MHN Genève : Musée d’histoire des sciences

Exposition manifestations gratuits Genève
Villa Bartholoni: Musée d'histoire des sciences Genève

La Nuit de la science 2022 samedi 9 et dimanche 10 juillet dans le Parc de la Perle du Lac et au Musée d’histoire des sciences à Genève

Des centaines de chercheuses et chercheurs, d’amateurs et amatrices de science viennent parler de leurs recherches comme des différents enjeux de leur discipline. Sur des stands, par des activités pour enfants ou avec des expositions, ils et elles arrivent avec enthousiasme et passion pour mettre en dialogue des savoirs, des curiosités et des émerveillements. La treizième édition de La Nuit de la science a pour thème « Et pourtant… ». Après quatre ans d’absence, cette édition, plus intimiste, revisite ses fondamentaux : la rencontre, le dialogue, la proximité et l’échange sont ainsi placés au centre. Dans notre monde marqué par la diffusion rapide et parfois virale d’informations sans filtre. Découvrir les avancées et enjeux scientifiques avec des spécialistes ravi·e·s de répondre en direct aux questions du public offre à chacune et chacun la possibilité de se faire sa propre opinion en toute indépendance. A vous de bondir – en quelques secondes, sans aucune collision et en toute convivialité – de la réalité augmentée dans un bac à sable aux bébêtes solaires, des bizarreries botaniques aux illusions d’optique, des 25% de gènes que nous partageons avec la banane à Yumi le robot magicien, de la découverte du ciel au gros dodo qui soigne, des énigmes zoologiques à l’applaudimètre de l’incroyable concours européen de show scientifique Science Me!

Samedi 9 juillet: de 14h à tard dans la soirée – dimanche 10 juillet: de 12h à 19h. La Nuit de la science est gratuite et tout public.  >> Découvrez le programme, ICI + d’infos.

Exposition permanente dans les magnifiques salles de la Ville Barthonoli en accès libre.

Le Musée d’histoire des sciences dans la villa Bartholoni, joyau néo-classique de 1830, situé dans le cadre enchanteur du parc de la Perle du lac sur les rives du lac Léman, abrite une collection d’instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle (Saussure, Pictet, de la Rive, Colladon, etc.). Les objets présentés dans les différentes salles permanentes sont des témoins d’une percée scientifique, de l’histoire de Genève mais aussi de la construction du savoir scientifique et des idées en général. Ils permettent de remettre en perspective la science d’aujourd’hui et de mieux comprendre l’évolution de certaines disciplines et techniques comme l’astronomie, la microscopie, la gnomonique, l’électricité ou la météorologie. Entrée libre.

Les Petits carnets du Musée d’histoire des sciences apportent des informations complémentaires qui permettent de préparer sa visite ou tout simplement d’en savoir plus. Ils existent sous forme papier et sont à disposition des visiteurs dans les différentes salles du Musée. Ils sont également disponibles en anglais. Liens vers les brochures en pdf, ICI.

La montagne, laboratoire des savants du 6 avril 2022 au 26 février 2023, Musée d’histoire des sciences, Genève

Horace-Bénédict de Saussure

Cette exposition bilingue (français-anglais) se tisse dès le 18e siècle, dans lequel Genève joue un rôle clé et qui est si précieux pour appréhender puis comprendre les mécanismes régissant notre monde. Si l’apprivoisement de ce monde hostile et dangereux commence, au 17e siècle déjà, à partir d’observations ou de récits de pionniers, c’est le siècle des Lumières qui ouvre grandes les portes à l’exploration des « glaciaires », de la haute altitude et plus particulièrement du « toit de l’Europe », le Mont-Blanc. L’univers des montagnes devient à la mode. Chacun s’attache à collectionner roches, cristaux et autres curiosités, voire à tenter de mettre ses pas dans ceux du savant genevois Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799), privilégiant parfois l’exploit sportif au détriment du propos scientifique. 

Les mesures effectuées deviennent des classiques des sciences. Elles contribuent à proposer des modèles explicatifs de différents phénomènes, de l’étude du plissement des montagnes à la compréhension de la physique de l’atmosphère. Deux siècles plus tard, cette aventure scientifique résonne toujours dans l’actualité puisque l’écosystème alpin devient un laboratoire incontournable pour appréhender les dérèglements climatiques. Après une évocation de la montagne par quelques panneaux indicateurs et du matériel ancien de randonnée, l’exposition débute au 1er étage de la somptueuse Villa Bartholoni par une introduction. Un plan en relief du bassin lémanique fixe le cadre géographique et place Genève en « porte des Alpes ».

La première salle questionne la diversité de nos liens avec le Mont-Blanc : d’un élément du paysage vu de loin, la célèbre montagne devient source de « curiosités » puis lieu d’expéditions et de découvertes scientifiques dès le milieu du 18e siècle. Le personnage central est, bien sûr, Horace-Bénédict de Saussure qui, le 3 août 1787 à 11h30, atteint avec ses guides le sommet du Mont-Blanc après deux jours d’expédition. Cet exploit rencontre un écho retentissant à travers toute l’Europe et suscite un engouement sans précédent pour la vallée de Chamonix. En regard de quelques-uns de ses effets personnels, une installation multimédia originale, créée pour l’exposition, raconte les premières expéditions scientifiques du milieu du 18e siècle, rappelle le lien si fort entretenu par Saussure avec le Mont-Blanc tout au long de sa vie, puis évoque les expéditions de ses successeurs. (photo: installation interactive)

Un passage sur le balcon de la Villa Bartholoni permet d’identifier puis observer, grâce à une lunette panoramique, les sommets évoqués et… de se laisser aller à la rêverie devant le panorama enchanteur incomparable du parc de la Perle du Lac, du Léman puis des montagnes environnantes jusqu’au Mont-Blanc quand le ciel est dégagé. La deuxième salle est dédiée aux gestes et mesures effectués par les savants en montagne : du dessin de carte à la mesure de l’altitude des sommets en passant par celle… du bleu du ciel. Des dispositifs interactifs viennent en appui des instruments : le public est ainsi invité à reconstituer le Salève en volume, courbe de niveau par courbe de niveau ; à se mesurer aux pentes ; à apprendre à mesurer des hauteurs ou à définir la nuance exacte du bleu du ciel, que ce soit à Genève ou au sommet du Mont-Blanc, en référence au fameux cyanomètre inventé par Saussure.

La troisième salle propose des traits d’union variés et différentes mises en perspective entre les Alpes du temps de Saussure et aujourd’hui. Par la comparaison entre les photographies de Maurice Schobinger et des paysages anciens, on visualise l’impact humain et les effets du dérèglement climatique dans cet environnement particulier et fragile. En août 2021, une expédition artistico-historique marche sur les pas du savant genevois Jean-André Deluc lors de l’ascension du Mont-Buet (3096 m), une des montagnes « laboratoires » emblématiques du siècle des Lumières.  Le parcours se clôt sur une invitation à poursuivre et nourrir nos réflexions face aux défis climatiques dans l’exposition tout contre la Terre au Muséum d’histoire naturelle. + d’infos.

Retrouvez le catalogue d’exposition à l’accueil (CHF 10.-) et également en ligne, ICI

Entrée libre.

Horaire: tous les jours de 10h à 17h, sauf le mardi.

Archives: expositions événements passés

Écoute voir du 12 mai 2021 au 27 février 2022 au Musée d’histoire des sciences, Genève

Le son à l’honneur dans la nouvelle exposition temporaire.

Les sons nous entourent, ils sont partout, notre propre voix, une porte qui claque, le chant des oiseaux, le bruit de la pluie qui tombe, une voiture qui klaxonne en plein trafic, mais qu’est-ce que le son exactement? Le son est une onde mécanique. Ce type d’ondes, contrairement aux ondes électromagnétiques comme la lumière par exemple, ont besoin de matière (air, eau, matériaux solides) pour se propager. La fabrication d’un son est cependant complexe, elle fait intervenir à la fois: une source d’énergie, un vibrateur et un résonateur. La voix humaine fonctionne de la même façon avec une soufflerie (les poumons), un résonateur (le larynx) et un tube dont on peut ajuster les caractéristiques (le conduit vocal).

Le Musée possède dans ses collections quelques remarquables instruments inventés au 19e siècle durant l’âge d’or de l’acoustique expérimentale. Certains d’entre eux permettent d’observer visuellement des vibrations sonores, d’autres mesurent la hauteur des sons ou analysent le timbre de la voix humaine ou d’instruments. Depuis l’Antiquité on s’intéresse aux ondes, la naissance de l’acoustique est d’ailleurs parfois attribuée à Pythagore et à ses disciples qui auraient découvert qu’il existe un lien entre la longueur d’une corde vibrée et la fréquence de son obtenue. Jusqu’au 19e siècle, l’acoustique reste une discipline très empirique et presque marginale, on observe que le son se propage et se réfléchit comme la lumière. C’est seulement un siècle plus tard que la discipline devient plus théorique. Des mathématiciens établissent des formules permettant de décrire la forme et le mouvement des cordes vibrantes ou bien de déterminer la vitesse de propagation du son. Et progressivement l’acoustique expérimentale se développe et devient une branche à part entière de la physique, de nouveaux instruments sont inventés pour observer visuellement les vibrations sonores, analyser des sons complexes ou représenter des ondes sonores. C’est au cours du 20e siècle que ces instruments, essentiellement mécaniques, sont abandonnés au profit de nouveaux appareils – tubes à décharges, oscilloscopes, sonographes, générateurs de fréquences – fondés sur une nouvelle technologie: l’électronique. Une nouvelle manière de percevoir les ondes est née!

Entrée libre. Horaire: tous les jours de 10h à 17h, sauf le mardi.

Hors les murs: Le Léman et les savants, exposition temporaire du MHS du 19 octobre 2021 au 20 novembre 2021 aux Bains des Pâquis, Genève

Le Musée d’histoire des sciences de Genève possède dans ses collections des objets et des documents, témoins d’expériences ou de projets scientifiques parfois insolites, qui ont eu pour cadre le Léman, comme la découverte des eaux froides, la mesure de la vitesse de propagation d’un son dans l’eau et bien d’autres aventures racontées en image…

Retrouvez le catalogue de l’exposition temporaire à l’accueil du Musée d’histoire des sciences (CHF 10.-) / Pour télécharger la brochure en pdf : cliquez ICI.

Exposition bicentenaire 2020 Musée d'histoire des sciences Genève

Bureau du scientifique genevois Auguste Pictet

Remontez le temps de deux siècles avec cette nouvelle exposition en avant-première du bicentenaire du Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève en 2020. De manière interactive et ludique, l’exposition rend hommage au grand savant genevois Marc-Auguste Pictet (1752 – 1825), plus particulièrement à ses talents hors norme en matière d’enseignement des sciences. Pour ce savant et forte personnalité, c’est par la démonstration et l’expérience que doit s’enseigner la physique et ce n’est pas uniquement auprès des étudiants de l’Académie mais aussi auprès de chacun-e qu’elle demande à être enseignée. Plus de 130 objets, instruments ou dispositifs de démonstration précieusement conservés dans les collections du Musée et ayant tenu un rôle dans les cours et démonstrations de Physique expérimentale dispensé durant 40 ans par Marc-Auguste Pictet sont présentés. Un grand nombre d’entre eux reprennent vie au moyen de répliques et dispositifs interactifs spécialement conçus pour l’exposition. Des cycles de conférences, des présentations d’expériences en direct pour les groupes ou les classes sont également proposés, ceci toujours dans l’esprit du savant. La physique de démonstration telle que prônée par l’illustre genevois ne proposait pas uniquement des démonstrations scientifiques spectaculaires, mais aussi et surtout des moments de vie intense à partager de manière collective.

Enseigner la physique par la démonstration et l’expérience jusqu’au 11 avril 2019 au Musée d’histoire des sciences (MHS)

Tel était le parti du savant genevois Marc-Auguste Pictet (1752-1825) pour ses cours dispensés pendant 40 ans aux étudiants de l’Académie, mais aussi à ses contemporains, dans ses cours publics ouverts également aux dames. À cette fin, il a crée un important cabinet d’instruments de démonstration, achetés chez les meilleurs fabricants européens, qui devient l’une des collections fondatrice du Musée académique et, bien des années plus tard, du Musée d’histoire des sciences. L’exposition met cet exceptionnel ensemble d’objets au cœur de sa présentation, accompagnés de répliques et de dispositifs interactifs pour que chacun-e puisse tester et comprendre les phénomènes, pour des temps d’émerveillement et d’éveil des curiosités.

Roulez les mécaniques, du 17 octobre 2018 au 15 septembre 2019 Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève, Route de Lausanne, Parc de la Perle du Lac, Genève.

Comment mettre une masse en mouvement… sans s’épuiser? Le parcours du Musée d’histoire des sciences propose un voyage dans le monde merveilleux des «machines simples». Depuis l’Antiquité, voire bien avant, les humains ont ainsi développé une série de dispositifs techniques et d’astuces pour déplacer, soulever ou bloquer des charges importantes. Elles ont eu le pouvoir de nous rendre possible l’impossible, en gagnant par exemple du temps ou en décuplant nos forces! Ce parcours à vivre par le toucher et l’expérimentation permet d’apprendre par le geste et comprend de nombreux jeux qui conviennent aux tous petits. L’un des clous de l’exposition est de pouvoir feuilleter de manière virtuelle l’ouvrage le «Théâtre des instruments mathématiques et mécaniques» de Jaques Besson publié à Genève en 1578 et constituant l’un des trésors de la Bibliothèque du musée. Cet ouvrage considéré unanimement comme le premier vrai «théâtre de machine» -un genre consistant à présenter des gravures d’instruments et machines nouvellement inventés- met en scène au fil de sa soixantaine de très belles planches, une série d’instruments et de machines mécaniques, pour la plupart inventées par son auteur.

  • Mercredis des sciences: à 15h. Entrée libre, ouvert à tous. RV à l’entrée du Musée d’histoire des sciences.
  • Un Effet de mode? Café scientifique de septembre à mai, les derniers lundis du mois de 18h30 à 20h autour d’un verre!

Horaire: tous les jours de 10h à 17h, sauf le mardi.


Le Musée d’histoire des sciences présente, du 17 mai 2017 au 26 août 2018, une nouvelle exposition temporaire inédite «Images de science» dans le musée ainsi que dans le Parc de la Perle du Lac.

Images de science_Geneve_Musee_Histoire_SciencesDans un monde chargé de représentations, l’image scientifique dispose-t-elle de critères propres? Quelle place occupe-t-elle dans la recherche et la diffusion des connaissances? Cette exposition invite le public à suivre l’oeil et la main des savants, du laboratoire à l’illustration des théories, tout en dévoilant quelques « Images de science » marquantes de l’aventure scientifique.

Cette exposition est née de l’envie de partager la richesse iconographique des bibliothèques du Musée d’histoire des sciences et du Muséum, en ne se limitant pas à un cadre chronologique, thématique ou technique, en montrant, comment l’image éclaire le texte. L’exposition se poursuit dans le parc avec «Mes images de science». Dix scientifiques proches du Muséum et du Musée d’histoire des sciences ont été invités à sélectionner, selon des critères subjectifs, deux images qu’ils considèrent comme particulièrement importantes. C’est le fruit de cette sélection que vous pouvez découvrir sur les panneaux disposés dans le parc de la Perle du Lac.