Le festival Les Créatives, un festival pluridisciplinaire 100% féminin

Prisca Harsch, direction du festival

Les Créatives, 18ème édition de ce festival artistique et féministe du 15 au 27 novembre, 2022 dans plus de 40 lieux e la Ville et du Canton de Genève

Le festival investira Genève de jour comme de nuit avec près de 70 évènements, concerts, spectacles, performances et rencontresb autour d’une programmation festive et engagéene. La soirée d’ouverture du festival accueillera la performance de la cheffe d’orchestre et compositrice Uèle Lamore (15 novembre). Selah Sue (16 novembre) alliera les sonorités du hip hop, de l’électro, du jazz et de la soul ; Imany (17 novembre) envoûtera huit violoncelles pour transformer des tubes incontournables de l’histoire de la pop ; Fishbach (23 novembre) proposera un voyage entre disco et pop rock des années 80 tandis que Juanita Euka (19 novembre) et Naima Bock (20 novembre) nous entraîneront à l’intersection de leurs nombreuses identités musicales et culturelles. Avec son univers kaléidoscopique, Chelsea Carmichael (23 novembre) portera une musique rythmique, teintée de nombreuses influences allant du post-bop au dub reggae et Gretel Hänlyn (16 novembre) remettra au goût du jour les guitares des années 90 mêlant grunge et goth-pop. Keren Ann (19 novembre) sera accompagnée du Quatuor Debussy. La pulsion d’expression des artistes de cette édition est par ailleurs porteuse d’un message fort et engagé. Kae Tempest (27 novembre) aux confins du hip-hop, du jazz et de la musique électronique. Big Joanie (18 novembre) donnera voix aux femmes noires et aux identités queer dans un milieu punk masculin et blanc. La révélation de la pop française ELOI sera suivie de Grove qui présentera son premier album Queer + Black (26 novembre). Casey fera résonner ses textes emplis de rage froide incandescente avec son nouveau groupe, Ausgang (22 novembre). De nombreu·x·ses artistes suisses: illumineront les nuits genevoises: du pop romande avec Roxane (18 novembre) et La Colère (24 novembre) qui vernira son nouvel EP. De nombreuses collaobrations: Les Créatives s’invitent dans les clubs genevois : pour la première fois, les clubs La Gravière, Le Motel Campo et Kzern  proposeront pas moins de 18 soirées avec une programmation exclusivement composée d’artistes femmes, de minorités sexuelles et de genre. Le Grand Théâtre de Genève accueillera une nouvelle fois la Late Night des Créatives pour nous plonger dans les tréfonds de la culture militante et féministe, avec notamment la venue de Lena Willikens (25 novembre). Les Créatives s’associent à La Gouaille pour une de ses soirées stand-up (17 novembre) ainsi qu’avec l’AMR pour une jam session en mixité choisie (22 novembre).  Au programme Une cycloparade conviviale et féministe  (27 novembre), en collaboration avec l’UNIGE et la Maison de l’Histoire, la lecture performative Furieuses (24 novembre) autour de l’histoire des violences féminines invisibilisées sous l’Ancien Régime. Julie Beauzac, créatrice du podcast Vénus revisitera l’étage des Beaux-Arts du Musée d’Art et d’Histoire pour questionner les dynamiques patriarcales de ce patrimoine (24 novembre). La compagnie féministe Bleue présentera Mesure invitant le public à se déplacer autour de l’espace scénique et à observer librement les corps qui s’entremêlent (25 et 26 novembre). Le Théâtre Am Stram Gram deviendra une Agora où nous pourrons échanger, naviguer et réfléchir autour de la Génération Fluide (26 et 27 novembre), + d’infos, + retrouvez toute la programmatio du festival, ICI.

Prisca Harsch, direction du festival, le 12 octobre 2021 au Théâtre St-Gervais.

Les Créatives, 17ème édition de ce festival artistique et féministe du 16 au 28 novembre, 2021 dans 36 lieux à Genève

Le festival Les Créatives clôt sa 17ème édition avec une magnifique fréquentation de 15’000 visiteureuse·x·s lors des plus de 100 concerts, spectacles, performances et rencontres, dans 36 lieux à Genève, Lausanne et Bâle. En 2021, Les Créatives ont insufflé de la joie comme puissance de vie et de résistance contre le désenchantement dans un sombre mois de novembre. Un moment précieux de mobilisation féministe et culturelle autour d’une programmation très riche. Le Théâtre Am Stram Gram s’est transformé pendant deux jours en Agora: Et les Filles !? pour tenter de saisir où l’on est de l’égalité samedi 27 et dimanche 28 novembre, samedi dès 10h (film: Petite Fille de Sébastien Lifshitz) et dimanche dès 11h (brunch).

On connaît toutes et tous Louis Pasteur, Christophe Colomb, Zinedine Zidane… mais qui connait Alice Ball, Amélia Earhart, Policarpa Salavarrieta…?

Lecture interactive par Camille Figuereo, Camille Giacobino, Céline Goormaghtigh, Hélène Hudovernik, Léonie Keller, Christiane Suter, Mariama Sylla, Pascale Vachoux, Françoise Zimmermann

Le public, dès 8 ans a pu découvrir en explorant les différents espaces du théâtre samedi après-midi: les histoires des filles rebelles qui ont existé: femmes au pouvoir, scientifiques, sportives, artistes/créatrices, écrivaines, aventurières, espionnes, toues ses héroines issues du livre Histoires du soir pour filles rebelles, de Francesca Cavallo, Elena Favilli. Elles nous donnent la force de croire qu’il est possible de se réaliser. Conception Mariama Sylla.

Au programme musicale: de la chanson française Yseult (auteure-compositrice-interprète Yseult Onguenet 16 novembre), Camélia Jordana (19 novembre) chante la remise en question individuelle et collective aussi bien que l’amour sous toutes ses formes ; Marina Satti (27 novembre) transcende le langage de la musique et revisite la musique traditionnelle ; Arlo Parks (25 novembre) transforme les douleurs de nos quotidiens en arc-en-ciel par la douceur de sa voix et la finesse de ses mots ; Claire Laffut (27 novembre) propose un projet onirique, sonore et visuel où elle chante et peint ; Bonnie Banane (17 novembre) incarne le groove à la française pour proposer un univers qui adoucit, réconcilie et inspire ; Erika Stucky et Sofia Jernberg (20 novembre) créent quant à elles une œuvre inédite avec l’ensemble Contrechamps.

Sur les planches, l’adaptation du texte de Mona Chollet par le collectif « À définir dans un futur proche » : Sorcières (24 novembre) interroge les normes dominantes qui pèsent et modèlent les féminités, en multipliant les figures. La Radio des bonnes nouvelles (26 et 27 novembre) fait aussi revivre plusieurs voix de femmes, des militantes dont l’existence aura modifié le cours des choses : Louise Michel, Théroigne de Méricourt, Angela Davis ou Gerty Archimède. Alice Zeniter dans Je suis une fille sans histoire (20 et 21 novembre) questionne quant à elle la narration, des mythes fondateurs aux discussions de comptoir en passant par la communication
politique. Du côté de la danse, le festival ouvre encore plus loin ses horizons et ses précieuses collaborations, notamment à Lausanne avec le théâtre de Vidy, Anne Teresa De Keersmaeker poursuivra son dialogue avec Bach dans un solo sur les Variations Goldberg (26-28 novembre) jouées en direct sur la scène de l’Opéra par Pavel Kolesnikov. Le travail remarquable de la jeune chorégraphe suisse Yasmine Hugonnet sera à découvrir aussi sous la forme du solo pour embrasser par un autre chemin sa recherche chorégraphique si singulière avec La Peau de l’Espace (24-28 novembre).

Quatre expositions : Cover the traces, une série dessinée de l’illustratrice genevoise Joëlle Isoz qui répond à Virginia Woolf (Halle Nord) ; Intime?, une mise en scène de la diversité des savoirs sur les sexualités et les transformations de nos vies qui en découlent, proposée par le Centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités (salle d’exposition de l’UNIGE) ; et la mise en valeur de guerrières mythiques, Athéna, déesse de la guerre et Les Amazones, Guerrières de l’Orient, par le Musée d’Art et d’Histoire.

Programme thématiquel’amour de la combativité – une conversation avec la romancière, poétesse, essayiste, critique d’art et universitaire Maggie Nelson abordera l’amour et les codes qui régissent nos relations aux autres ; Iris Brey interviendra sur le Female gaze lors d’une rencontre à Lausanne (23 novembre) et lors d’une table ronde à Genève (22 novembre) avec Sam Bourcier, Gerty Dambury , Salomé Kiner, Charlotte Abramow et Clarence EdgardRosa ; les liens entre rapports de pouvoir, domination et la beauté seront au cœur de la table ronde qui réunit, entre autres, l’artiste performeuse ORLAN et l’avocate militante Elisa Rojas (23 novembre) ; l’éducatrice et activiste Jane Elliott (24 novembre) racontera comment elle a passé les 50 dernières années de sa vie à combattre le racisme ; Rebecca Amsellem (26 novembre) identifiera ce qui pourrait être un musée féministe, inclusif et engagé; des regards croisés sur l’avortement seront proposé autour du film Nuestra libertad de Celina Escher (27 novembre).

Le public est convié à découvrir la combativité dans la joie lors d’une démonstration de catch dans la salle des armures du MAH (18 novembre). Puis lors d’une soirée Reines du Ring en collaboration avec FILMAR et la Gravière qui mettra à l’honneur le catch et la musique, avec un concert évènement de La Perla. S’y ajoute une projection du film Luchadoras, proposé par le festival FILMAR en collaboration avec Les Créatives (26 novembre), portrait intime de trois catcheuses à Ciudad Juárez au Mexique, ville où est né le mot féminicide.
Des événements autour de la commémoration des 50 ans du suffrage féminin…+ d’infos.

Les Créatives, le festival artistique et féministe, une 16e édition du 14 au 29 novembre 2020 semi-maintenue!

L’édition 2020 des Créatives ne verra pas le jour telle qu’elle avait été imaginée et bon nombre de projets sont annulés ou reportés. Le programme réinventé, presque entièrement en digital, présente 1 exposition en vitrine, 1 émission de radio, 1 livre, 3 films, 6 conversations en Livestream, 8 podcasts et 16 enregistrements dans le Studio Créatives. Suite au système fédéraliste qui permet aux cantons suisse alémanique de continuer la vie culturelle, mais avec une jauge de 50 spectateurs: la Kaserne à Bâle pourra dérouler le programme prévu: Performances, concerts, théâtre seront ainsi présentés devant un public, certes réduit. La performance live de l’artiste tunisienne Deena Abdelwahed au Rosstall 1 le 21 novembre sera retransmise en live sur Radio X pour une audience illimitée, dans toutes les déclinaisons du confinement. Les conversations entre ContraPoints, Loretta Ross et Lauren Bastide sur la pureté militante et la Cancel Culture le 21 novembre à 18h30, entre Judith Butler et Lauren Bastide et entre Roxane Gay et Rokhaya Diallo à 17h et 20h30 le mercredi 25 novembre auront lieu via Facebook Live et en bicanal (traduction simultanée en français) sur YouTube Live et sur le site internet des Créatives.

Le Théâtre St-Gervais accueillera conversations et tables rondes pour aborder les questions de violences faites aux femmes, des travailleur·euse·x·s du sexe (TDS), de précarité et division genrée des métiers ainsi que les grandes rencontres de cette édition. Les invitées, présentes sur le plateau scénographié par La Bulle Rose, pourront être suivies en livestream sur la page facebook, la chaîne youtube et le site internet des Créatives. L’artiste lausannoise Maya Rochat habillera quant à elle le Chat Noir de ses fresques colorées et oniriques le temps de l’enregistrement de seize artistes basées en Suisse pour le projet Studio Créatives. À la mode de COLORSXSTUDIOS, leurs performances seront ensuite largement diffusées sur les réseaux sociaux. Les Créatives et La VostokE lanceront en direct leur première émission radio Monte le son Camille, qui fera ensuite vibrer mensuellement les ondes de la radio Vostok aux sons des artistes de la scène helvétiques et des enjeux féministes liés au monde des musiques actuelles. Ce lancement réunira Helvetia Rockt et le Label We Can Dance iT autour de la thématique Dégenre ton Club. Côté audio toujours, une discussion autour des questions de genre et d’espace public, une série d’entretiens menés à distance par Chloé Lawson, intitulés BurnOut the System, avec Alice Coffin, Rokhaya Diallo, La Carologie, Anaïs Bourdet et les militantes du compte Sexisme Genève, le projet Les Parleuses mené par l’autrice Julie Gilbert autour de la figure de Grisélidis Réal ou encore Perdre Toulouse, la création réinventée de Jacqueline Ricciardi seront proposés en version podcast réécoutables à l’infini. Du côté des arts visuels, l’exposition Heavy Satin II, titre suggérant subtilement l’agressivité et le machisme du Heavy Metal tout en évoquant la sensualité féminine voluptueuse du satin, sera visible dans les vitrines de Picto. Les étapes du parcours audioguidé Ni vues ni connues concocté en partenariat avec l’équipe du MAH seront distillées sur les réseaux sociaux. Le livre « Invisible absence » de Karelle Ménine et Magali Dougados sera disponible à la librairie du Rameau d’Or dès le 18 novembre et fera écho à leur exposition Recadrage, visible dès la réouverture de la Maison Tavel. Le documentaire Negra, proposé en collaboration avec FILMAR sera disponible en streaming sur filmingo.ch. Enfin, le parcours d’exposition Accrochons la nuit, qui devait initialement ouvrir le festival, est détourné en un docu-fiction emmenant virtuellement le public de lieu en lieu à la découverte des collections des Fonds d’art contemporain de la ville et du canton de Genève et clôturera cette édition. La Kaserne à Bâle pourra dérouler le programme prévu: Performances, concerts, théâtre seront ainsi présentés devant un public, certes réduit. La performance live de l’artiste tunisienne Deena Abdelwahed au Rosstall 1 le 21 novembre sera retransmise en live sur Radio X pour une audience illimitée, dans toutes les déclinaisons du confinement. Les conversations entre ContraPoints, Loretta Ross et Lauren Bastide sur la pureté militante et la Cancel Culture le 21 novembre à 18h30, entre Judith Butler et Lauren Bastide et entre Roxane Gay et Rokhaya Diallo à 17h et 20h30 le mercredi 25 novembre auront lieu via Facebook Live et en bicanal (traduction simultanée en français) sur YouTube Live et sur le site internet des Créatives.

Les Créatives, 15e édition du 12 au 25 novembre 2019 dans une trentaine de lieux à Genève, Nyon, Lausanne et Bâle

Seule manifestation féminine et féministe de cette envergure en Europe, le festival Les Créatives valorise les femmes artistes et porte les réflexions actuelles sur la place des femmes dans nos sociétés. Près de 200 artistes et invitées, 67 événements dans un mouvement résolument transgressif qui affirme haut et fort la colère comme une force créatrice, et met à l’honneur le collectif, les bandes de filles et les réseaux de sororité à l’échelle locale, nationale ou internationale. Elle s’ouvrira à Genève le 12 novembre à 12h12 par Le Cri, une performance collective dans le hall d’Uni-Mail, lancé par les metteuses en scène et comédiennes Marielle Pinsard et Noémie Griess. L’ensemble de l’édition sera marqué par la présence, pour la première fois en Suisse, des Guerrilla Girls, artistes et activistes newyorkaises qui, depuis les années 1980 s’arment d’affiches et d’humour pour rendre leur place aux femmes et aux personnes racisées dans les arts avec leurs œuvres, tandis que leur cofondatrice Frida Kahlo donnera une conférence-performance au MAMCO le 14 novembre, et se rendra à Bâle au Kunstmuseum pour une rencontre. Fidèle à sa mission de valoriser la diversité des talents des femmes artistes, le festival propose un programme transversal qui réunit sous la même affiche musiciennes et interprètes internationales, émergentes ou reconnues, jeunes ou âgées, locales ou internationales: Vanessa Paradis donnera ici son unique concert en Suisse vendredi 22 novembre, à Thônex, Salles de fêtes, 20h. Le samedi 16 novembre, Fatoumata Diawara présentera Fenfo, une afro-pop lumineuse et futuriste à Lausanne, les Docks et Aziza Brahim chantera l’exil à Onex, salle communale ; Pongo nous fera danser aux sons du kuduro revisité le vendredi 22 novembre à l’Usine  où Evita Koné qui vernira son nouvel album; Flavia Coehlo sa bossa contestataire samedi 16 novembre à l’Epicentre. A l’Alhambra, Viril, le spectacle d’ouverture, réunira la romancière Virginie Despentes, l’actrice Béatrice Dalle et la rappeuse Casey qui feront résonner des textes féministes fracassants sur une mise en scène de David Bobée mardi 12 novembre. Le 13 novembre, Virginie Despentes sera d’ailleurs rejointe par le philosophe Paul B. Preciado pour une discussion inédite, autour de son dernier livre Un appartement sur Uranus, animée par Victoire Tuaillon (« Les Couilles sur la table ») 13 novembre à Uni Bastions, 19h30, entrée libre. Des artistes au talent rare comme la britannique Kate Tempest qui offrira sa poésie urbaine, aussi sensible qu’engagée, en concert de clôture lundi 25 novembre. Une grande soirée à l’Alhambra mettra à l’affiche jeudi 22 novembre la relève de la scène française avec trois artistes à suivre : Aloïse Sauvage, Yseult et Alice et Moi. A Onex, au Manège, à entendre Aldous Harding dont l’album folk est une des plus belles surprises de l’année jeudi 14 novembre et  Sudan Archives, violoniste autodidacte mélangera beats hip hop et musique soudanaise vendredi 15 novembre. L’univers pop de Elvett se mélangera malicieusement à celui de Roni Alter mercredi 20 novembre à Lancy. Puis Requin Chagrin déversera son rock mélancolique samedi 23 novembre au Chat Noir, tandis que Alice Phoebe Lou fera résonner ses douces sonorités folks dimanche 24 novembre dans l’église de Bernex.

La rappeuse Lala&ce ou l’autrice Cécile Coulon pour une rencontre musicale en collaboration avec la Fureur de Lire. Au Théâtre Vidy-Lausanne seront présentés la nouvelle pièce de Maya Bösch, sur un texte d’Antoinette Rychner du 15 au 21 novembre, ainsi qu’un concert d’Olivia Pedroli du 12 au 15 novembre. A Confignon, Latifa Djerbi interprètera son solo Fluide, avant une rencontre publique avec cinq créatives jeudi 14 novembre; Alexandra Camposampiero sera quant à elle accompagnée du trio genevois Massicot pour Le Complexe de l’Hôtesse de l’air au Grütli du 18 au 21 novembre. L’universitaire britannique Sara Ahmed et l’écrivaine française Rebecca Amsellem interrogeront l’engagement féministe au quotidien lors d’une conversation animée par Pamela Ohene-Nyako (Afrolitt’) vendredi 15 novembre à lUNIGE, entrée libre. Au Théâtre St-Gervais, venez découvrir la relève artistique au féminin à travers le nouveau projet d’Anne Lise Le Gac avec Arthur Chambry Ductus Midi les 14 et 16 novembre, Isis Fahmy présentera Polympe(s), sur un texte d’Olympes de Gouge du 12 au 16 novembre. La Comédie accueillera la deuxième édition de « Où sont les femmes ? », l’Observatoire de la place des femmes dans les milieux culturels en Suisse. Dans le vif du sujet en abordant les thèmes du harcèlement, des inégalités salariales, de la parité et de la conciliation des vies. La cheffe d’orchestre Uele Lamore, la metteuse en scène Carole Thibaut et l’autrice des rapports français sur les femmes dans la culture Reine Prat seront parmi les invitées de la soirée animée par la metteuse en scène Anne Bisang, en présence de représentant.e.s politiques. La création, la pièce Le prénom a été modifié sur un texte de Perrine Le Querrec (qui animera également des ateliers d’écriture avec des femmes victimes de violences) et une mise en scène d’Antea Tomicic thématise la violence à l’égard des femmes du 19 au 24 novembre à Plainpalais et la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes le 25 novembre rassemblera l’écrivaine Perrine Le Querrec et les activistes Manon Schick (Amnesty International), Uma-Mishra Newbery (Women’s March Global) et Muriel Golay (Centre LAVI) en présence de la maire de Genève Sandrine Salerno autour d’une table ronde le 25 novembre, 18h30 à l’Alhambra, 18h30, entrée libre. Au cinéma Spoutnik sera projeté Sans Frapper d’Alexe Poukine, remarqué notamment à Visions du Réel pour l’intelligence de sa construction et de son récit. Au Cinélux, le dernier documentaire d’Ovidie Tu enfanteras dans la douleur sera suivi d’une discussion sur les violences lors des accouchements. En écho, la performeuse Angela Marzullo aka Makita proposera au Théâtre Saint-Gervais son radical Massive Menopause samedi 23 novembre. Les Créatives c’est aussi les soirées qui rythmeront les weekends dans les différents clubs de la ville (La Gravière: Cashu pour une soirée
techno et Lala &ce pour une soirée hip hop), Audio, L’Usine), mais également en campagne avec l’événement Satigny on Fire vendredi22 novembredurant lequel vous pourrez déguster les meilleurs crus des Vigneronnes genevoises en écoutant la folk de la gagnante du concours MX3 Caroline Alves et la mélodie endiablée de Sophie Auster. Suivi de la Sainte Gervaise Party samedi 23 novembre : une performance longue durée de ValérieReding, un dj set de Barbara Butch et an after: 360°Fever qui invite Chloé pour un set electro de haut à l’Audio.


Les Créatives du 13 au 25 novembre dans une dizaine de lieux de Genève et ses communes, à Lausanne (Le Bourg, Le Romandie) et à Morges

Festival Genève femmes artistesSeule manifestation féminine et féministe de cette envergure en Europe, le festival Les Créatives valorise les femmes artistes et porte les réflexions actuelles sur la place des femmes dans nos sociétés. Près de 14’000 personnes, soit une augmentation de 75% par rapport à l’édition 2017 ont participé à cette 14ème édition qui a proposé un programme ambitieux à l’intersection entre arts, culture et enjeux politiques contemporains. Du 13 au 25 novembre, 57 événements ont été organisés à Genève, Lausanne et Morges – dont 35 événements en Ville de Genève. Des concerts à l’Alhambra, à l’Usine, à l’Ecole International, à la Salle communale, Onex, à l’Epicentre, Collonge-Bellerive, au Boléro, Versoix, au Temple, Anières (dimanche 25/11, entrée libre) au Chat Noir – du théâtre au Théâtre Saint Gervais, à la Salle communale, Onex et Confignon, au Vélodrome, PLO de la danse à l’ADC, au Point Favre Chêne-Bourg et à Beausobre, Morges – des expositions au Mamco et au Papier Gras, ET-Espace Témoin (vernissage 20/11) – des événements littéraires à la Villa Bernasconi, Lancy – de l’humour – des projections au Cinémas du Grütli et Ciné 17 et le Focus Créatives: des projets transversaux au Théâtre Saint-Gervais, à l’Abri, à la Comédie de Genève et à Undertown, Meyrin. De Anne Sylvestre à Chilla, de Neneh Cherry à Pauchi Sasaki des propositions artistiques à l’image de la diversité des femmes et de la créativité qu’elles portent.  Festival Genève femmes artistesL’espace public aux femmes: du 13 au 25 novembre, six illustratrices (Marie-Morgane Adatte, Anne Bory, Bérénice Milon, Sarah Najjar, Maud Oihenart et Marie Lavis) ont investi les lieux symboliques que sont les arrêts de tram (Plainpalais, Bel-Air et Uni Mail) avec des illustrations et des projets participatifs. Le 24 novembre une marche dans les rues du centre-ville de Genève, menée par la fanfare afro-féministe « 30 nuances denoir(es) », a marqué la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et en écho aux rassemblements prévus à Paris et dans plusieurs villes européennes. Des personnalités telles que l’essayiste Mona Chollet, l’humoriste Marina Rollman et la journaliste Lauren Bastide se sont joint à ce mouvement. Les réseaux sociaux ont été mobilisés avec les hastag #NousToutes et #jemarchele24ageneve.


Les Créatives, un festival pluridisciplinaire propose du 10 au 26 novembre une cinquantaine d’événements dans 26 lieux, de Genève à Bâle, en passant par Berne, Morges et Nyon.

La 13e édition se termine avec un bilan exceptionnel: une fréquentation en très forte hausse avec 8500 spectateurs. Ce succès populaire et médiatique a été porté par une nouvelle génération de femmes artistes et activistes qui prouvent que les combats féministes peuvent aussi se jouer de la plus belle manière qui soit – par les arts et par la fête – en fédérant ainsi de nouveaux publics et de nouvelles prises de conscience. En programmant pour la première fois 2 événements dans l’espace public Stop Telling Women to Smile de Tatyana Fazlalizadeh sur les façades de l’Usine et Ligne 71-17 des Indociles dans le tram « Monochrome rose » de Pipilotti Rist – Les Créatives est allé à la rencontre des genevoises et des genevois et a créé un espace de dialogue sur la place des femmes dans des lieux populaires et inattendus. Pendant 17 jours, ces projets ont transformé Genève en une expérience culturelle unique, développant un territoire artistique et féministe, éphémère et connecté, mêlant la population locale, les festivaliers et les festivalières, les familles, les artistes et les médias autour des droits des femmes. Rendez-vous en novembre 2018 pour la 14e édition du festival Les Créatives.

Anna Sommer

Roland Margueron, Françoise Dupraz, Cyrille Schnyder-Masmejan

Créée il y a il y 12 ans par Cyrille Schnyder-Masmejan à Onex afin de rendre visible les oeuvres des femmes artistes, les cinquantaine d’événements: concerts, performances, tables rondes, lectures, projections, expositions, la programmation se déroule cette année dans 26 lieux, de Genève à Bâle, en passant par Berne, Morges et Nyon. Ouverture ce vendredi 10 novembre dans la galerie-librairie Papier Gras , fondée par Roland Margueron avec l’exposition de l’illustratrice Anna Sommer (CH) zurichoise, née à Aarau qui manie son scalpel et ses papiers aussi talentueuse que sa plume et présente deux expositions et son dernier livre L’INCONNU (éditions Les Cahiers Dessinés) jusqu’au au 25 novembre 2017.

Concerts, performances, tables rondes, lectures, projections, expositions, la programmation 100% féminine des Créatives défend un féminisme inclusif, pluriculturel et engagé. Un mélange de découvertes et d’artistes confirmées comme la coqueluche des festivals de l’été, Juliette Armanet qui installe son piano le 17 novembre au Chat noir. Ce même soir Agar Agar et Sandor émerveillent l’Usine à Gaz de Nyon. Le lendemain, c’est la canadienne Mélissa Laveaux qui investit avec Melissa Kassab l’Epicentre. Le 22 novembre, une grande soirée entre pop et musique contemporaine à l’Alhambra avec la compositrice interprète Julia Holter en solo avec son piano et la spéciale guest Tashi Wada et la grande percussionniste japonaise Midori Takada pour jouer son album mythique sorti il y a maintenant 40 ans Through The Looking Glass. Lumineuse, Ayo fête les Créatives à Beausobre le même soir. Le lendemain à la Gravière c’est l’hypnotisante Shannon Wright qui vient présenter son 11e album tout de nerf et de mystère. L’esprit du Cap-Vert résonne le 24 novembre à la Salle communale d’Onex avec Elida Almeida et Lura, deux artistes qui marchent sur les traces de leur modèle Césaria Evora. Avec sa programmation à 50% suisse, le Festival termine sa course folle avec une soirée de clôture qui rassemble trois artistes d’ici et d’ailleurs : Amina revient avec son projet Flèche Love; Muthoni Drummer Queen, jonglant entre le Kenya et la Suisse, explose d’énergie électro-hip hop; et Danitsa qui, après une période entre reggae et soul, révèle une facette plus urbaine.

La création féminine rayonne aussi dans des domaines comme l’écriture. Lola Lafon vient lire à l’Eglise Saint-Germain dimanche 26 november en collaboration avec la Fureur de lire, Mélanie Chappuis présente Ô vous, sœurs humaines vendredi 17 novembre à la Salle Chauvet-Lullin de Vernier et plusieurs lectures sont organisées avec les éditions Zoé à la librairie Nouvelles Pages de Carouge. Le cinéma est également présent grâce à la nouvelle collaboration avec le Spoutnik autour de Carole Roussopoulos mardi 14, jeudi 15 et dimanche 19 novembre et le film La fille de l’Änziloch, mercredi 22 novembre à La julienne de Plan-Les-Ouates. L’ADC fait monter l’adrénaline avec Sing the Positions de Manon Parent et Ioannis Mandafounis du merdredi 15 au dimanche 19 novembre dans sa salle des Eaux-Vives. A l’Aula des Ranches de Vernier, ce sont Les Indociles qui prennent la parole dimanche 26 novembre avec Territoires, une conférence performative.

Les Créatives développent cette année un lien fort avec La Gravière où sont organisées cinq soirées. Le Hip hop & Pole Dance vendredi 17 novembre du rock avec Shannon Wright (USA) et Massicot (CH) jeudi 23 , 23h. Muthoni Drummer Queen et La Nefera sont aussi programmées à la Kaserne de Bâle puis séparément à la Gravière et à la Salle communale d’Onex, samedi 25 novembre.

Pipilotti Rist - Luc Barthassat - Anne Emery-Torracinta

Le tram rose avec Pipilotti Rist

Le festival Les Créatives investit le tram “Monochrome rose” de Pipilotti Rist. Imaginée par Les Indociles , cette exposition itinérante est composée de documents d’archives, de phrases choc et de courtes interventions sonores. Intitulée Ligne 71-17 , elle retrace l’évolution du féminisme de 1971, année de l’obtention du droit de vote des femmes en Suisse, à 2017. Autre réflexion intergénérationnelle, la table ronde du 16 novembre au Cinéma Spoutnik «Transformation des luttes féministes des années 1970 à nos jours» met autour de la table des féministes d’hier et d’aujourd’hui: Rina Nissim, Martine Chaponnière, la Slutwalk Suisse et Faites des Vagues , dans le cadre d’un focus sur la cinéaste valaisanne Carole Roussopoulos , féministe et pionnière de la vidéo documentaire.

Pour faire le lien entre pratiques artistiques et discriminations, deux tables rondes sont organisées à Onex. Le 23 novembre, avec le collectif Faites des Vagues, «Féminisme et antiracisme dans les cultures urbaines» rassemble Flèche Love, la documentariste Keira Maameri, l’écrivaine Faïza Guène et la journaliste Eloïse Bouton. Elle précède la représentation de la danse urbaine de Marion Motin & sa Cie Swaggers. Le 25, avec l’agenda Azanya.ch, place à l’intersectionnalité avec une table ronde sur les «Identités féminines afropéennes face aux violences publiques» avec la metteure en scène Eva Doumbia, la rappeuse Casey qui dialoguent avec l’universitaire Maboula Soumahoro, l’activiste Assa Traoré et la journaliste Rokhaya Diallo à la modération. La rappeuse Casey est à voir la veille à la Gravière avec KT Gorique et le Collectif genevois La Ruelles.


Archives: les Editions passées

Le festival Les Créatives du 10 au 27 novembre 2016 s’est déployé cette année sur 18 jours et dans 22 lieux à Genève et à Nyon

Emily Loizeau

Il a égalé sa fréquentation de l édition précédente et atteint 7 000 festivaliers. Un succès pour cet événement pluridisciplinaire 100% féminin. Unique en Suisse, il défend le statut des femmes dans les métiers artistiques et met la création féminine sous le feu des projecteurs. Pour cette 12e édition le festival a proposé une création féminine décomplexée dans une vingtaine de lieux du canton et pour la première fois à l’Alhambra. Au programme musique, théâtre, humour, danse, cinéma, tables rondes. La générosité de Calypso Rose et d’Inna Modja a illuminé la soirée d’ouverture et fait danser la salle communale d’Onex. L’énergie de Dakh Daughters, les Ukrainiennes ont émerveillé par leur puissance et leur créativité. Trois belles soirées à l’Alhambra ont permis des découvertes comme Darkine, Nela ou Nyna Loren et des confirmations comme le magnétisme de Keren Ann, le talent d’Awa Ly et d’Harleighblu et la force poétique d’Emily Loizeau (en photo sur scène au Cully Jazz en 2014). Plus rock, Jeanne Added, Amparo Sánchez, Emilie Zoé et The Chikitas ont chassé le spleen de novembre à coup de riffs de guitare électrique alors que Weyes Blood a choisi le piano et la guitare classique. La collaboration entre la chorégraphe Robyn Orlin et Albert Ibokwe Khoza a ému l’ADC, Perrine Valli a imaginé une «danse du Tutuguri» à l’Abri sans oublier une belle programmation cinéma proposée à la julienne et au Cinerama Empire. Plus nombreuses cette année, les tables rondes ont rencontré leur public avec notamment un bel échange entre Marianne James et Joseph Gorgoni à l’occasion de «Ces femmes qui font rire». Il a également été question de résilience avec Noémie Caillault, de «La Justice face au viol» à la Biennale du genre ou du lancement du label «We can dance it!» à la Gravière.


Creatives 2010 Geneve

Dorothée alias The Rodeo

Creatives 2010 Geneve

Dorothée

Les Créatives, 6e festival Onex du 9 au 13 novembre 2010 à la salle communale et au Manège d’Onex

Coup de projecteur sur la création féminine, l’ouverture du festival à la salle communale et au Manège d’Onex: Les Créatives ce mardi 9 novembre:

Après le vernissage de l’exposition d’un photoreportage et une table ronde autour du microcrédit, le public a été enchanté par les concerts de deux chanteuses pétillantes et plein de rythme:

Hindi Zahra

Hindi Zahra

la française Dorothée alias The Rodeo avec son premier album Music Maelström, inspiré par la folk et la country américaine et la marocaine Hindi Zahra, révélation blues-folk de l’année.