Geneva International Film Festival « Tous Ecrans » rebaptisée GIFF: Festival international du Film de Genève

Présence du Festival international du Film GIFF en ville de Genève 2019

Geneva International Film Festival (GIFF) , 27e édition  du 5 au 14 novembre 2021, divers lieux, dont le lieu central, la Maison Communale de Plainpalais

Mette Heeno (Snöängla)

Mounia Akl

Gina Kim (Tearless)

Les lauréats des compétitions de la 27e édition ont été révélés lors de la cérémonie de clôture ce samedi 13 novembre. Un trio féminin remporte les trois Reflets d’Or dotés de 10’000 CHF chacun (offerts par l’État et la Ville de Genève) : la réalisatrice libanaise Mounia Akl pour son huis-clos militant Costa Brava, Lebanon, la créatrice danoise Mette Heeno avec sa série féministe et cérébrale Snöänglar (Snow Angels), et la productrice coréenne Gina Kim pour son œuvre immersive Tearless qui plonge le public dans un camp de détention pour travailleuses du sexe. Le European Script Award revient à la production norvégienne Pørni d’Henriette Steenstrup (10’000€, offerts par la European Alliance for Television and Culture) et le Future Is Sensible Award a été décerné, dans le cadre du Geneva Digital Market lors de la Nuit Numérique, à Biolum du français Abel Kohen (10’000 CHF, offerts par l’État de Genève). Un palmarès qui embrasse la radicalité de l’audiovisuel contemporain, à l’aune d’un nouveau chapitre pour le GIFF.

Jury

European Script Award: Henriette Steenstrup (Pørni)

Masterclass de Riad Sattouf, auteur franco-syrien de bande dessinée à succès (Les Cahiers d’Esther) mais également cinéaste (Les Beaux Gosses). Le GIFF lui attribue le prix Film & Beyond qui récompense en personne un·e artiste interdisciplinaire pour l’ensemble de sa carrière présentée sous la forme de rétrospective.

Plus vaste et tentaculaire que par le passé, le parc Territoires virtuels envahira Genève avec 40 œuvres immersives et installations interactives.

Golitath – playing with reality (May Abdalla, Barry Gene Murphy) –

A droite Martin Charrière, animator, réalisateur: Hors-Cadre -Marionnettes Paul Klee

Cette année, le GIFF déploie ses Territoires virtuels à travers Genève avec plus de 600 m2 dédié à l’exploration de la création numérique contemporaine. Œuvres immersives et Cinéma VR envahissent la Maison Communale de Plainpalais (MCP) qui se mue pour l’occasion, en Maison du numérique avec tout un parterre d’œuvres en réalité virtuelle et augmentée.

Dans ce cadre, quatre circuits sont proposés : le Musée VR/Kids corner ainsi que deux panoramas d’œuvres immersives et le Red Corner (dès 18 ans) s’adressant à tous les publics : des familles (La légende de Kami, Seven Grams, Clap, Faune, Madrid Noir), au grand public (Hors-Cadre : Les Passagers, Goliath, Playing with Reality, Glimpse et Les Marionnettes de Paul Klee – qui raconte au théâtre de marionnettes à 360° l’histoire de la vie de Paul Klee, professeur au Bauhause, père au foyer, joueur de violon, passionnée et créateur de marionnettes, + d’infos.

A droite Seven Grams de Karim Ben Khelifa qui rend visible toute la complexité des processus politique, économique et électronique cachés derrière la production d’un smartphone (réalité augmentée à visionner à travers notre smartphone), + d’infos.

Le public averti trouve son bonheur avec In the Mist, A&E VR Experiment Adolf/Adam and Eva/Eve. Pour les anglophones à ne pas manquer: End of Night de David Adler que l’on retrouve comme protagoniste: Josef qui nous emmène dans son bateau dans un voyage passionnat à travers l’espace et le temps, + d’infos. Quant aux installations interactives, elles tissent un parcours urbain participatif en investissant aussi bien les théâtres que l’espace public: elles sont disséminées dans plusieurs salles à Genève: Théâtre Saint-Gervais, Les Salons, Maison des Arts du Grütli, Comédie de Genève et les Bibliothèques municipales, Maison Communale de Plainpalais

David Adler: réalisateur et protagoniste de l’oeuvre immersive End of Night

Prix de Soutien à l’Innovation de Cinéforum: lauréats des Bourses: 4 pour l’écriture et 2 pour la réalisation, par Jacques-Andrée Maire, Président de la Fondation Cinéforum

Présentation  en Première Suisse le film « A plein temps » du réalisateur Eric Gravel, en sa présence. Paris, la banlieue et ses trains. Des grèves générales…Une femme invisible dans le Paris d’aujourd’hui va vivre une course contre le temps. En s’inspirant de ses observations des voyageurs dans les trains de banlieue, le cinéaste a écrit ce conte moderne haletant. Neuf journées frénétiques dans la vie d’une Mère Courage célibataire, tant héroïque que normale, dure et drôle à la fois. Un film d’action porté par une Laure Calamy de tous les plans et juste renversante. Bande originale est de Irène Drésel. Le film sort en salle (en Suisse) mars 2022.

A gauche Eric Gravel, Pitoëff, 13 novembre 2022

Digital Night, de gauche à droite: conseillers de la Ville et du Canton de Genève: Sami Kanaan et Fabielle Fischer, directrice du GIFF et présidente de la Fondation: Anaïs Emery et Anja Wyden Guelpa, président de la Fonation Cinéforum: Jacques André Maire et Thierry Zweifel, programmation RTS

Maison communale, Plainpalais, 10 novembre 2021

Présentation de cette 27e édition en ligne par Anaïs Emery, directrice du GIFF

Anaïs Emery, nommée nouvelle Directrice générale et artistique du GIFF

La directrice générale Anaïs Emery, co-fondatrice de la manifestation et directrice artistique du Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) depuis 2006, prendra la relève d’Emmanuel Cuénod après son départ à l’issue de la 26e édition du GIFF (6-15.11.2020) et assume le poste de Directrice générale et artistique du Geneva International Film Festival (GIFF) depuis le 1er janvier 2021. 

Figure importante en Suisse de la revalorisation du cinéma de genre et de la culture digitale, l’approche englobante du cinéma fantastique d’Anaïs Emery a positionné le NIFFF comme un événement majeur des cinématographies de l’imaginaire tant au niveau national qu’international. C’est une empreinte durable qu’elle laisse sur son équipe, le public et le festival. Ce dernier sera un terrain de jeu stimulant pour la personne qui lui succédera, à l’aube de sa 20e édition. Le comité du festival travaille déjà sur sa succession et est ouvert aux postulations dès à présent.

 L’affiche, signée Benjamin Muzzin, artiste suisse 3D qui se fait l’écho d’une ère plurielle aux infinies possibilités visuelles.

Fidèle à l’ADN de la manifestation, cette sélection de plus de 150 œuvres honore la diversité des formats et la pluridisciplinarité de l’audiovisuel. Les trois compétitions phares (longs métrages, séries et œuvres immersives, dotées chacune de 10’000 CHF, offerts par la Ville et l’État de Genève) célébreront l’innovation narrative, le courage formel et la radicalité au sein d’un programme inédit en Suisse. Le prix Future Is Sensible (10’000 CHF, offerts par l’État de Genève) sera décerné à une production numérique à la dimension humaniste et éthique. Un nouveau programme rétrospectif dédié à une histoire du petit écran POP TV – The Untold Story of the Small Screen présente, pour le meilleur et pour le pire, l’influence de la télévision sur notre culture contemporaine. Le Geneva Award sera décerné le 12 novembre au réalisateur Luca Guadagnino (Call Me By Your Name, We Are Who We Are). Le Film & Beyond Award revient au bédéiste, scénariste et réalisateur Riad Sattouf (Les Cahiers d’Esther, Les Beaux Gosses, L’Arabe du Futur) qui échangera avec le public lors d’une masterclass et séance de dédicace (13 novembre).

Le Geneva Digital Market, volet professionnel du Festival devenu hybride, prendra ses quartiers au Plaza du 8 au 12 novembre réunissant une quarantaine d’intervenant·e·s internationaux·ales.

La 27e édition sera inaugurée le 5 novembre avec la première mondiale de la performance It’s Alive : A Journey into Invisible Cinema de Stephan Eicher. Le palmarès sera dévoilé le 13 novembre durant la cérémonie de clôture, suivie de la première suisse de À Plein Temps (Eric Gravel, 2021).

Compétition international de longs métrages
Une sélection de dix longs métrages qui bousculent les conventions stylistiques et tracent les sillons du cinéma de demain. Tous présentés en première suisse ou internationale, les films concourent pour le Reflet d’or du meilleur long métrage, doté de 10’000 CHF (offerts par la Ville et le Canton de Genève) décerné par un·e cinéaste de renom aux côtés de quatre étudiant·e·s en cinéma.

Compétition international de séries

Une fenêtre exclusive en suisse des meilleures séries internationales, dont le giff rend compte depuis 25 ans. Le concours expose, au travers de dix pilotes de séries (épisodes 1 & 2 de la saison 1), le potentiel d’innovation du format le plus populaire et le plus dynamique de l’audiovisuel contemporain. Un Jury constitué de cinq membres du public récompense la meilleure série du Reflet d’or doté de 10’000 CHF (offerts par la Ville et le Canton de Genève).

Compétition international de séries d’oeuvres immersives

Le GIFF est l’un des tous premiers festivals de cinéma au monde à accueillir une compétition internationale d’oeuvres immersives. Une sélection exceptionnelle d’oeuvres XR, en réalité virtuelle (VR), augmentée (AR) et mixte (MR), explore les riches liaisons entre narration et technologie. Présentées en première nationale ou internationale, les oeuvres concourent pour le Reflet d’or doté de 10’000 CHF (offerts par la Ville et le Canton de Genève) décerné par un Jury transversal constitué de trois personnalités du numérique, du monde académique et des arts.

Le Geneva Award qui récompense la carrière de personnalités sera décerné le 12 novembre au réalisateur Luca Guadagnino (Call Me By Your Name, We Are Who We Are). Il donnera une masterclass au Théâtre Pitoëff en collaboration avec la HEAD – GENÈVE.

Le Film & Beyond Award revient au bédéiste, scénariste et réalisateur Riad Sattouf (Les Cahiers d’Esther, Les Beaux Gosses, L’Arabe du Futur) qui échangera avec le public lors d’une masterclass et séance de dédicace (13 novembre au Théâtre Pitoëff).

Le GIFF ouvre une nouvelle section honorifique qui veut rendre hommage aux personnalités suisses qui ont contribué à l’avancée de la branche audiovisuelle: Tales of Swiss Innovation: Cette année, la professeure de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) Sabine Süsstrunk sera à l’honneur pour sa carrière scientifique qui a permis de révolutionner l’ingéniérie des systèmes d’image. Elle donne pour l’occasion sa conférence Facts, Fakes, and Fiction et propose au public de revoir en
salle un film qui l’a inspirée : Hugo de Martin Scorcese. vendredi 12 novembre, Fontion Cinéma, Maison du Grütli.

Future is Sesible Award: Attribué par un Jury de trois personnalités suisses actives dans les industries créatives, le prix Future Is Sensible doté de 10’000 CHF est remis à une production numérique qui se distingue par son humanisme, sa dimension éthique et son impact positif sur le futur, parmi une dizaine de projets internationaux retenus dans la section convergente Future Is Sensible.

Anja Wyde Guelpa, présidente Fondation GIFF

European Script Award: Après Berlin et Helsinki, le GIFF accueille depuis 2020 le European Script Award en association avec la European Alliance for Television and Culture (EATC). Un prix de 10’000 € attribué par un Jury d’expert·e·s récompense l’une des trois séries européennes retenues parmi les scénarios les plus originaux écrits par des auteur·e·s émergent·e·s.

Nuits Blanches – soirées chaques jeudi, vendredi et samedi du festival.
Après s’en être pris plein les yeux sur grand écran, le GIFF vous en met plein les oreilles avec ses incontournables Nuits blanches. DJ sets et lives tropical, techno, dancehall, rap et disco house servis par la crème de la scène locale et internationale se succèderont lors de cinq soirées. +d’infos.

Réussite du Geneva Digital Market – une première édition en ligne

Vendredi, 13 novembre 2020 s’est achevée la 8e édition du Geneva Digital Market (GDM) – la plateforme professionnelle du GIFF – organisée pour la première fois entièrement en ligne. En cinq jours, plus de 280 rendez-vous personnalisés ont permis aux créateur·rice·s numériques d’échanger avec des acteur·rice·s clés de la production digitale. Cette 8e édition aura également été l’occasion de réfléchir sur l’impact du COVID sur la chaîne du cinéma romand, sur la manière dont les intelligences artificielles abordent la question du genre ou encore sur les dispositifs numériques mis en place dans les musées. Toutes les activités ont pu être visionnées en live stream et sont rediffusées gratuitement sur notre site internet. En savoir plus.

La 26e édition du Geneva International Film Festival – GIFF du 6 au 11 novembre 2020 aurait dû investir plusieurs endroits, dont le mythique Cinéma La Plaza

Le Festival a annulé sa 26e édition, COVID-19 oblige, son programme professionnel, le Geneva Digital Market, a été l’occasion pour le Festival d’innover, en proposant de nouvelles plateformes et outils en ligne aux créateurs et créatrices numériques. En cinq jours, plus de 280 rendez-vous personnalisés ont permis aux créateur·rice·s numériques d’échanger avec des acteur·rice·s clés de la production digitale. En partenariat avec LucidWeb, le GDM a également proposé une XR Media Library accessible aussi bien depuis son ordinateur, son mobile ou un casque de réalité virtuelle, présentant un catalogue de 30 œuvres immersives. Cette 8e édition aura également été l’occasion de réfléchir sur l’impact du COVID sur la chaîne du cinéma romand, sur la manière dont les intelligences artificielles abordent la question du genre ou encore sur les dispositifs numériques mis en place dans les musées. Toutes les activités ont pu être visionnées en live stream et sont rediffusées gratuitement sur le site internet du Festival

Quelque 130 œuvres, dont plus de 90 Premières suisses, européennes ou internationales et de nombreux invités de Mads Mikkelsen à Sara Forestier, en passant par Woodkid, Abel Ferrara, Emilie Dequenne, Sophie Letourneur, André Dussolier ou encore Stephan Eicher. La 26e édition du GIFF ne ressemblera à aucune autre. Pour éviter toutefois toute concentration trop importante de ses festivalier·ère·s, le GIFF s’épanouira cette année sur davantage de sites. Il a par ailleurs renoncé à des marqueurs importants de son identité, tels que son lieu central ou les soirées festives. Le port du masque sera quant à lui obligatoire dans tous les lieux du Festival et la billetterie sera entièrement électronique, avec placement numéroté, afin de garantir le traçage du public. La programmation numérique du Festival a également subi d’importantes adaptations. Les œuvres en réalité virtuelle seront bel et bien présentes en force, comme chaque année, mais leur accès sera limité pour permettre la désinfection complète du matériel entre chaque passage de festivalier·ère·s. On retrouvera parmi la sélection digitale 2020 du GIFF plusieurs découvertes majeures, dont The Hangman at Home de Michelle Kranot et Uri Kranot, Grand Prix du Jury à la dernière Mostra de Venise, le nouveau projet suisse de la série Hors-Cadre sur Paul Klee, qui sera dévoilé en Première mondiale, ou encore Missing Pictures: Birds of Prey de Clément Deneux, qui met en vedette le cinéaste américain Abel Ferrara. Lequel sera de retour au GIFF, puisqu’il officiera cette année comme Président du Jury longs métrages. Il donnera également une masterclass organisée en collaboration avec la HEAD–Genève et viendra présenter la séance spéciale consacrée à son dernier film, Sportin’ Life.

De nombreuses collaborations sont également au programme. Le GIFF accueillera des œuvres du Locarno Film Festival, du FIFDH ou des Kurzfilmtage Winterthur, collaborera avec le Théâtre de Saint-Gervais et Locarno pour accueillir la création Les Bonimenteurs de Jonathan Capdevielle, basée sur le film d’horreur Suspiria de Dario Argento, investira le Pavillon Sicli pour une projection unique de Last and First Men de Jóhann Jóhannsson en association avec CinéSiclique et entamera une première collaboration avec la Fondation Plaza. L’occasion pour le public de redécouvrir le Cinéma Le Plaza, fleuron de l’architecture genevoise, avant ses travaux, qui dureront jusqu’en 2023. L’artiste Stephan Eicher accompagné du musicien Superpoze prendront possession du mythique cinéma Plaz le 7 novembre pour une création unique, basée sur des scénarios de films jamais portés à l’écran. A noter que le GIFF installera également, dès dimanche 8 novembre, son Cinéma VR au sein du Plaza.

Entre l’ouverture du Festival – le 6 novembre, avec la projection spéciale de True Mothers de l’éminente réalisatrice japonaise Naomi Kawase – et sa clôture – le 14 novembre, avec la présentation, en exclusivité, des trois premiers épisodes de la mini-série-événement The Good Lord Bird, interprétée et produite par Ethan Hawke – le public aura ainsi la possibilité de découvrir les 132 films, séries ou créations numériques, pour la plupart montrés pour la première fois en Suisse. On notera cette année une présence particulièrement marquée de noms influents du septième art et de la série, tels Thomas Vinterberg (Another Round), Katori Hall (P-Valley, adaptation de la pièce de l’activiste et dramaturge américaine), Gaspar Noé (Lux Æterna), Kōji Fukada (The Real Thing, montré dans sa version série, en intégrale), Luca Guadagnino (We Are Who We Are, série intégrale présentée en collaboration avec La Quinzaine des Réalisateurs), Andrei Konchalovsky (Dear Comrades!), Kiyoshi Kurosawa (Wife of a Spy), Carice Van Houten (Red Light), ou encore les cinéastes suisses Jacob Berger (Cellule de Crise, présentée en Première mondiale), Elena Hazanov (avec une soirée autour de la série russe Hope en présence également de la vedette russe Viktoriya Isakova) et Petra Volpe (Labyrinth of Peace). Deux Prix d’honneur seront également remis à des personnalités incontournables : le Geneva Award, attribué cette année au comédien Mads Mikkelsen, auquel le Festival consacre une rétrospective en association avec Les Cinémas du Grütli, et le Film & Beyond Award, qui sera décerné au cours d’une soirée unique à l’artiste et musicien Woodkid. Le public pourra également assister aux Premières de nombreux films francophones – dont les très attendus Mandibules de Quentin Dupieux, Énorme de Sophie Letourneur, Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret, Médecin de nuit de Élie Wajeman ou encore Filles de joies de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich – et découvrir une sélection spéciale de séries scandinaves, regroupées dans le programme Northern Lights

 

25e édition du GIFF : Geneva International Film Festival du 1 au 10 novembre 2019 à Genève, lieu central: la Maison communale de Plainpalais

GIFF Geneva International Film Festival 2019

Costas et Michèle Gavra: Adults in the Room, Première Suisse

Cette édition anniversaire a connu une fréquentation record avec 38’000 festivaliers, une majorité d’événements ayant affiché complet. Le GIFF 2019 aura notamment été marqué par la venue d’une multitude d’invités de prestige, dont Xavier Dolan, Park Chan-wook, Clotilde Courau, David Cronenberg, Rebecca Zlotowski, Costa-Gavras ou encore Jean Dujardin. Le palmarès de cette 25e édition couronne dix jours de projections et d’expérimentations numériques. Beanpole, film féroce du prodige Kantemir Balagov a remporté le Reflet d’Or du meilleur long métrage. Deliver Us, série audacieuse de Marie Østerbye et Christian Torpe a reçu le Reflet d’Or de la meilleure série télévisée, tandis que Success de Marjan Alcevski a obtenu la mention spéciale du jury.

GIFF Geneva International Film Festival 2019 nuit numérique digital night BFM

Anja Wyden Guelpa, Présidente de la Fondation GIFF

Du côté du digital, le saisissant O de Qiu Yang a été récompensé par le Reflet d’Or de la meilleure œuvre immersive et une mention a été donnée à Battlescar – Punk Was Invented by Girls de Nico Casavecchia et Martin Allais. Mercredi soir, le Prix SENSible avait quant à lui été décerné à l’expérience interactive et collective Éden de Cyril Teste, Hugo Arcier et Francis Kurkdjian, du Collectif MxM, lors de la toute première Nuit Numérique du GIFF. Cette soirée de gala au Bâtiment des Forces Motrices a rassemblé un grand nombre d’acteurs de la création numérique ainsi que des personnalités marquantes du monde des arts, de l’audiovisuel, de la politique, de l’innovation et des médias.

GIFF Geneva International Film Festival 2019 nuit numérique digital night BFM

Jan Kounen

Parmi les incontournables de cette 25e édition, le voyage psychédélique Ayahuasca – Kosmik Journey de Jan Kounen, la dernière création de l’artiste Simon Senn, Be Arielle F., ou encore le Cinéma VR, tout nouveau dispositif proposé cette année aux festivalières et festivaliers et permettant, à travers quatre programmes thématiques, de s’immerger dans des récits virtuels.

Le Geneva Digital Market – la plateforme professionnelle du GIFF – a fait également l’objet d’une belle réussite.

GIFF Geneva International Film Festival 2019

Digital Market, Studio ADC

Ayant muté afin de mieux répondre aux attentes des acteurs de l’innovation audiovisuelle, cette 7e édition s’est organisée pour la première fois en association avec le réseau suisse des acteurs de l’immersif, Virtual Switzerland. Conférences, tables rondes, think tanks se sont succédés du 4 au 8 novembre et ont réuni 92 participants.
En cette édition-anniversaire, le GIFF a prouvé qu’il s’insère plus que jamais comme l’un des rendez-vous  incontournables de l’industrie cinématographique suisse et européenne.
La 26e édition du GIFF aura lieu du 6 au 15 novembre 2020.

Célébrant son quart de siècle cette année, le Festival International du Film de Genève-GIFF – manifestation unique dans le paysage audiovisuel en Suisse, mêlera pour la première fois cinéma, télévision et digital au sein des ses sections non-compétitives. Une convergence illustrée par l’affiche 2019 kaléidoscopique, conçu par la graphiste lausannoise Laura Cocchi.

Affiche Festival international film de Genève GIFF 2019 25e édition

affiche par Laura Cocchi

Projets numériques, projections événements et rendez-vous cinéphiles ou télévisuels se succéderont pendant dix jours (au lieu de  neuf auparavant) au coeur de Genève, en présence de personnalités comme Xavier Dolan (Masterclass samedi 9, 16h, Arditi) et Anne Dorval, David Cronenberg (Crash, jeudi 7, 21h, Empire, en présence du réalisateur), Clotilde Courau, Costa-Gavras (Adults in the room, samedi 2, 20h15, Pitoeff, en présence du réalisateur) ou encore Tom Fontana, Elia Suleiman (It must be heaven, jeudi 7, 18h et 20h, Pitoeff) ou Rebecca Zlotowski. Le festival mettra à l’honneur l’un des plus grands noms du cinéma asiatique, Park Chan-Wook. Ce réalisateur sud-coréen recevra le Film & Beyond Award, prix couronnant depuis 2014 le travail de personnalités du cinéma ayant exploré d’autres formats et disciplines. Parmi les 180 oeuvres inédites, la spectaculaire oeuvre immersive The Deserted de Tsai Ming-liang et les premières suisses de films tels J’accuse de Roman Polanski, Proxima d’Alice Winocour ou encore Motherless Brooklyn d’Edward Norton, le nouveau Cinéma VR: à découvrir quatre programmes uniques dans une salle de cinéma à 360°, des séries Catch-22, produite et interprétée par George Clooney, ou Junichi, de Hirokazu Kore-eda. Cinq sections : HighlightsPulsation(création contemporaine) – Stream (ainsi que StreamKids) – Bande originaleFuture is Yours. La Maison communale de Plainpalais reste le lieu fort et central du GIFF.

GIFF Geneva International Film Festival 2019 nuit numérique digital night BFM

Birdly – machine à voler, SOMNIACS

En parallèle se tiendra du 4 au 8 novembre le Geneva Digital Market (GDM). Désormais organisée en association avec Virtual Switzerland, la plateforme professionnelle du GIFF a muté afin de mieux répondre aux attentes des actrices et acteurs de l’innovation audiovisuelle. Plus de 90 intervenants internationaux sont attendus pour des débats, des rencontres de coproductions, des showcases, des one-to-one meetings ainsi que des soirées de networking. De nouveaux rendez-vous sont inaugurés cette année : le Tech Day, journée de réflexion qui réunira la plupart des entreprises actives dans la réalité virtuelle en Suisse, les Swiss Interactive Sessions, qui permettront à des programmateurs et des curateurs étrangers de découvrir une série de projets interactifs suisses, la XR Coproduction Cruise, des rencontres de coproduction réservées aux projets immersifs ainsi que l’Eurofest XR Network, un think tank européen réunissant des directeurs de manifestations programmant des œuvres immersives. GIFF Geneva International Film Festival 2019Cinq discussions sont ouvertes au public: Cinema & TV reload: What’s ready and what is cooking in VOD lundi 4, 17h30, Salle Soutter (RTS)- Les expériences collectives en réalité virtuelle – quelle valeur ajoutée? mardi 5 I 17h30 I Studio de l’ADC (Maison des arts du Grütli) – Perspectives économiques de la location based virtual reality mardi 5 I 19h I Studio de l’ADC (Maison des arts du Grütli) – La place des artistes contemporains dans la création immersive vendredi 8 I 17h30 I Studio de l’ADC (Maison des arts du Grütli) – La culture digitale au service de l’histoire vendredi 8 I 19h I Studio de l’ADC (Maison des arts du Grütli). Une présentation des Swiss Interactive Sessions sera également accessible au public le mercredi 6 de 10h à 11h45. Le GDM se terminera par la Nuit Numérique, une soirée de gala durant laquelle de nombreux projets seront à découvrir en exclusivité.


Archives: les Editions passées

24e édition du GIFF : Geneva International Film Festival du 2 au 10 novembre 2018 à Genève, lieu central: la Maison communale de Plainpalais

Geneva International Film Festival GIFF 2018

Jury pour le Reflet d’Or du meilleur long métrage

Quelque 32’000 festivaliers, un public qui a massivement suivi, en plus des sections dédiées au cinéma et à la télévision, la programmation dédiée à la réalité virtuelle, avec de très nombreuses séances affichant complet tout au long du Festival. Le Festival genevois consacré au cinéma, à la télévision et au digital a dévoilé le palmarès: Il a vu le triomphe de Yomeddine de A.B. Shawky, qui a remporté le Reflet d’Or du meilleur long métrage. Le jury de la compétition internationale de longs métrages a néanmoins tenu à donner une mention spéciale à Long Day’s Journey Into Night de Bi Gan.

Reflet d’Or de la meilleure série télévisée

Autonomies de Yehonatan Indursky et Ori Elon a reçu le Reflet d’Or de la meilleure série télévisée, alors que Vestige de Aaron Bradbury a été récompensé par le Reflet d’Or de la meilleure œuvre immersive. Ces trois prix sont offerts par la Ville de Genève. De son côté, Rapin* (Jenny Wilson) de Gustaf Holtenäs a été distingué par le Reflet d’Or du meilleur vidéoclip et The Enemy a reçu le Prix SENSible, qui récompense une œuvre numérique se distinguant par son humanisme, en collaboration avec Le Temps et la Fondation Leenaards. Enfin, les festivaliers ont plébiscité Oslo Zoo de Øyvind Holtmon, qui se voit remettre le Prix du public de la meilleure série web, en partenariat avec Konbini. Durant neuf jours, il a accueilli quelques 250 invités suisses et internationaux, dont Peter Greenaway à qui a été remis le prix d’honneur du GIFF, le Film & Beyond Award.

Geneva International Film Festival GIFF 2018

Espace des Territoires virtuels

De multiples événements, dont un programme professionnel complet, le Geneva Digital Market. Au programme des nouvelles séries de Stephen Frears, Kenneth Lonergan ou J.J. Abrams aux derniers films de Carlos Reygadas, Catherine Corsini, Kim Ki-duk, Jacob Berger ou Frederick Wiseman, pas moins de 164 œuvres encore jamais montrées en festival en Suisse, dont 34 projets immersifs. A la la Maison communale de Plainpalais: à côté de nombreux films et séries du programme, une trentaine de projets numériques étaient à découvrir. Parmi les incontournables de ces Territoires virtuels: le MuGeneva International Film Festival GIFF 2018sée VR, qui regroupe une sélection d’œuvres digitales qui revisitent des toiles de maîtres, et le retour de Birdly, la machine à voler en réalité virtuelle, avec un projet dévoilé pour la première fois au GIFF, Jurassic Flight. On a pu également y découvrir Eisenstein Mexican Ghosts, une exposition des 92 dessins originaux réalisés par Peter Greenaway ainsi qu’un tout nouveau food court, avec bar à ramen et cuisine de rue vietnamienne. Comme chaque année, de nombreuses projections ont eu lieu au cinéma Spoutnik et au Cinerama Empire. En plus de ces lieux, désormais partenaires de longue date du Festival, le GIFF s’étend à de nouveaux espaces, comme à la ZIC (Zone industrielle des Charmilles) avec 24/7, une pièce de théâtre qui mobilisera tous les possibles qu’offre la réalité virtuelle. Une semaine avant le coup d’envoi et pendant toute la durée du Festival, le GIFF Movie Truck a pris ses quartiers sur la plaine de Plainpalais et a proposé des projections gratuites de vidéoclips et de séries web dès le 29 octobre.


La 23ème édition du GIFF (Geneva International Film Festival) se tiendra du 3 au 11 novembre 2017 à la Maison communale de Plainpalais (Pitoëff), Genève

Espace des Territoires virtuels

Jean-Pierre Mocky (cinéaste), Hugues Baudoin (réalisateur)

La 23e édition du Geneva International Film Festival GIFF sous sa nouvelle monture de l’ancienne Festival Tous Ecran plus axé sur la programmation digitale que des longs métrages de cinéma s’est terminé samedi soir par la cérémonie de clôture en son lieu central au Pitoëff. e Festival a réuni cette année plus de 32’000 festivaliers en son Lieu central (Pitoëff), mais aussi au Cinerama Empire, à la salle Arditi, à la salle Kramer de la HEAD-Genève ainsi qu’au Spoutnik – soit une hausse de fréquentation de 6 % par rapport à l’an dernier.

Jean-Pierre Mocky

Ils sont venus explorer la réalité virtuelle à 360°, à travers le port d’un casque de 55 oeuvres digitales venues du monde présentées dans un grand espace « Territoires virtuels » aménagé au rez-de-chaussée de la communale de Plainpalais et dans un dôme géodésique créé par l’artiste genevois François Moncarey.

Le public a pu rencontrer des grands stars du cinéma française, tels que Nathalie Baye, Brigitte Fossey et Jean-Pierre Mocky pour la Première Mondiale du documentaire La Parallèle Mocky par André S. Labarthe ce samedi 11 novembre. Le réalisateur français de 84 ans avec une immense carrière de plus de 50 ans dans le monde cinémathographique francophone, mais toujours aussi dynamique, envisage un nouveau projet de tournage de film dans les mois à venir avec Gérard Depardieu et Vanessa Paradies.

Le palmarès 2017

Shaji Mathew, producteur du Sexy Durga

Jonathan Vinel: Martin pleure

Jérôme Blanquet: Alternation

Le Reflet d’Or du meilleur long métrage a été attribué

Hîm TiVi: Pluie Fine

à Sexy Durga du cinéaste indien Sanal Sasidharan, tandis que Tesnota de Kantemir Balagov a été gratifié d’une mention spéciale du Jury international de longs métrages, présidé cette année par le réalisateur allemand Edgar Reitz. Le court métrage Martin pleure, du jeune réalisateur français Jonathan Vinel, a quant à lui été désigné meilleur film de sa catégorie.

The Sinner de Derek Simonds a été consacré du Reflet d’Or de la meilleure série TV internationale et une mention spéciale a été octroyée à Unité 42, des Belges Annie Carels, Julie Bertrand et Charlotte Joulia. Le Reflet d’Or pour la meilleure oeuvre en réalité́ virtuelle a été décerné à Alteration de Jérôme Blanquet, une mention spéciale a été remise à Alice, The Virtual Reality Play de Mathias Chelebourg et Marie Jourdren.

Prix Hamilton Watches, Abel Ferrara, Emmanuel Cuénod

Abel Ferrara, Emmanuel Cuénod

Enfin, le Reflet d’Or du meilleur vidéoclip est revenu à Pluie Fine (Corine – Polo & Pan Remix), réalisé par le Français Hîm TiVi, et Monsieur Flap de Nicolas Athané et Brice Chevillard été distingué du prix de la meilleur série web, avec une mention spéciale pour Iran #NoFilter de Valérie Urréa et Nathalie Masduraud. La cérémonie de clôture  du 23e GIFF a également été l’occasion pour Emmanuel Cuénod, directeur général et artistique du Festival, de remettre en partenariat avec Hamilton Watches et la maison Olivier Zbinden le Prix Film & Beyond – prix d’honneur du GIFF – au réalisateur et musicien Abel Ferrara, qui a par ailleurs donné un concert live au GIFF, en clôture du Festival, marqué par la musique, avec des performances live et des Dj’s qui se sont également relayés pendant les Nuits Blanches pour faire danser les festivaliers durant neuf jours durant jusqu’aux aurores.

A l’occasion du Geneva International Film Festival a été présenté en première mondiale la nouvelle série vedette de la RTS:

Geneva International Film Festival GIFF RTS

Vincent Kucholl

Geneva International Film Festival 2017

Brigitte Fossey

Geneva International Film Festival 2017

Laura Sepul

Quartier des Banques , dont les premières épisodes vont débuter mi-novembre.

Geneva International Film Festival

Laurine Gilliéron

Une scénario palpitant qui pour cadre l’univers feutré et luxueux de la place financière genevoise: un thriller réalisé par Fulvio Bernasconi sur les zones d’ombre d’une banque privée familiale en six épisodes de 52 minutes à découvrir dès le 16 novembre à 21h15 sur RTS Un. En distribution la grande comédienne française Brigitte Fossey qui aime joué en Suisse et qui a débuté très jeune dans les années 50 dans le film culte Les Jeux Interdits et joué de grands rôles dans les séries télévisées françaises, dans la rôle principale l’actrice belge Laura Sepul, en compagnie de l’acteur et humoriste romand Vincent Kucholl et l’ancienne Miss Suisse Lauriane Gilliéron qui est basée en Californie où elle a tourné en plusieurs feuilletons américains et qui désire jouer un grand rôle de cinéma. Le festival continue avec plus de 170 œuvres, 12 premières internationales 88 premières suisses, un espace de 600m2 entièrement dédié à la réalité virtuelle ainsi qu’une nouvelle section de films sur la musique, un programme professionnel et les Nuits blanches et musicales du jeudi 9 au samedi 11 novembre à la Maison Communale de Plainpalais, Genève.  Des discussions et rencontres avec des personnalités internationales: une soirée exceptionnelle avec l’acteur Jean-Luc Bideau ce mardi 7 novembre. Si vous avez raté la date à Genève, retrouvez la première du film « Jean-Luc Bideau, acteur », en présence de Jean-Luc Bideau et d’Eric Burnand dans le cadre du 40e de Plans-Fixes à Lausanne jeudi 23 novembre à 18h30 à la Salle Paderewski. Projection suivie d’une évocation des 40 ans de Plans-Fixes par Martine Jeanneret et Lova Golovtchiner. Entrée libre

Rendez-vous l’année prochaine pour la 24e édition du GIFF qui aura lieu du 2 au 10 novembre 2018.


Reflet d’or au long métrage
Life and a Day du cinéaste
iranien Saeed Roostaee

Reflet d’or pour le court métrage A Man Returned de Mahdi Fleifel

Le Geneva International Film Festival Tous Ecrans du 4 au 12 novembre 2016 à la Maison communale de Plainpalais (Pitoëff), Genève

Le prix Film & Beyond à Apichatpong Weerasethakul

Le Geneva International Film Festival Tous Ecrans a fermé ses portes samedi 12 novembre, avec la Première suisse de Hong Sang-soo: Yourself and Yours et le Palmarès à la maison communale de Plainpalais (Pitoëff).

L’invité d’honneur, le cinéaste et artiste Apichatpong Weerasethakul (en photo à gauche) a reçu le prix Film & Beyond décerné en collaboration avec l’horloger RJ–Romain Jerome, pour l’ensemble de son travail dans les arts audiovisuels.

Reflet d Or l’oeuvre en
réalité virtuelle: Transition de Joost Jordens et Mike von Rotz

Le palmarès a pour sa part consacré le long métrage Life and a Day du cinéaste iranien Saeed Roostaee, le court métrage A Man Returned de Mahdi Fleifel et la série TV The Night Of de Richard Price et Steven Zaillian. Le premier Reflet d’Or pour une oeuvre en réalité virtuelle est décerné à Transition de Joost Jordens et Mike von Rotz. De même que le Reflet d’Or du meilleur vidéoclip revient à Panda (Desiigner) de Paul Geusebroek. La série web Le Bateau de l’Enfer de Julian Nodolwsky et Joachim Barbier a elle aussi été distinguée.

L’association suisse des professionnels du cinéma, le ssfv représentant les collaborateurs techniques et artistiques de l’ensemble du pays a remis les Prix SSFV Mise en Lumière technicien romand 2016 et Prix SSFV Mise en Lumière producteur romand 2016 afin de valoriser les métiers de l’ombre qui contribuent de manière importante à la fabrication des films mais ne sont que trop rarement reconnu,

Pierre André Thébaud

Prix Mise en Lumière, SSFV

au Valaisan Pierre André Thébaud, né en 1954 à Granges, formation de cinéma et production à l’INSAS (Institut National Supérieur des Arts du Spectacle et Techniques de Diffusion, Bruxelles. Depuis 1985 produit, écrit et réalise des documentaires (Les coulisses suisses de la guerre d Algérie (2013) – Les chantiers de Jean-Charles Pellaud (2009) – Voler est un art – (2007) – Les indiens d Alfred Metraux (2002) – Le bathyscaphe – 10 000 mètres sous les mers (2001) – C.F. Ramuz, la beauté sur la terre (1997).

Avec un peu plus de 30 000 festivaliers venus assister aux projections, expérimenter des oeuvres digitales, mais aussi venus participer aux cinq Nuits blanches. Tourné vers l’innovation et la création digitale, le Festival se félicite particulièrement du succès, tant auprès du public que des professionnels, de la première Compétition internationale d’oeuvres en réalité virtuelle. Il se réjouit également de la réussite du premier Geneva Digital Market, soutenu notamment par la SRG SSR, la RTS, Pro Helvetia et l’Office fédéral de la culture. Avec plus d’une centaine de rendezvous organisés entre porteurs de projet numériques suisses et acteurs internationaux du digital, le module New Digital Talents a notamment dépassé les objectifs que le Festival s’était fixés. Coproducteur du programme, Engagement Migros a annoncé mercredi soir le renouvellement de son soutien au New Digital Talents pour deux ans.

Emmanuel Cuénod

Ouverture du Geneva international Film Festival Tous Ecrans ce vendredi 4 au novembre à la Maison communale de Plainpalais (Pitoëff), Genève avec la Premières suisses de Gimme Danger de Jim Jarmusch. En photo le directeur du Festival Emmanuel Cuénod. Au programme jusqu’au 12 novembre pendant neuf jours de films, séries TV, séries web, vidéoclips et expériences en réalité virtuelle, mais aussi cinq Nuits blanches et électroniques. Parmi les incontournables de cette 22e édition, citons une ouverture en fanfare, avec les Premières suisses de Gimme Danger de Jim Jarmusch, mais aussi du film Les beaux jours d Aranjuez de Wim Wenders ou du documentaire Subland sur le groupe Odezenne, un week-end complet dédié à la série télévisée avec notamment deux séries de la Création Originale CANAL+: The Young Pope et la Première Suisse de Jour polaire, en présence de son créateur Måns Mårlind (Bron / Broen / The Bridge) et de l acteur Denis Lavant, la visite des cinéastes Cristian Mungiu (Bacalaureat) et Apichatpong Weerasethakul (lauréat du Prix Film & Beyond), tous deux lauréats de la Palme d’Or à Cannes, ou encore la grande rétrospective consacrée au cinéma 3D. Revisitée par les étudiants de la HEAD – Genève, la Maison communale de Plainpalais sera une fois de plus le lieu central du Festival et accueillera dans sa cour un nouvel espace, le VRoom, pour une immersion totale au coeur du digital. Rendez-vous aussi au Cinerama Empire, au Studio 7, aux Cinémas du Grütli, ou encore à la salle Kramer et à la toute nouvelle galerie d art LiveInYourHead de la HEAD – Genève. (©JLNabet)