Genève : Scène Vagabonde, Parc Trembley

Scène Vagabonde, structure lumineuse éphémère au Parc Trembley, Genève, 2021

Scène Vagabonde du 6 mai au 3 juillet 2022 au Parc Trembley, Genève

Ombres sur Molière, écrit et mis en scène par Dominique Ziegler du 25 ami au 11 Juin 2022, Parc Trembley, Genève

Scène Vagabonde Festival célèbre les 400 ans de la naissance de Molière. L’occasion pour le metteur en scène Dominique Ziegler de rendre hommage à l’homme avec cette fiction historique inspirée de la vie de Molière. Une opportunité extraordinaire de célébrer et de transmettre son héritage. Versailles 1664. Molière et sa troupe ont triomphé de l’adversité : après vingt ans de misère et de vie itinérante, Molière se voit offrir par le roi Louis XIV la direction des plaisirs théâtraux. L’artiste va profiter de cette place privilégiée pour en découdre avec les puissants et les hypocrites qui pullulent à la cour, en premier lieu desquels certains membres du clergé. La provocation inquiète l’entourage de Molière. Ce dernier vit aussi des tourments conjugaux importants, peinant à réfréner son attirance pour sa jeune belle-sœur. Les ombres s’accumulent sur Molière, alors que la création de sa pièce Tartuffe approche.

Fiction historique inspirée de la vie de Molière et de l’affaire « Tartuffe », ce spectacle conte plusieurs histoires en une : celle d’un artiste dont l’œuvre déclenche une censure politico-religieuse sans précédent ; celle d’un directeur de troupe aux prises avec ses problèmes personnels et professionnels ; celle du quotidien des comédiens au dix-septième siècle. Avec Yves Jenny, Caroline Cons, Jean-Alexandre Blanchet, Yasmina Remil, Jean-Paul Favre, Olivier Lafrance. Première ce mercredi 25 mai, 20h + d’infos.

Pour un oui ou pour un non

Deux pièces en un acte de Nathalie Sarraute, dans une mise en scène Valentin Rossier du 6 au 21 Mai au Parc Trembley à Genève. En ouverture de saison, Valentin Rossier braque les projecteurs sur deux œuvres de Nathalie Sarraute écrites pour le théâtre. Pionnière du nouveau roman, la romancière explore la pensée humaine, opaque et secrète, à travers des dialogues aiguisés, entrecoupés de silences et de non-dits. Thème récurrent de son œuvre, l’obsession est la puissance comique d’un théâtre féroce reposant essentiellement sur la virtuosité des acteurs. Pour un oui ou pour un non: Dernière pièce de Nathalie Sarraute, publiée en 1982. Cet huis-clos, met en scène deux amis proches remettant en cause leur amitié pour une expression maladroitement employée dans le passé. Une situation absurde où les mots deviennent très vite une joute verbale. Chargée de ridicule ou de clairvoyance, la dispute se centralise non pas sur des faits ou des mots précis, mais bien sur l’importance de l’intonation de ces mots. 

Elle est là: L’histoire se déroule au sein d’une entreprise. Un homme devine, au cours d’une discussion, que sa collaboratrice non seulement n’est pas d’accord avec lui, mais aussi qu’elle lui cache une « idée ». Cette « idée », qui ne sera jamais nommée ni exprimée, aussi insupportable que mystérieuse devient pour l’homme une obsession maladive. Il révèle alors ses états d’âme à un allié, singulièrement entré en scène et lui confie qu’il est absolument déterminé à faire parler sa collaboratrice afin de lui extirper et anéantir son « idée ». Dans cette configuration absurde, l’homme sombre dans des comportements primaires, irraisonnés. Information et réservation, ICI.

2e édition du Scène Vagabonde Festival du 3 août au 25 septembre 2021 au parc Trembley à Genève

Valentin Rossier

Le comédien et metteur en scène, le directeur du festival Valentin Rossier nous a accueilli pour la deuxième édition de Scène Vagabonde Festival 2021 au Parc Trembley. Implanté dans le cadre bucolique du parc en rive droite, la nouvelle structure lumineuse « chapiteau-scène » permet le rapprochement entre acteurs et le public, ouvrir la scène à la littérature contemporaine en s’adressant à tous les publics. Les textes présentés jusqu’au 24 septembre invitent à s’interroger sur la complexité du « mal-être suscité par autrui« , la construction de l’identité influencée par le regard des autres.

Au programme Manuela de et mise en scène Claude Inga-Barbay du 3 au 15 août, 20h30. +d’infos. – Trahisons de Harold Pinter, mise en scène Valentin Rossier du 19 août au 5 septembre, 20h (di 19h). +d’infos. – Huis Clos de Jean-Paul Sartre, mise en scène José Lillo du 9 au 25 septembre, 20h (jeu et di 19h).  +d’infos.

L’entrée dans le parc Trembley est libre et accessible depuis la Rue Moillebeau, la Rue Pestalozzi et l’avenue Giuseppe Motta. (TPG Bus lignes 3 et 22, arrêt: Trembley, Bus lignes 3 et 11, arrêt: Grand-Pré

En ouverture de saison, la comédienne, écrivaine et humoriste Claude-Inga Barbey reprend son personnage Manuela créé il y a trois ans, dont les chroniques hebdomadaires « Olé! » diffusées sur les sites des quotidiens romands. Manuela parle de tout, sans filtre et avec humour… En la portant à la scène, la comédienne, nous livre ici un spectacle caustique, au parlé franc, qui donne une voix à celles qui travaillent dans l’ombre et dont on oublie trop souvent l’existence. Sur scène se joue chaque soir la pièce « Othello », dans une version plus proche de la performance théâtrale que de la représentation classique de Shakespeare. Manuela parle de tout… De la crise climatique des inégalités de genre, en passant par les sujets d’actualité qui nous touchent dans notre quotidien. Amazon, les robots, James Bond,
Greta Thunberg, Federer, le bio etc. 
Ainsi ce spectacle en création promet une vision de l’autre et du soi des plus irrévérencieuse et sarcastique, détournant les codes de la bienséance et du politiquement correct. 

Claude-Inga Barbey dans le rôle de Manuela, femme de ménage

Dernière semaines à voir le spectacle de Valentin Rossier et son équipe de la Tour vagabonde qui propose jusqu’au 20 juin 2019 Le Dieu du Carnage d’après Yasmina Reza dans la structure de bois, élisabéthaine, circulaire et mobile au parc Trembley à Genève.

Le Dieu du Carnage d’après Yasmina Reza

Festival theatre Genève 2019

Tour Vagabonde, Parc Trembley, Genève

Jouée dans le monde entier au théâtre et adaptée au cinéma par Polanski en 2011, cette satire en huis clos revient à Genève pour le plus grand plaisir des spectateurs. Acclamée par le public pour sa première Suisse en 2016 au Théâtre de l’Orangerie et forte du succès des tournées qui ont suivi, la mise en scène de Georges Guerreiro sera sans doute l’un des évènements de la saison. Dans un square paisible, le jeune Ferdinand Reille frappe à coups de bâton son camarade d’école, Bruno Houllié. Les parents des deux garçons se rencontrent pour régler le litige. Civilisés, bienveillants et conciliants dans un premier temps, les deux couples tentent de tenir un discours commun de tolérance policée qui s’envenime très vite pour sombrer dans un jeu de massacre. Derrière les discours de circonstance, les vrais visages se dévoilent peu à peu, les failles de chaque couple apparaissent, et tout dérape progressivement. L’amour-propre, l’hypocrisie, la jalousie, sont les ingrédients de cette pièce redoutable, subtile, sur les masques, la superficialité des convenances dissimulés sous le vernis des bonnes manières.

L’entrée dans le parc Trembley est libre et accessible depuis la Rue Moillebeau, la Rue Pestalozzi et l’avenue Giuseppe Motta. (TPG Bus lignes 3 et 22, arrêt: Trembley, Bus lignes 3 et 11, arrêt: Grand-Pré