevois, témoin des luttes de pouvoir entre la Savoie, les troupes napoléoniennes et la Suisse. Petits et grands, mais aussi gourmands et curieux y trouveront de nombreuses activités. Comme nouveauté de cette édition: Une JEPRun, sur le modèle des sightjogging en vogue dans de nombreuses métropoles, permettra aux sportifs de suivre les traces des bâtiments et des sites sauvés par la mobilisation de la société civile. Le départ se fera des Bains des Pâquis, lieu le plus symbolique de la sauvegarde du patrimoine à Genève et qui fête les trente ans de sa renaissance.