20e Festival Black Movie, Festival international de films indépendants en janvier à Genève

Greta Gratos

23e édition du Festival International de Films Indépendants Black Movie du 21 au 30 janvier 2022, dans les salles genevoises et, pour une durée plus courte, en ligne sur notre plateforme VOD

Une 23ème édition essentiellement prévue pour les salles de cinéma, ainsi qu’un volet online qui reprendra une grande partie de la programmation du 28 janvier au 1er février. Pendant 10 jours, le Festival Black Movie a montré une cuvée composée de 89 films, dont 50 longs et 39 courts métrages, répartis dans 9 sections thématiques, une programmation riche avec des films du monde, entier en particulier d’Asie et une belle sélection de films musicaux. Un florilège de productions indépendantes en provenance de 48 pays, parmi lesquelles on trouvera 70 premières suisses, et pas moins de 17 premières œuvres parmi les longs métrages. Alors que des figures familières sont revenus au festival par le biais de leurs nouvelles réalisations (Apichatpong Weerasethakul, Hong Sangsoo, Royston Tan, Sergei Loznitsa, Anca Damian, Karim Aïnouz), un nombre conséquent de films ont été tournés par des réalisatrices (21 longs et 27 courts métrages). Point fort de cette édition la section « Hong Kong blackout » s’est penchésur la production cinématographique qui a précédé et suivi 1997, date de la rétression de Hong Kong qui est alors passée de son statut de colonie britannique à celui de région administrative spéciale de la Chine continentale. A ce sujet une conférence a eu lieu mercredi 25 janvier, à Fonction Cinéma suivie le lendemain, jeudi 27 janvier de la conférence: Rumba congolaise et enjeux de l’inscription au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco. A noter les trois Nuits Blanches vendredi 28, samedi 29 et dimanche 30 janvier, dès 22h au Groove, rue des Gazomètres. + d’infos

Nous avons assisté à la cérémonie de clôture dimanche 30 janvier à l’Alhambra de Genève:

Prix de la Critique: Zinder d’Aïcha Macky (Niger 2021)

Prix de la Critique, mention spéciale pour Captain Vokonogov de Natasha Merkulova, Aleksey Chupov (Russie, 2021)

Prix des enfants: El Pingüino y la Balena d’Ezequiel Torres, Pablo Rafael Roldan (Argentine, 2020) en présence de Maria Watzlawick directrice

Critique des Jeunes pour Pepples de P.S. Vinothraj (Inde, 2021)

Prix Payot Petit Black Movie pour Black Slide d’Uri Lotan (Israël, Royaume-Uni, 2021), mention pour Dans la Rivière de Weijia Ma (Chine, France, 2020)

Ouverture du Festival Black Movie 2022 par la directrice Maria Watzlawick, Alhambra, 20 janvier 2022

En parallèle Wang Bing, l’œil qui marche une exposition consacrée au cinéaste chinois Wang Binn est organisé du 7 janvier au 6 février 2022 en collaboration avec le Centre de la photographie Genève. Conçue comme une installation immersive, à partir de séquences issues d’une sélection de 6 films de cette figure majeure du cinéma contemporain, elle a été dévoilée de mai à novembre 2021 au BAL à Paris. Wang Bing est un cinéaste familier de Black Movie, lequel a montré la plupart de ses films depuis 2004 et l’a invité en 2015 à l’occasion d’une rétrospective sélective. Vernissage de l’exposition le 6 janvier 2022 à 18h au Centre de la photographie Genève, + d’infos.

Sur la nouvelle affiche du Petit Black Movie, un curieux personnage frappé par la foudre, coiffure hirsute et banane indéboulonnable, devient le centre d’attention de ses congénères. Une image qui représente à merveille cette section qui, année après année, ne cesse d’affirmer sa singularité. Fidèle à la réputation du festival, la programmation proposera un vaste panorama cinématographique à travers 30 films issus de 24 pays différents. Elle offrira une somptueuse variété de formes aux mirettes des esthètes, tout en leur parlant du monde et de ses préoccupations, de l’écologie aux migrations en passant par l’identité. De nouvelles collaborations avec le Musée d’ethnographie et le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge seront inaugurées avec des projections thématiques in situ, et trois ateliers d’initiation ou de sensibilisation permettront aux plus jeunes d’exprimer leur créativité. Enfin, quoi de mieux pour fêter le retour dans les salles et terminer le festival en fanfare qu’un double ciné-concert concocté par l’ébouriffant Club des Chats ?

22e édition du Festival Black Movie à la découverte du meilleur des films indépendants internationaux du 22 au 31 janvier 2021

Entre perro y lobo (Espagne/Cuba) de la réalisatrice espagnole Irene Gutiérrez, Prix de la Critique

C’est un exploit ! La 22e édition – virtuelle – du Festival Black Movie à la découverte du meilleur des films indépendants internationaux qui s’est tenu en ligne du 22 au 31 janvier 2021 a connu une affluence globale réjouissante de plus de 60’000 festivalier·ère·s, dont 34’500 ont suivi avec assiduité les films, entretiens et débats, et 25’500 les live streams des Nuits Blanches. Une édition pleine de surprises, qui a vu le succès indéniable des aménagements virtuels destinés à amener l’esprit de la manifestation au domicile du public, notamment avec les Kits festival, et un élargissement de la visibilité du festival à la Suisse allemande et à la Suisse italienne.

Palmarès

  • Le Prix de la Critique revient au film Entre perro y lobo (Espagne/Cuba) de la réalisatrice espagnole Irene Gutiérrez qui suit trois vétérans cubains de la guerre d’indépendance d’Angola, contraints de ressasser leur passé militant en l’absence de perspective révolutionnaire. Le public a pu assister en live à la Cérémonie de clôture sur la page Facebook du Festival.
  • Le Prix des Jeunes, d’une valeur de CHF 1’000.- doté par le Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la Ville de Genève, décerné par un jury dont les membres sont élèves du secondaire II, est attribué à Acasă, My Home du Roumain Radu Ciorniciuc. Le jury a apprécié « son approche originale qui consistait à suivre durant 4 ans cette famille ainsi que ses excellentes prises de vue spontanées ». Il a été touché par « la construction de son histoire en forme de montagnes russes émotionnelles, son engagement social et la sincérité de ses personnages ».
  • Le Prix Payot Petit Black Movie, d’une valeur de CHF 1’000.-, revient au film Meow or Never de l’Indienne Neeraja Raj. Le jury salue « un film à différents niveaux de lecture qui peut être autant apprécié par les adultes que par les enfants, invités à se laisser emporter dans un univers musical foisonnant et coloré, proche de David Bowie, des Beatles et de l’humour typiquement britannique des Monty Python ». Une mention spéciale est attribuée au film Alebrijes du Colombien Luis Salas.
  • Pour la première fois, un jury composé de bénévoles fidèles du festival remettait un prix honorifique. Il est attribué au film El otro du Chilien Francisco Bermejo. Le jury distingue « un grand film, d’autant plus pertinent en ces temps de pandémie mondiale durant lesquels chacun a dû expérimenter de nouvelles formes d’isolation. Une œuvre poignante, donc, et éminemment contemporaine ».
  • Enfin le Prix des Enfants, remis par un jury d’enfants âgés de 7 à 9 ans, a été attribué au court métrage d’animation Eaten de l’Iranien Mohsen Rezapour.

Le Festival Black Movie reviendra pour une 23ème édition du 21 au 30 janvier 2022.

Présentatin du festival Black Movie à Genève, les directrices

En photo les directrices Kate Reidy et Maria Watzlawick. La 19e édition du Festival Black Movie a été présenté le 9 janvier 2018 à la Maison du Grütli à Genève.

Palette de couleurs, en clin d’œil aux évasions en Technicolor du duo de graphistes Neo Neo pour l’affiche de cette 22e édition en ligne.

Le Festival Blackmovie du 22 au 31 janvier propose de visionner l’intégralité de sa programmation, de même que la billetterie de la plateforme de VOD Shift72 dès le 12 janvier sur blackmovie.ch. 84 films, dont 41 longs et 43 courts métrages. Des productions indépendantes qui sont issues de 48 pays, parmi lesquelles on trouvera 1 première européenne et 56 premières suisses, le tout réparti en 7 sections thématiques. La sélection convoque des réalisateurs habitués de la manifestation (Hong Sangsoo, Sion Sono, Rehad Desai, Tsai Ming-Liang, Adilkhan Yerzhanov) et accueille cette année un nombre remarquable de films signés par des réalisatrices (11 longs et 17 courts métrages). Face à l’impossibilité de recevoir des invité·e·s à Genève, Black Movie a offert aux cinéastes la possibilité d’enregistrer en amont des entretiens, qui accompagneront l’offre de films en ligne et seront également disponibles sur le site du festival. Les prochaines tables rondes: Migrants roms en Suisse : comment éviter la marginalisation?  vendredi 29 janvier à 19h, ICI. Rencontre avec César Fierro, en quête de justice samedi 30 janvier à 18h, ICI

La section du Petit Black Movie, destinée aux plus jeunes cinéphiles, porpose une sélection de 34 films issus de 25 pays, au rang desquels on retrouvera par exemple le Japon, la Tchéquie, le Liban et l’Australie. Il y sera question de la préservation de la nature et des animaux, de transmission et de solidarité, de la puissance salvatrice de l’imaginaire, de réfléchir aux stéréotypes de genre pour mieux les déconstruire. Seront également proposés deux ateliers : une initiation à la pixilation et une initiation à l’animation image par image sur le thème de l’imaginaire.

Des séances de films en ligne, 3 tables rondes seront proposées sur le site web et les réseaux sociaux du festival. À cette occasion, Black Movie proposera notamment de (re)voir le documentaire Los años de Fierro du Mexicain Santiago Esteinou, son protagoniste César Fierro ayant été libéré (mais pas blanchi) après 40 ans passés à clamer son innocence dans le couloir de la mort d’une prison du Texas. Il participera à une rencontre virtuelle avec le réalisateur : l’occasion de faire entendre son témoignage et de faire appel à la générosité du public pour l’aider dans ses futures démarches. Prix et soirées en live stream

Le Festival Black Movie remettra au total 5 prix, dont le Prix de la Critique, le Prix Payot Petit Black Movie, le Prix des Jeunes, le Prix des Enfants et le Prix des Bénévoles. Le Prix de la Critique, doté par le Département de la culture et de la transition numérique de la Ville de Genève et attribué à un film inédit remarqué pour sa forme novatrice, sera décerné par un jury non plus international, mais intercantonal, de critiques de cinéma suisses constitué de Clara Kiskanc Fischer (Tessin), Emilien Gür (Genève/Soleure), Michael Kuratli (Zurich), Sabrina Schwob (Vaud) et Katja Zellweger (Berne).

Parce que Black Movie ne serait pas Black Movie sans la fête, tout est mis en place afin de pouvoir importer l’esprit du festival à domicile. Des live streams des lieux de nuit les plus cools de Genève égayeront les soirées, tandis que pour les aficionados et collectionneurs, des « Kits festival » en édition limitée avec surprises liquides, goodies, bandes-sons, Pass festival – et un Ticket d’Or ! – seront en vente jusqu’à épuisement du stock !

Face à l’impossibilité de recevoir des invité·e·s à Genève, Black Movie a offert aux cinéastes la possibilité d’enregistrer en amont des entretiens, qui accompagneront l’offre de films en ligne et seront également disponibles sur le site du festival. 

Archives: Editions passées

Festival Black Movie 21e édtion du 17 au 26 janvier 2020 à Genève

102 films en provenance de 43 pays au programme de cette 21e édition du Festival Black Movie, festival de films indépendants du 17 au 26 janvier 2020. En compagnie d’une vingtaine d’invités internationaux, les cinéphiles se sont déplacés dans les salles des Cinémas du Grütli, du Spoutnik, du Cinélux, et de l’Alhambra pour savourer fictions, documentaires et films d’animations indépendants. Tables rondes, conférences et masterclass ont été très suivies, tout comme les soirées dans le lieu nocturne La Piscine et au Rez de l’Usine. Lauréats 2020: Le Prix de la Critique, ainsi que le Prix des Jeunes, ont été unanimement attribués au film House of Hummingbird, de la réalisatrice sud-coréenne Kim Bora. Le film raconte, entre grande et petite histoire, le quotidien d’une adolescente qui grandit à Séoul au mitan des années 90. Pour le Jury International de la Critique, il s’agit là d’un récit intimiste d’apprentissage qui se distingue par sa richesse et sa profondeur, et dépeint avec talent la thématique de la perte d’un être proche. Le jury des jeunes a particulièrement apprécié la façon dont la réalisatrice a su mettre en scène des thèmes majeurs, tels que l’impact de la pression sociale, la violence envers les enfants, la quête identitaire et les amours LGBTQI+, avec autant de force que de délicatesse. Le Prix Payot Petit Black Movie, d’une valeur de CHF 1’000.-, revient au film The Kite du Tchèque Martin Smatana. Le jury salue un film qui réussit à dépasser la gravité du sujet avec une douceur paradoxale, à la fois morsure du réel et miel de la poésie. Au delà de la cohérence formelle du film, le design des personnages réussit une adéquation parfaite avec la dramaturgie. Le jury relève également la mise en scène et la beauté visuelle et sonore. Enfin le Prix des Enfants, remis par un jury d’enfants âgés de 7 à 9 ans, a été attribué au court métrage d’animation Golpe Baixo des réalisateurs brésiliens Gabriel Nóbrega, Márcio Nicolosi et Rodrigo Paulicchi. Le Festival Black Movie reviendra pour une 22ème édition du 22 au 31 janvier 2021.


20e Festival Black Movie, Festival international de films indépendants du 18 au 27 janvier 2019 à Genève

Greta Gratos

La XXe édition du Festival Black Movie s’est achevé dimanche, 27 janvier soir avec la barre des 32 000 spectateurs atteinte.

Le Festival Black Movie a remis au total 4 prix, dont le Prix de la Critique, le Prix Payot Petit Black Movie et le Prix des Jeunes. Les lauréats de son édition 2019: Le Prix de la Critique 2019, ainsi que e Prix des Jeunes  est attribué au film : OF FATHERS AND SONS de Talal Derki (Syrie, Liban) avec une mention spéciale au film : LIFE AND NOTHING MORE de Antonio Méndez Esparza (Mexique) – Le Prix Payot Petit Black Movie est attribué au film : BIRDLIME de Evan DeRushie (Canada) – Le Prix des Enfants est attribué au film : PEARFALL de Leonid Shmelkov (Russie, Estonie). Greta Gratos, créature légendaire des nuits alternatives genevoises  – ici avec les 4 prix – nous a conduit comme tous les ans à travers la soirée. Un long métrage documentaire de Séverine Barde sur Greta Gratos va sortir en février en salle.

Kate Reidy et Maria Watzlawick, ouverture de la XXe édition du festival Black Movie

Kate Reidy et Maria Watzlawick, directrice du festival

Ouverture de l’édition anniversaire du festival jeudi 17 janvier 2019 à l’Alhambra par les deux directrices Kate Reidy et Maria Watzlawick qui trinquent à la XXe édition. Le Festival Black Movie célèbre cette année ses 20 années d’existence, la section du Petit Black Movie souffle ses 15 bougies. Ce ne sont pas moins de 9 cartes blanches et 11 sections thématiques, pour un total de 106 films, dont 58 longs et 48 courts métrages issus de 56 pays, 30 invités. Un volet rétrospectif conséquent côtoiera les plus belles réalisations contemporaines: Apichatpong Weerasethakul (Blue), Hong Sangsoo (Grasset Hotel by the river), Dieudo Hamadi (Kinshasa Makambo), Tsai Ming-liang (Your Face), Lav Diaz (Season of the Devil) et Sergei Loznitsa (Victory Day), ce dernier nous gratifiant de sa présence pour une masterclass exceptionnelle. À noter également la projection du dernier documentaire du Chinois Wang Bing, Les âmes mortes, d’une durée de 8 heures et montré en une seule fois! Afin de marquer le coup de ses 20 ans, le Festival Black Movie a proposé à 9 cinéastes amis, proches du festival, de soumettre chacun un film de leur choix dans la section Carte Blanche à suivre… En parallèle, Black Moviea sollicité Edouard Waintrop, ex-délégué de la Quinzaine des réalisateurs de Cannes et actuel directeur des Cinémas du Grütli, pour sa propre carte blanche dans La Quinzaine vue par Edouard Waintrop. Festival Blackmovie films indépendants Genève 2019 afficheLa section Cherchez la Femme a interrogé très diversement l’identité féminine en 7 films, parmi lesquels El viaje de Ketade Julio Bekhór et Fernando Sama et Mujer nómade de Martín Farina. Avec la section Esprit de Famille, les communautés de personnes, qu’elles soient unies par un lien de parenté ou ayant choisi de co-habiter, ont été scrutées férocément ou avec tendresse. C’était l’occasion de découvrir l’époustouflante fiction An Elephant Sitting Still, seule œuvre du Chinois Hu Bodécédé peu de temps après sa sortie, ou les poignants documentaires Elish’s Notebooks de Golan Rise et The Swing de Cyril Aris. Dans la section Nomades, XXIÈME, 6 films se sont intéressés aux parcours singuliers et courageux d’une poignée d’individus en route pour trouver des conditions de vie plus favorables, en particulier A Land Imagined de Yeow Siew Hua (Léopard d’or à Locarno en 2018), Central Airport THF de Karim Aïnouz ou Poisson d’or, poisson africain de Thomas Grandet Moussa Diop. La section Du Côté de la Force s’est penché sur la question des hommes en armes, du pouvoir et de l’engagement individuel,

Blackmovie festival films 2019

Rétrospective d’affiches au Grütli.

notamment à travers Lost Warrior de Nasib Farahet Søren Steen Jespersen, Of Fathers and Sons de Talal Derkiet Slyde Kamal Tabrizi (en première européenne). La section Les Dessous de L’Histoire a permis de découvrir le passionnant documentaire de Malik Bensmaïl La Bataille d’Alger, un film dans l’Histoire consacré au classique de 1966 de Gillo Pontecorvo La Bataille d’Alger (également projeté à cette occasion), et Les Oiseaux de passage de Ciro Guerra et Cristina Gallego. Dare to Stop Us signé Kazuya Shiraishi, consacré au réalisateur japonais Kōji Wakamatsu accidentellement disparu en 2012, a lancé la section Wakamatsu, L’Enfant Terrible et permettrade revenir sur trois anciennes œuvres controversées du très politisé et sulfureux cinéaste nippon: Va, va, vierge pour la seconde fois (1969), Sex Jack (1970), et L’extase des anges (1972).

2 tables rondes, 2 conférences et une masterclass en accès libre sont revenus sur les thématiques associées à certains films : histoire et cinéma, LGBT+ et vulnérabilités, le combat du navire «Aquarius» et les filmographies des cinéastes Kōji Wakamatsu et Sergei Loznitsa. A découvrir trois expositions inédites: une rétrospective de toutes les affiches du festival; une sélection de marionnettes issues des films du Petit Black Movie et spécialement importées pour l’occasion; et une exposition de portraits de cinéastes réalisés par le photographe Mehdi Benkler et présentée dans l’espace public, à proximité du Pont Hans-Wilsdorf. Pour les plus jeunes, Petit Black Movie dévoilera quelque 36 films qui s’attarderont sur des sujets essentiels tels que la différence, le handicap ou encore l’écologie,et permettront aux cinéphiles dès 3 ans de voyager dans pas moins de 28 pays. En point d’orgue de cette section: la première mondiale d’un ciné-concert donné par le compositeur Nathanaël Bergèses sur le long métrage d’animation de Mats Grorud The Tower, récit d’une jeune Palestienne réfugiée dans un camp libanais, inédit en Suisse. Les films seront projetés aux Cinémas du Grütli, au Spoutnik, à l’Auditorium Arditi Wilsdorf, au Cinélux, et pour la première fois dans une salle virtuelle inaugurée par l’artiste Cetusss sur le réseau Second Life. Les Nuits Blanches se sont tenues dans le lieu central du Cercle de Bains et ont été gratuites durant 10 soirs consécutifs. DJs, live et karoké au programme!

L’équipe du Festival Blackmovie 2019

Rendez-vous en 2020 pour la 21e édition du Festival du 17 au 26 janvier  !


19e Festival Black Movie, Festival international de films indépendants du 19 au 28 janvier 2018 à Genève

Cinéma, réflexion et fête – une programmation foisonnante pour cette 19e édition du Black Movie, Festival International de Films Indépendants du 19 au 28 janvier 2018 à Genève

Kate Reidy et Maria Watzlawick, Sami Kanaan

La 19e édition du Festival Black Movie s’achève dimanche 28 janvier avec la barre des 30’100 spectateurs atteinte.

5 Prix

Pour la première fois la cérémonie de clôture, ouverte au public s’est déroulé à l’Alhambra en attribuant au total 5 prix: le Prix Informaniak du Public, le Prix Payot Petit Black Movie et le Prix de la Critique, avant de se poursuivre avec la All Star Black Movie party au Xanadu, lieu festif du Festival au Cercle des Bains, quartier Rue de Bains avec DJ et restauration tous les soirs, entrée libre.

Les lauréats de son édition 2018

Le Prix de la Critique 2018 est attribué à deux films, ex-aequo : Scaffolding de Matan Yair (Isräel): Tiraillé entre son père entrepreneur en échafaudages qui aimerait voir son fils reprendre l’entreprise familiale et un prof de littérature charismatique, le belliqueux Asher est tenté par de nouveaux horizons jusqu’à ce que le sort frappe…

Prix Infomaniak

et Silent Mist de Miaoyan Zhang (Chine): Dans une Venise chinoise hors du temps pleine de ruelles et de canaux, convoitée par des promoteurs immobiliers sans scrupules, le danger rôde dès que la nuit tombe.
Le Prix Infomaniak du Public est attribué au film : Les Bienheureux de Sofia Djama (Algérie): quelques années après la guerre civile algérienne durant laquelle l’armée, les islamistes et les civils se sont affrontés, un couple fête son 20ème anniversaire de mariage en réglant leurs comptes.

Le Prix Payot Petit Black Movie est attribué au film : Running Lights de Gediminas Siaulys (Lituanie): Un film fabuleux qui nous encourage à penser à la mort de façon constructive.

cérémonie de clôture Alhambra, Genève

Jury du Prix des Enfants

Le Prix des Jeunes est attribué au film : Machines de Rahul Jain (Inde): Dans une usine textile du Gujarat, des hommes travaillent de très longues heures, les mains plongées dans les produits toxiques, faisant défiler à la force de leurs bras des kilomètres de tissu, dormant et mangeant sur place.
Le Prix des Enfants est attribué au film : Barber’s Cut de Ediz Anavi (Turquie): Un homme se rend dans un salon de coiffure pour une simple coupe et se retrouve dans un lieu magique qui le transformera avec malice en plusieurs versions de lui-même !

Maria Watzlawick en compagnie de l’avatar « Boson« , l’ambassadeur du trou noir, du néant absolu, généré au CERN, centre de particules à Genève (installation de Cetuss).

Maria Watzlawick et Bosom

Le concept du festival, c’est cinéma, réflextion et fête. Une programmation variée avec des films des 4 continents, 121 films au total, parmi lesques 3 premières européennes et 59 premières suisses, en compagnie de 25 cinéastes invités, dont le cinéaste lituanien Sharunas Bartas qui présentera son long métrage Frost, road movie humanitaire avec au casting l’actrice Vanessa Paradis. Plusieurs sections ont été proposées, dont 5 thématiques de film qui ont eu droit à 5 tables ronde au Xanadu:

autour du Cinéma Burkinabé, de l’expression queer qui signifie bizzare, étrange, bédé, cinglé…, de la violonce faite aux femmes, de la mort et le rapport entre spiritualité et maladie psychique.

Soirée du Festival Blackmovie

Le Xanadu, Cercle des Bains, lieu central festif

En parallèle le Petit Black Movie avec 44 films à visionner dans le canton et 3 villes françaises: Annemasse, Ferney-Voltaire, Saint-Genis-Pouilly, ainsi qu’un petit Black Movie pour adultes qui aiment l’animation politiquement incorrecte. Les jeunes entre 8 et 14 ans pourront s’initier au métier de la radio (atelier samedi 20, de 9h30 à 15h30) en préparant des reportages pour la chaîne du festival. Les séances du festival se sont tenues aux Cinémas du Grütli, au Spoutnik et au Cinélux. A noter que 3 films projetés pendant le festival vont sortir en salles par la suite.

Le public a eu l’occasion de rencontrer les réalisateurs: en photo la directrice Kate Reidy en discussion avec le réalisteur brésilien Felipe Bragança autour des peuples autochtones au Brésil et au Paraguay après la projection de son film: « Don’t Swollow My Heart, Alligator Girl!« ,

Kate Reidy et Felipe Bragança

Roméo et Juliette guarani. Projections en présence de réalisateurs: Gerardo Calagui: Those Long Haired Nights (Philippines) au Cinélux, Rémi Jennequin: Ce soir mon coeur bat (Togo, France) au Spoutnik, Gessica Généus: Le Jour se Levera (Haïti, France) au Grütli: salle Simon, Tan Seng Kiat: Shuttle Life (Malaisie), Grütli: salle Langlois et Rungano Nyoni: I am not a witch (Zambie) également au Grütli: salle Simon.

Rendez-vous en 2019 pour la 20e édition du Festival du 18 au 27 janvier 2019 !


Palmarès du Black Movie, Festival international de films indépendants, dont la 18e édition s’est conclut ce dimanche 28 janvier 2017 avec 30 200 festivaliers sur les 10 jours.

Jury des Jeunes

Pour la sixième année consécutive, le Jury International de la Critique a départagé neuf longs métrages en compétition, pour la plupart des premières réalisations inédites en Suisse et a remis le Prix de la Critique, doté de CHF 5 000.- francs par le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève au réalisateur portugais João Pedro Rodrigues pour son film L’ornithologue, relecture du mythe de Saint Antoine de Padoue interprétée par l’acteur français Paul Hamy. Le Prix du Public, doté par des membres du public et des amis du festival, a été décerné par les spectateurs à Los Nadie, du Colombien Juan Sebastián Mesa. Le film suit les tribulations d une bande d adolescents punks vivant modestement dans les marges de Medellín. Le Prix des Jeunes, décerné par un jury dont les membres sont élèves du secondaire II, est attribué à Les sauteurs, de l’Allemand Moritz Siebert, du Danois Estephan Wagner et du Malien Abou Bakar Sidibé. Ce dernier est aussi le sujet de ce documentaire qui filme le quotidien de migrants cherchant désespérément à rejoindre l enclave espagnole de Melilla en passant les barrières de la frontière avec le Maroc. Le Prix Payot Petit Black Movie est exceptionnellement attribué à deux films: Estate de Ronny Trocker (Belgique, France) « pour sa technique innovante, sa narration contemporaine et son grand impact émotionnel », et The World of Blind de Valya Karnavalova (Russie) « pour l’originalité de son bruitage et son humour absurde ». Enfin le Prix des Enfants, remis par un jury d enfant âgés de 7 à 9 ans, a été attribué à First Snow de la Tchèque Lenka Ivančíková, et une mention spéciale a été attribuée à Spider Web de la Russe Natalia Chernysheva.

Au programme 116 films, dont pas moins de 71 premières suisses, à la fois sombres et lumineux, à l’image de l’affiche crépusculaire de cette 18e édition qui dévoile lorsqu’on l’éclaire les palmiers d’une mystérieuse plage presque déserte. 48 longs métrages et 68 courts métrages: films de fiction, documentaires, projets expérimentaux, animations.. Émissaires d’une cinéphilie engagée et atypique, réalisatrices et réalisateurs d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d Amérique latine se sont succédé dans les salles obscures par le truchement de thématiques patiemment élaborées, au total avec 22 réalisateurs et acteurs présents au festival. Des films traitant de l’abus du pouvoir, de la lutte du peuple africain, des Post-Millennials, sexualités, neuf films monstrueux, signées Amat Escalante, Kiyoshi Kurosawa, João Pedro Rodrigues, Kim Ki-duk, Wang BingLe Petit Black Movie. Le Mini Black Movie, en partenariat avec la Maison de la Créativité, une Aventure humanitaire au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des ateliers pour enfants.

Black Movie, Festival international de films indépendants, Genève

Kate Reid, Maria Watzlawick, Sami_Kanaan

En collaboration avec le Conservatoire Populaire de Musique, Danse et Théâtre  un «Voyage au Japon», série de ciné-concerts. Une collaboration avec le Mapping Festival qui a combiné table ronde et projections du documentaire de Werner Herzog Lo and Behold: Reveries of the Connected World... Le public a été invité comme en 2016 à participer à une session IFFR LIVE organisée avec le Festival international du film de Rotterdam avec des nouvelles du Ciné Guimbi de Bobo-Dioulasso en inaugurant sa première salle en juin 2017… Les amateurs de Nuits Blanches ont été servis avec l’installation du lieu central Blackingrad au Rez de l’Usine. En photo l’ouverture du festival le 20 janvier à l’Alhambra à Genève par le conseiller administratif de la culture Sami Kanaan, en photo avec les directrices du festival Kate Reidy et Maria Watzlawick.