Pavillon de la danse contemporaine, Genève

L’adc – L’Association pour la Danse Contemporaine fédère danseuses et danseurs, chorégraphes et publics autour de la popularisation de cette discipline depuis 1998. Elle est reconnu par les nombreuses reconnaissances internationales octroyées à des chorégraphes et danseuses et danseurs genevois y compris au-delà de nos frontières, comme en témoignent le Prix suisse de la danse en 2015 à l’ADC. Installée depuis 2004 à la Salle des Eaux-Vives. Rendez-vous le 24 mars 2021 pour le premier spectacle sur le plateau du Pavillon de la danse, installé provisoirement pour les prochains 7 ans sur le site de la place Charles-Sturm. Le Pavillon de la Danse consiste en une nouvelle construction légère et démontable, tout en mélèze et épicéa, comprenant une salle de spectacle modulable dédiée à la danse. Un bâtiment qui a nécessité l’assemblage de 21 portiques monumentaux, ainsi que sa façade, dont l’élégant mouvement est dessiné par 84 cadres en bois. L’entrée du bâtiment se trouvera côté jura, pas loin de l’église russe.

Inauguration du Pavillon de la danse jeudi 15 octobre 2020 – Ouverture au public mercredi 24 mars 2021

Avec la remise des clés du Pavillon de la danse, le chantier du Pavillon de la danse est terminé. Ce projet est issu d’un concours international d’architecture organisé en 2013, ayant désigné à l’unanimité le projet «Bombatwist» du bureau suisse ON-Architecture. Le concept d’une construction légère en bois a été développé en étroite collaboration avec les futurs utilisateurs, l’Association pour la Danse Contemporaine (ADC), actrice majeure de la scène genevoise. Le site de la place Charles-Sturm a été retenu pour une implantation limitée à 7 ans grâce à ses caractéristiques favorables : site urbain, accessible en transports publics et situé dans un périmètre offrant des synergies intéressantes avec les actuels studios de répétitions des danseurs gérés par l’ADC. Afin de réduire la durée et l’impact du chantier sur le voisinage, le pavillon est constitué de modules préfabriqués en atelier. Vingt et un portiques monumentaux, tout en mélèze et épicéa indigènes, ont été assemblés sur place à l’aide de grues télescopiques, sur un radier en béton nécessitant peu de terrassement. La construction légère et démontable, dont les 84 cadres de bois dessinent une élégante façade en mouvement, répond aux exigences du label MINERGIE et comprend une salle de spectacle modulable, un foyer, des ateliers, une salle de médiation et des bureaux. Conçue spécifiquement pour les besoins de la danse, la scène du Pavillon comporte des proportions idéales. La salle, un parallélépipède de 18 m de large, 25 m de long et d’une hauteur sous le faux-gril d’environ 9 m, est conçue pour être aménagée au gré des besoins des spectacles d’arts vivants. Les gradins modulables et démontables permettent jusqu’à 230 places assises, dont six places pour les personnes à mobilité réduite (PMR), dans des configurations variées. Les installations scéniques, telles que le gril et les passerelles, couvrent la totalité de la surface de la salle, permettant ainsi une flexibilité d’usage. Il en est de même pour le plancher de scène, qui se développe sur les 400 m2 de sol disponibles. La salle de spectacle est isolée de manière à ne pas émettre de bruit dont les décibels dépasseraient le seuil autorisé à l’embrasure des fenêtres des bâtiments voisins. La prise en main des locaux et installations sera suivie d’une période de quelques mois de rodages et de tests. Ouverture au public au printemps 2021. Jusqu’à l’ouverture, voici les prochaines créations, accueils et représentations à la salle des Eaux-Vives: Marie-Crolin Hominal: Sugar Danse du 27 octobre au 1er novembre, ma-ve 20h, sa 19h, di 18h,

En photo à gauche: le pavillon de la danse lors de la visite publique en février 2020.

La Ville ouvre ses chantiers – le public a pu visiter le chantier du Pavillon de la danse samedi 22 février 2020

Le public a été invité à se rendre sur le site de la place Charles-Sturm pour visiter le chantier du Pavillon de la danse. Une occasion unique de découvrir les travaux en cours de ce bâtiment sur deux étages + mezzanines, sans volume souterrain. Il est destiné à abriter un espace de travail pour les danseurs et chorégraphes, un lieu de représentation, un autre destiné à sensibiliser le public à la danse contemporaine, des bureaux pour l’adc, un centre de documentation ouvert au public. L’accueil du public s’est fait en continu de 11h à 14h. Sur place, les visiteurs ont pu rencontrer les architectes en charge du chantier et découvrir ce futur temple de la danse qui ouvrira ses portes à la rentrée 2020.