Deux expositions temporaires à découvrir à la Fondation Martin Bodmer

La Fondation Bodmer à Cologny, Genève

Les Routes de la Traduction du 11 novembre 2017 au 25 mars 2018 à la Fondation Bodmer, Cologny

La Fondation Bodmer à Cologny

Martin Bodmer a construit sa collection, l’une des bibliothèques privées les plus riches au monde, autour de l’idée de Welt-Literatur. La traduction est au fondement de cette idée même. Il construit sa collection autour de 5 piliers qui sont autant d’aventures de traduction : Homère, La Bible, Dante, Shakespeare et Goethe. Les traductions d’Homère par exemple incarnent toutes les étapes de l’histoire de la notion même de traduction. On s’étripe autour des traductions de la Bible, entre la vulgate de Saint Jérôme et la Réforme de Luther, et elles font exister les langues que nous parlons. Dante fait écho à Virgile, lui-même écho d’Homère : les routes de la traduction sont les routes de la culture. Des trésors de papyri, de manuscrits, d’incunables sont déployés, souvent pour la première fois.

Les routes de la traduction sont aussi les routes du pouvoir – grec, latin, arabe, vernaculaires. C’est de politique qu’il s’agit avec la pratique des traducteurs, un savoir-faire avec les différences qui accueille la langue de l’autre et se transforme en retour. La Suisse, Genève sont des Babel qui parlent quotidiennement plus d’une langue – à moins que ne triomphe une seule, plus pauvre, l’anglais mondialisé…

Cette exposition étonnante rend sensible la différence des langues comme autant de points de vue sur le monde. Elle en joue, avec Goethe et Diderot ou avec Tintin et Heidi, elle met en scène la diversité, celle des idiotismes ou celle des langues des signes.

Jazz & Lettres du 24 juin 2017 au 25 février 2018 à la Fondation Bodmer, Cologny

L’aventure du jazz a profondément rythmé la vie artistique et littéraire du XXe siècle. L’exposition renoue le dialogue engagé entre écrivains et musiciens autour de cette mémoire partagée. Source vive offerte à l’inspiration de Beckett, Butor, Cendrars, Cocteau, Kerouac, Vian, Soupault, Reverdy, parmi tant d’autres, le jazz va conquérir une évidence classique au fil du temps.

Ainsi peut-on commémorer le centenaire du Siècle du jazz marqué par plusieurs événements d’importance : à New York, a lieu le premier enregistrement d’un orchestre de jazz. En Europe, le rythme des ragtimes débarque avec les troupes américaines. À la Nouvelle-Orléans, berceau de la musique noire, la fermeture du “quartier réservé” engendre la diaspora des premiers jazzmen vers le nord. Enfin, Darius Milhaud, jeune musicien d’avant-garde, compose L’Homme et son désir sur un argument de Paul Claudel pour un ballet aux rythmes afro-américains (on pourra découvrir la partition autographe).

Dans les vitrines, trônent en bonne place le Jazz (1947) de Matisse, le roman mythique de Boris Vian, L’Écume des jours, ou Negro-Anthology (1934) de Nancy Cunard : premier manifeste militant pour la culture afro-américaine (où le jazz n’est pas en reste).

Documents inédits, enregistrements, films, viennent étayer le parcours thématique : occasion de (re)découvrir les chefs-d’œuvre de l’époque ainsi que les meilleures interprétations de Louis Armstrong, Duke Ellington ou Charlie Parker, grâce à un dispositif original de “douches sonores” installé pour l’exposition.

Concert de Jazz: Out of Law lundi 27 novembre  2107 à 19h, précédé à 18h d’une visite guidée de l’exposition Jazz & Lettres par le Professeur Jacques Berchtold, directeur de la Fondation Bodmer, Salle historique, Fondation Martin Bodmer, Cologny.  Constitué en 2010, le groupe « Out Of Law » est issu de la rencontre improbable, mais néanmoins amicale, entre deux avocats, un chef d’entreprise et trois musiciens professionnels. A cette occasion, les avocats se sont découverts musiciens et les musiciens de brillants plaideurs. Le groupe ne joue que des morceaux originaux de leurs propres compositions qui s’inscrivent dans le courant Jazz/Rock fusion avec des soli incandescents de guitare, de trompette et de saxophone. Xavier Oberson, guitare – Bénédict Fontanet, saxophone – Philippe Genevay, trompette et flugelhorn – Philippe Massey, clavier – Ivan De Luca, basse – Bruno Duval, batterie. Entrée libre.

Les animations autour de l’exposition: lien. Les Cinémas du Grütli ont mis sur pied une programmation de films autour du thème de jazz pendant la durée de l’exposition.


Archives: les Expositions passées

Germaine de Staël et Benjamin Constant: l’esprit de liberté du 20 mai au 1er octobre 2017 à la Fondation Bodmer, Cologny

Chateau de Coppet

Chateau de Coppet, résidence de Mme de Staël

L’Année 2017 marque le double anniversaire du bicentenaire de la mort de Germaine de Staël (Paris, 14 juillet 1817) et les 250 ans de la naissance de Benjamin Contant (Lausanne, 25 octobre 1767). Cette coïncidence de calendrier est une occasion idéale de mettre en valeur la trajectoire mouvementée et l’œuvre foisonnante de ce « couple » qui compte parmi les plus célèbres de l’histoire littéraire et politique du monde francophone. Pionniers du romantisme et du libéralisme, précurseurs de l’écriture intime, penseurs majeurs de la modernité, Germaine de Staël et Benjamin Constant ont joué un rôle décisif dans la vie intellectuelle de leur temps, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Pour célébrer ce double anniversaire, la Fondation Martin Bodmer accueillera une exposition créée en collaboration avec l’Institut Benjamin Constant (Université de Lausanne) et la Société des études staëliennes (Paris). Elle retracera l’itinéraire de ces deux grandes figures, en mettant en évidence la multiplicité de leurs engagements (combat en faveur des libertés individuelles, opposition à Napoléon, valorisation de la culture allemande…), ainsi que la richesse de leurs idées, lesquelles sont encore d’une étonnante actualité. Mettant à profit différents types de supports (manuscrits, livres anciens, tableaux, gravures, objets…), ce parcours permettra d’éclairer de manière renouvelée, à travers deux destins croisés, une période charnière durant laquelle s’est dessiné l’avenir de l’Europe, entre Lumières, Révolution, Empire et Restauration.

 

Autour de l’exposition

  • Jeudi 14 septembre: Conférence Jacques Necker, le banquier des Lumières, par Léonard Burnand, Directeur de l’Institut Benjamin Constant, Université de Lausanne.
  • Jeudi 21 septembre: Conférence La dernière Staël, par Stéphanie Genand, Présidente de la Société des études staëliennes, Paris

Mary Wollstonecraft Shelley, Painting by Richard Rothwell,1840

Frankenstein de mai à octobre 2016

1816/2016 Bicentenaire de Frankenstein, le roman de l’écrivain anglaise Mary Shelley créé à Genève se célèbre avec l’exposition Frankenstein, créé des ténèbres du 14 mai au 9 octobre à la Fondation Martin Bodmer, Cologny. En été 1816, près de la Villa Diodati, Marry Shelley, élabore l’histoire du docteur Frankenstein – un conte fantastique, qui renvoi aux fantasmes, craintes et espoirs des pouvoirs de la médecine et de la science. Heures d’ouverture de l’exposition: mardi à dimanche de 14h à 18h.

Villa Diodati habité par Byron, visite organisée par la Fondation M. Bodmer

La Fondation Martin Bodmer, Cologny nous a invité ce 1 juin à 18h-21h pour la Nocturne à la Maison Diodati: Visite guidée de l’exposition Frankenstein créé des ténèbres et de la Villa Diodati. Cette première nocturne culturelle de la FMB autour de l exposition Frankenstein permettra de s’immerger dans le contexte historique et littéraire qui a vu naître le chef-d’oeuvre de Mary Shelley, sous la conduite de notre médiatrice culturelle, Mélanie Exquis. Pour renforcer l’effet de réel, les participants auront le privilège ensuite de se rendre sur le site où la jeune anglaise conçut son roman. En photo devant la Villa Diodati à Cologny où le poète anglais Lord Byran résidait en 1816 et où se rendait Marry Shelley qui séjournait à côté (cette maison-là n’existe plus). Par rappelle La Fondation Bodmer organise chaque premier mercredi du mois une visite guidée – entrée libre dans le cadre de la Nocturne culturelle).