Fondation Martin Bodmer et au Centre Culturel du Manoir à Cologny, Genève: expositions

La Fondation Bodmer à Cologny, Genève

Journée Portes Ouvertes de la Fondation Martin Bodmer dimanche 27 septembre 2020

Après trois ans de chantier, la Fondation Martin Bodmer voit se finaliser les travaux d’extension de son musée, dessiné et conçu par Mario Botta en 2000-2003. Construit par le cabinet Archilab de Lausanne, ce nouvel ensemble architectural suit la ligne impulsée, il y a 20 ans, par l’architecte tessinois, pour les visiteurs de la Fondation de nouvelles salles de médiation et cinéma, librairie, caféteria et des splendids jardins. Ces travaux incluent également d’autres espaces d’utilisation interne tels qu’un nouvel atelier de restauration, l’un des plus modernes en Suisse, 4 kilomètres linéaires de réserves ultra-sécurisées pour abriter la collection de la Fondation inscrite au registre Mémoire du Monde de l’UNESCO, ainsi qu »une nouvelle salle de lecture pour accueillir les chercheurs. (Plus). De nombreuses visites guidés du musée, des coulisses et du nouvel atelier de restauration, de 10h à 19h.

Fermeture du Musée de la Fondation Bodmer du 24 août au 4 septembre 2020 inclus

L’exposition temporaire: Trésors enluminés de Suisse est reportée au printemps 2022. À l’occasion des 15 ans du projet national de numérisation e-codices, la Fondation Martin Bodmer, en partenariat avec la Bibliothèque de l’Abbaye de Saint Gall, rend hommage à ces artistes, virtuoses de l’image dont les numérisateurs du XXIe siècle sont en quelque sorte les continuateurs, à travers une sélection des plus impressionnants manuscrits enluminés extraits de ses réserves et de celles de quinze bibliothèques suisses.

Archives: les Expositions passées

Guerre et Paix du 5 octobre 2019 au 1er mars 2020 à la Fondation Martin Bodmer, Cologny

Exposition temporaire Guerre et Paix Fondation Bodmer Cologny 2019

affiches: Connie Keelan: Flower Love, Hans Erni: contre la guerre nucléaire

L’exposition est consacrée aux réalités intemporelles de la guerre et de la paix. L’exposition est structurée en trois parties : la genèse des guerres, le temps de la destruction et le pari de la paix. Elle rassemble des idées provenant de la littérature, des beaux-arts, de l’anthropologie, de la philosophie, de la psychanalyse, du droit et de la politique. A travers des œuvres littéraires, des affiches de propagande, des photographies, des peintures, des gravures et des documents d’archives, l’exposition, dont quelques pièces prestigieuses seront exposées dans les locaux du CICR et de l’ONU, tentera d’éclairer les visiteurs sur le dialogue immémorial entre la nature guerrière de l’homme et son profond désir de paix.

affiches: Jean Carlu: pour le désarment des nations

L’exposition permet également d’aborder des thématiques actuelles telles que: Comment limiter les méfaits des médias de la haine? Comment dès la Grèce antique, la grève du sexe par les femmes a été pensée pour calmer les ardeurs des combattants? Quel rôle les écrivains jouent-ils dans les conflits ? Comment aborder les textes religieux qui invitent à tuer au nom de Dieu? Comment protéger le patrimoine culturel de la destruction? Comment protéger les populations civiles des ravages de la guerre? Quelle efficacité le droit humanitaire a-t-il pour empêcher l’utilisation d’armes de destruction massive? Parmi les 135 objets présentés, voici ce que vous pouvez découvrir: des feuillets du manuscrit Guerre et Paix de Léon Tolstoï, présentés pour la première fois à Genève l’édition originale d’Un souvenir de Solferino (1862) et une Pensée autographe signée d’Henry Dunant (1873) le plus vieux traité de paix connu au monde sur clou d’argile (4450 ans) une édition originale dédicacée de Mein Kampf (1925) par Adolf Hitler des documents clés du CICR et de la SdN sur leur positionnement face à des événements-charnières de l’histoire: massacre en Arménie, extermination des juifs, bombe d’Hiroshima, utilisation de la torture en Algérie… Vous verrez aussi la reproduction d’une carte signée de la main de Staline et de von Ribbentrop qui, d’un trait de plume, se partagent l’Europe des traités de paix qui disent l’histoire tumultueuse de l’Europe et du monde de ces derniers siècles des affiches de propagande et des unes historiques de journaux des objets venant d’institutions prêteuses, tels que: le bâton de l’amitié qui scelle la fin d’un conflit entre des tribus d’Amérique du Nord; une hache de guerre du Bénin utilisée par des femmes réputées pour leur bravoure guerrière et une impressionnante armure de samouraï des documentaires, extraits de film et documents HD à visionner sur la table tactile une expérience de réalité virtuelle, permettant de se déplacer dans une maison minée de Fallujah (Irak).

En partenariat avec les expositions: Cent ans de multilatéralisme à l’ONU à Genève et Pages – 150 ans de la Revue Internationale de la Croix-Rouge au CICR.

Nocturne culturelle, c’est chaque premier mercredi du mois, entrée libre à toutes nos expositions et activités, de 18h à 21h. Prochaine Nocturne culturel le 8 janvier 2020, 19h: visite guidée: Guerre et Paix, avec Nicolas Ducimetière, conservateur de la Fondation.

Ouvert de 14h à 18h tous les jours sauf le lundi.


Expositions au Centre Culturel du Manoir, commune de Cologny: 

Promenons-nous dans le bois due 20 février au 1 mars 2020 au Centre culturel du Manoir à Cologny. La vie du bois par 3 artistes: Dominique BabelEnzo BellemoJean-Claude Christinat. Vernissage mercredi 19 février, démonstration de tournage et de découpage de bois.

Exposition temporaire au Manoir à Cologny Genève enfances cachées reconstruction Anne Frank

Collage de photos passeport d’Anne Frank, 1939@Anne Frank Fonds, Basel

Enfances Cachées du 31 octobre 2019 au 26 janvier 2020 au Centre Culturel du Manoir, commune de Cologny. Pour commémorer les 30 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant, cinq institutions genevoises présentent l’exposition « Enfances cachées ». En partant du cas des Huguenots aux 16ème et 17ème siècles, qui a particulièrement marqué Genève, cette exposition vise à rendre attentif le visiteur aux mécanismes, hélas toujours présents, du racisme et de l’antisémitisme, ainsi qu’à d’autres formes de persécutions qui affectent, hier comme aujourd’hui, des millions de personnes dans le monde, conduisant une population à entrer en clandestinité. La figure emblématique d’Anne Frank a été choisie pour illustrer l’horreur des persécutions antisémites de la Shoah. Enfin, d’autres exemples plus récents incitent le visiteur à se rendre compte de l’actualité de la problématique. L’exposition s’articule autour de trois thèmes : fuir-se cacher-être pris qui mettent en évidence le mécanisme qui pousse à entrer en clandestinité en raison de persécutions. Chacune des salles est consacrée à l’un de ces thèmes. La figure d’Anne Frank, cas emblématique, est présentée parmi d’autres témoignages d’enfants, antérieurs et postérieurs à la Seconde Guerre mondiale. Ces témoignages sont exposés et accompagnés de documents, d’objets personnels, de photos et de dessins. Horaires mardi à vendredi 14h à 19h, samedi 14h à 18h, dimanche 14h à 17h (Fermeture du 21 décembre 2019 au 6 janvier 2020 inclus). Entrée libre

Exposition temporaire au Manoir à Cologny Genève enfances cachées reconstruction Anne Frank

Patrick Vallélian

Journées de Cologny les 9 et 10 novembre 2019 pour fêter 30 ans des Droits de l’enfant en collaboration avec la Fondation Martin Bodmer, l’Université de Genève – Centre interfacultaire en Droits de l’enfant, l’Association 30 ans des Droits de l’enfant et Terre des Hommes.

Un riche programme animé par des experts en droits de l’enfant s’adressant aussi bien aux enfants qu’aux adultes. En photo Patrick Vallélian, journaliste et historien lors de la conférence Ruth Fayon, de la Nuit de cristal à la vie de militante (en lien avec son livre Auschwitz en héritage, Editions Alphil). Plus


Uniques – Cahiers écrits, dessinés, inimprimés du 20 octobre 2018 au 25 août 2019 à la Fondation Martin Bodmer, Cologny

Fondation Bodmer, Colongy

Jacques Berchtold, directeur de la Fondation Bodmer

L’exposition montre des cahiers et des carnets d’artistes, de philosophes, d’écrivains qui n’ont jamais été imprimés mais qui sont suffisamment travaillés, écrits, voire composés, pour constituer plus que des brouillons, des carnets d’étude ou de croquis : des livres à exemplaires uniques. Le principe qui guide cette réunion d’objets n’est ainsi pas chronologique mais plastique : ce sont des parentés graphiques, visuelles qui légitiment des rapprochements entre, par exemple, une tablette cunéiforme et un ouvrage de Frédéric Bruly Bouabré.

Fondation Bodmer, Cologny Genève

livre d’artiste Michel Butor

Au-delà du texte et de son contenu, il s’agit donc de montrer un certain nombre d’univers écrits, dessinés, tracés, coloriés dans des cahiers et des carnets qui tissent une familiarité visuelle – une amitié graphique – entre eux.

Cycle de conférences à 19h: mardi 11 juin, Conférence de Christian Bernard: La Pensée Calligraphe. Mercredi 12 juin, Conférence de Scott Mandelbrote: Du manuscrit « Of The Church » de Newton, en collaboration avec le Bodmer Lab. Jeudi 20 juin, Conférence de Guillemette Bolens: L’Humour de Tristram Shandy. Mardi 2 juillet 2019, Conférence d’Emeline Jaret: La Genèse d’une Œuvre : les Carnets de Philippe Thomas.

Ouvert de 14h à 18h tous les jours sauf le lundi.


Nicolas Bouvier Déambulations japonaises du 23 mai au 30 juin au Manoir – Centre Culturel du Manoir, Cologny

Nicolas Bouvier s’en est allé le 17 février 1998. Ecrivain voyageur, son regard donne du monde une vision toujours originale. Comment s’étonner que l’image l’ait tenté et qu’il y ait répondu en véritable artiste? Le fonds photographique de Nicolas Bouvier, déposé en 1998 au Musée de l’Elysée de Lausanne par sa famille n’a pas fini de nous surprendre. Ces photos, prêtées par ce Musée, parcourent ses différents séjours au Japon. L’exposition nous offre donc une véritable promenade à travers plusieurs ensembles d’images, en couleur et en noir et blanc. Chacune nous invite au voyage.


Des jardins & des livres du 28 avril au 9 septembre 2018, la Fondation Martin Bodmer à Cologny, Genève

Exposition temporaire des Jardins & des Livres Fondation Bodmer GenèveDes gravures, des manuscrits et surtout des documents exceptionnels témoigneront du lien privilégié entre Jardin et Livre, entre lecture et séjour au jardin. Avec plus de 150 livres et ouvrages rares présentés sur presque toute la surface du 2e étage du musée, cette exposition d’envergure ravira tous les amateurs du livre et du jardin, de l’art et de la littérature, de la botanique et de l’esthétique en général.

Des jardins & des livres rassemble, dans une perspective historique, les écrits majeurs consacrés aux jardins. Les cent cinquante ouvrages exceptionnels présentés, provenant des meilleures bibliothèques publiques ou privées, reflètent les différents genres (épopée, poésie, prose, théories scientifiques, traités de jardinage) dans la diversité des époques et des traditions nationales. Tantôt les jardins évoqués ont existé, tantôt ils représentent des projets, des rêves ou des fantasmes. Exposition temporaire des Jardins & des Livres Fondation Bodmer GenèveAvec l’exposition Des jardins & des livres, parcourir la bibliothèque revient à se promener selon un itinéraire raisonné parmi des livres aussi rares que magnifiques, de l’Antiquité à nos jours. Les jardins spirituels des traditions biblique ou coranique (l’Eden, le paradis, le jardin enclos du culte marial), ceux des traditions profanes de l’Odyssée, de Vénus et des arts d’aimer, offrent, à l’image du célèbre Songe de Poliphile, une riche diversité de jardins qui ont nourri autant de livres étonnants et foisonnants. Ce lien intime se retrouve thématisé dans les Affinités électives de Goethe et jusque dans les vues visionnaires des grands écrivains de la modernité. Des jardins & des livres permet de suivre cette association éternelle entre les arts du jardin et du livre. Le dialogue fécond et incessant se déroule au fil dutemps. Cette exposition unique permet d’admirer des chefs-d’oeuvre et des exemplaires particulièrement rares de l’histoire de l’édition et de la bibliophilie, ainsi que de précieuses éditions originales de classiques (Balzac, Zola, Flaubert, Proust, Borges, Woolf…) revisités sous
l’éclairage enchanteur des jardins.

Exposition temporaire des Jardins & des Livres Fondation Bodmer GenèveDes objets provenant de la collection de la Fondation Martin Bodmer mais aussi du prestigieux fonds du Conservatoire et Jardin botaniques de Genève et de
la Bibliothèque de Genève, des ouvrages exceptionnels venant de deux collections privées, jamais montrés auparavant, un corpus de livres sur la théorie du jardin qui
a influencé les jardiniers et les amateurs éclairés à travers les siècles, le splendide volume du Songe de Poliphile, dans l’édition originale aldine de 1499, un livre mystérieux
à l’origine de maints jardins de la Renaissance, des livres pionniers de l’histoire de la botanique, les ouvrages injustement oubliés, comme le Fruit-Walls Improved du Suisse Nicolas Fatio de Duillier, une splendide édition du Genji monogatari de la Japonaise Murasaki Shikibu, écrit vers 1130, un monument de l’histoire de la représentation du jardin et de l’art du livre, pesant 14kg, le Hortus Eystettensis de Basil Besler de 1613 , la contribution des théoriciens protestants à l’art des jardins (Olivier de Serres, Salomon de Caus, Claude et André Mollet, entre autres).

Horaires: du mardi au dimanche, de 14h à 18h, fermé le lundi.


Les Routes de la Traduction du 11 novembre 2017 au 25 mars 2018 à la Fondation Bodmer, Cologny

La Fondation Bodmer à Cologny

Martin Bodmer a construit sa collection, l’une des bibliothèques privées les plus riches au monde, autour de l’idée de Welt-Literatur. La traduction est au fondement de cette idée même. Il construit sa collection autour de 5 piliers qui sont autant d’aventures de traduction : Homère, La Bible, Dante, Shakespeare et Goethe. Les traductions d’Homère par exemple incarnent toutes les étapes de l’histoire de la notion même de traduction. On s’étripe autour des traductions de la Bible, entre la vulgate de Saint Jérôme et la Réforme de Luther, et elles font exister les langues que nous parlons. Dante fait écho à Virgile, lui-même écho d’Homère : les routes de la traduction sont les routes de la culture. Des trésors de papyri, de manuscrits, d’incunables sont déployés, souvent pour la première fois.

Les routes de la traduction sont aussi les routes du pouvoir – grec, latin, arabe, vernaculaires. C’est de politique qu’il s’agit avec la pratique des traducteurs, un savoir-faire avec les différences qui accueille la langue de l’autre et se transforme en retour. La Suisse, Genève sont des Babel qui parlent quotidiennement plus d’une langue – à moins que ne triomphe une seule, plus pauvre, l’anglais mondialisé…

Cette exposition étonnante rend sensible la différence des langues comme autant de points de vue sur le monde. Elle en joue, avec Goethe et Diderot ou avec Tintin et Heidi, elle met en scène la diversité, celle des idiotismes ou celle des langues des signes.


Jazz & Lettres du 24 juin 2017 au 25 février 2018 à la Fondation Bodmer, Cologny

L’aventure du jazz a profondément rythmé la vie artistique et littéraire du XXe siècle. L’exposition renoue le dialogue engagé entre écrivains et musiciens autour de cette mémoire partagée. Source vive offerte à l’inspiration de Beckett, Butor, Cendrars, Cocteau, Kerouac, Vian, Soupault, Reverdy, parmi tant d’autres, le jazz va conquérir une évidence classique au fil du temps.

Ainsi peut-on commémorer le centenaire du Siècle du jazz marqué par plusieurs événements d’importance : à New York, a lieu le premier enregistrement d’un orchestre de jazz. En Europe, le rythme des ragtimes débarque avec les troupes américaines. À la Nouvelle-Orléans, berceau de la musique noire, la fermeture du “quartier réservé” engendre la diaspora des premiers jazzmen vers le nord. Enfin, Darius Milhaud, jeune musicien d’avant-garde, compose L’Homme et son désir sur un argument de Paul Claudel pour un ballet aux rythmes afro-américains (on pourra découvrir la partition autographe).

Dans les vitrines, trônent en bonne place le Jazz (1947) de Matisse, le roman mythique de Boris Vian, L’Écume des jours, ou Negro-Anthology (1934) de Nancy Cunard : premier manifeste militant pour la culture afro-américaine (où le jazz n’est pas en reste).

Documents inédits, enregistrements, films, viennent étayer le parcours thématique : occasion de (re)découvrir les chefs-d’œuvre de l’époque ainsi que les meilleures interprétations de Louis Armstrong, Duke Ellington ou Charlie Parker, grâce à un dispositif original de “douches sonores” installé pour l’exposition.

Concert de Jazz: Out of Law lundi 27 novembre  2107 à 19h, précédé à 18h d’une visite guidée de l’exposition Jazz & Lettres par le Professeur Jacques Berchtold, directeur de la Fondation Bodmer, Salle historique, Fondation Martin Bodmer, Cologny.  Constitué en 2010, le groupe « Out Of Law » est issu de la rencontre improbable, mais néanmoins amicale, entre deux avocats, un chef d’entreprise et trois musiciens professionnels. A cette occasion, les avocats se sont découverts musiciens et les musiciens de brillants plaideurs. Le groupe ne joue que des morceaux originaux de leurs propres compositions qui s’inscrivent dans le courant Jazz/Rock fusion avec des soli incandescents de guitare, de trompette et de saxophone. Xavier Oberson, guitare – Bénédict Fontanet, saxophone – Philippe Genevay, trompette et flugelhorn – Philippe Massey, clavier – Ivan De Luca, basse – Bruno Duval, batterie. Entrée libre.

Les animations autour de l’exposition: lien. Les Cinémas du Grütli ont mis sur pied une programmation de films autour du thème de jazz pendant la durée de l’exposition.


Germaine de Staël et Benjamin Constant: l’esprit de liberté du 20 mai au 1er octobre 2017 à la Fondation Bodmer, Cologny

Chateau de Coppet

Chateau de Coppet, résidence de Mme de Staël

L’Année 2017 marque le double anniversaire du bicentenaire de la mort de Germaine de Staël (Paris, 14 juillet 1817) et les 250 ans de la naissance de Benjamin Contant (Lausanne, 25 octobre 1767). Cette coïncidence de calendrier est une occasion idéale de mettre en valeur la trajectoire mouvementée et l’œuvre foisonnante de ce « couple » qui compte parmi les plus célèbres de l’histoire littéraire et politique du monde francophone. Pionniers du romantisme et du libéralisme, précurseurs de l’écriture intime, penseurs majeurs de la modernité, Germaine de Staël et Benjamin Constant ont joué un rôle décisif dans la vie intellectuelle de leur temps, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Pour célébrer ce double anniversaire, la Fondation Martin Bodmer accueillera une exposition créée en collaboration avec l’Institut Benjamin Constant (Université de Lausanne) et la Société des études staëliennes (Paris). Elle retracera l’itinéraire de ces deux grandes figures, en mettant en évidence la multiplicité de leurs engagements (combat en faveur des libertés individuelles, opposition à Napoléon, valorisation de la culture allemande…), ainsi que la richesse de leurs idées, lesquelles sont encore d’une étonnante actualité. Mettant à profit différents types de supports (manuscrits, livres anciens, tableaux, gravures, objets…), ce parcours permettra d’éclairer de manière renouvelée, à travers deux destins croisés, une période charnière durant laquelle s’est dessiné l’avenir de l’Europe, entre Lumières, Révolution, Empire et Restauration.

 


Mary Wollstonecraft Shelley, Painting by Richard Rothwell,1840

Frankenstein de mai à octobre 2016

1816/2016 Bicentenaire de Frankenstein, le roman de l’écrivain anglaise Mary Shelley créé à Genève se célèbre avec l’exposition Frankenstein, créé des ténèbres du 14 mai au 9 octobre à la Fondation Martin Bodmer, Cologny. En été 1816, près de la Villa Diodati, Marry Shelley, élabore l’histoire du docteur Frankenstein – un conte fantastique, qui renvoi aux fantasmes, craintes et espoirs des pouvoirs de la médecine et de la science. Heures d’ouverture de l’exposition: mardi à dimanche de 14h à 18h.

Villa Diodati habité par Byron, visite organisée par la Fondation M. Bodmer

La Fondation Martin Bodmer, Cologny nous a invité ce 1 juin à 18h-21h pour la Nocturne à la Maison Diodati: Visite guidée de l’exposition Frankenstein créé des ténèbres et de la Villa Diodati. Cette première nocturne culturelle de la FMB autour de l exposition Frankenstein permettra de s’immerger dans le contexte historique et littéraire qui a vu naître le chef-d’oeuvre de Mary Shelley, sous la conduite de notre médiatrice culturelle, Mélanie Exquis. Pour renforcer l’effet de réel, les participants auront le privilège ensuite de se rendre sur le site où la jeune anglaise conçut son roman. En photo devant la Villa Diodati à Cologny où le poète anglais Lord Byran résidait en 1816 et où se rendait Marry Shelley qui séjournait à côté (cette maison-là n’existe plus). Par rappelle La Fondation Bodmer organise chaque premier mercredi du mois une visite guidée – entrée libre dans le cadre de la Nocturne culturelle).