Musée d’art et d’histoire, Genève: actualité muséale

Musée Rath, Place Neuve, Genève

Inauguré en 1910, le Musée d’art et d’histoire figure parmi les trois plus grands musées de Suisse et il est le seul à rassembler des collections aussi variées. Fruit de la réunion de plusieurs fonds muséaux régionaux, de dons et de legs de collectionneurs, de fondations et de citoyens au goût éclairé, la richesse du musée est rehaussée par la présence d’oeuvres majeures et de séries uniques qui en font une institution de référence internationale. Peintures, sculptures, estampes, objets historiques… autant de témoignages qui dévoilent la multiplicité des aspects liés à l’évolution de l’art et de la vie quotidienne sur plusieurs millénaires. Le Musée d’art et d’histoire conserve quelque 150 peintures de Ferdinand Hodler, une sculpture, 800 dessins, carnets et estampes ainsi que le mobilier de l’artiste.

Exposition temporaire: AES+F THEATRUM MUNDI du 18 mai au 7 octobre 2018 du Musée d’art et d’histoire, Genève

L’exposition lève le voile sur l’univers du collectif russe AES+F qui se matérialise sous forme de spectaculaires vidéos immersives, de sculptures, de dessins et de peintures numériques réactualisant des formes consacrées de l’histoire de l’art.

Actif depuis 1987, le collectif russe AES+F (Tatiana Arzamasova, 1955; Lev Evzovich, 1958; Evgeny Svyatsky, 1957 + Vladimir Fridkes, 1956, qui a rejoint le groupe en 1995) développe un univers narratif ouvert et foisonnant, mêlant réminiscences classiques (allusions mythologiques ou religieuses, citations de l’art occidental de la Renaissance au XVIIIe siècle) et appropriation des codes esthétiques du monde contemporain globalisé (jeu vidéo, technologie, mode, cinéma…). Depuis The Last Riot, vidéo présentée à la Biennale de Venise en 2007, le cœur de leur travail est constitué de photographies numériques soigneusement mises en scène et faisant appel à de nombreux figurants, à partir desquelles ils génèrent de spectaculaires vidéos immersives, véritables fresques animées contemporaines. Organisée autour de leurs deux plus récentes vidéos, Allegoria Sacra (2001-2013) et Inverso Mundus (2015), l’exposition invite à un spectacle total en proposant un panorama des dix dernières années de cette création baroque et protéiforme.

Vernissage jeudi 17 mai, 18h30.


Année Hodler (1918-2018) – le centenaire de la mort de Ferdinand Hodler

Musée d’art et d’histoire de Genève

Pour marquer le centenaire de la mort de Ferdinand Hodler, les Musées d’art et d’histoire consacrent l’essentiel de leur programmation 2018 à ce grand peintre, rendant ainsi hommage à une figure centrale de leurs collection.  Lancement de la programmation avec deux expositions à Genève: Barthélemy Menn, maître de Hodler du 2 mars au 8 juillet 2018 au Cabinet d’arts graphiques et Hodler intime, une plongée dans la vie du peintre du 2 mars au 30 décembre 2019 dans le cadre de la collection Beaux-Arts revisitée au Musée d’art et d’histoire, Genève. Entrée libre aux deux expositions.

L’un des temps forts des célébrations est l’exposition au Musée Rath de 100 tableaux majeurs autour du thème du parallélisme du 20 avril au 19 août 2018 organisée avec le Kunstmuseum de Berne Hodler//Parallélisme va ensuite être exposé du 14 septembre 2018 au 13 janvier 2019.

A visiter également Hodler et Le Léman du 15 mars au 3 juin 2018 au Musée d’art de Pully avec une première exposition entièrement dédiée aux paysages du Léman, un des sujets de prédilection de l’artiste: Constitué d’une cinquantaine de peintures et de dessins, tous issus de collections privées suisses, l’exposition montrera plusieurs tableaux qui n’ont plus été présentés au public depuis 50, voire 100 ans pour certains.


Hodler//Parallélisme du 20 avril au 19 août 2018 au Musée Rath, Genève

Jean-Yves Marin, Sami Kanaan, Nina Zimmer, Laurence Madeline

Ferdinand Hodler s’est éteint le 19 mai 1918 dans son appartement du quai du Mont-Blanc, à Genève. Pour marquer cette année de centenaire, le Musée d’art et d’histoire s’est associé au Kunstmuseum Bern pour proposer une exposition qui aborde la carrière du peintre d’un point de vue inédit : le parallélisme. Théorie développée par le peintre à la fin des années 1890, le parallélisme s’infiltre dans tous les pans de son oeuvre, des portraits aux paysages en passant par ses peintures d’histoire. En photo Jean-Yves Marin, directeur du Musée d’Art et d’histoire, Genève, Sami Kanaan, Conseiller administratif, Nina Zimmer, directrice du Kustmuseum Berne, Laurence Madeline, conservatrice en chef du patrimoine, Genève.

Une sélection d’une centaine de tableaux (pour les 100 ans du peintre), réunis grâce la générosité d’institutions publiques et privées, ainsi que de collectionneurs en Suisse et en Europe. Ni rétrospective, ni parcours thématique, l’exposition suit les grandes lignes du discours de Hodler, qu’il s’agisse du sentiment de grande unité et de régularité que l’artiste percevait dans la nature, de l’évidente symétrie qu’il identifiait dans le corps humain ou encore du rythme et de la logique qu’il affectionnait dans l’architecture dont il reprend les codes pour composer ses oeuvres monumentales. Le parcours suit 4 sections: Le parallélisme de la nature: les oeuvres démontrent le saisissement que Hodler ressent face à la logique qu’il perçoit dans la nature et dans la figure humaine. Section 2: Trois principes de construction qui dominent tour à tour les oeuvres de Hodler : l’horizontalité, la verticalité et l’opposition symétrique. Section 3: Parallélisme des toiles qui se répondent: La Nuit (1889-1890, Kunstmuseum, Berne) en regard de La Vérité (1903, Kunsthaus, Zurich), révélant ainsi la correspondance entre ses figures qui passent d’une émotion à une autre. Section 4: L’essentiel: le parallélisme impose également une répétition des oeuvres. Tel motif, un massif montagneux, un morceau de lac est repris, soit la même année, avec de menues variantes, soit encore quelques années plus tard dans le même souci de perfectionner une même vision.

Ferdinand Hodler: La Nuit, 1889-1890, Huile sur toile, Kunstmuseum Bern (©Kunstmuseum Bern)

En photo: 1891 Scandale provoqué en 1891 par le retrait de La Nuit de l’Exposition municipale des beaux-arts par les autorités genevoises qui le jugent obscène. Le tableau remporte un grand succès au Salon du Champ-de-Mars à Paris. Le peintre se représente, au centre de la toile, tourmenté par la terrifiante figure de la mort. Ferdinand Hodler (1853-1918) La Nuit, 1889-1890, Huile sur toile, Kunstmuseum Bern, © Kunstmuseum Bern).

Téléchargez l’application gratuite pour l’audioguide izi.TRAVEL.

Ouvert de 11h à 18h, fermée le lundi. Visites commentées à 14h les dimanches: 29 avril, 13, 20 et 27 mai, 10, 7 et 24 juin, 8 et 22 juillet, 12 et 19 août. Mini rendez-vous d’artistes, jeune public samedi 5 mai, 14h à 17h. Visites dansées en famille, dès 6 ans dimanches 20 mai et 17 juin, 11h30 et 15h. Rendez-vous d’artistes dimanches 6 mai et 1er juillet, 14h à 17h, entrée libre. Midi de l’expo les jeudis, 12h30: 17 mai: Nuages, par Adrien Rovero, scénoraphe de l’exposition. – 24 mai: Hodler en atelier: Le Garçon enchanté. – 31 mai: Paysages//Accrochages. – 7 juin: La Nuit et Le Jour, deux chefs-d’oeuvres de Ferdinand Hodler. Nuit des Musées samedi 26 mai, 18h30 et 20h: Voyage en Hodlerie.


Hodler intime, une plongée dans la vie du peintre 2 mars 2018 – 30 décembre 2019 dans le cadre de la collection Beaux-Arts revisitée, Salles permanentes du Musée d’art et d’histoire, Genève

mobilier du quai du Mont-Blanc GenèveEntre 2018 et 2019, l’étage des beaux-arts bénéficiera d’un nouvel accrochage complet de la collection. Entamé avec la partie moderne, de Corot à Christo, il s’achèvera au printemps 2019 avec l’art ancien, de Witz à Calame. Chronologique, ce parcours déroulera un fil du Moyen Âge à la seconde moitié du XXe siècle, ponctué par des espaces réservés à des présentations tournantes laissant aussi la place à des œuvres de la collection graphique. Celles-ci sont inaugurées par deux accrochages printaniers. Articulé autour de citations tirées des notes et de la correspondance personnelles du peintre, Hodler intime met en valeur des œuvres du MAH évoquant l’intimité de l’artiste. Quant à l’accrochage Baigneurs, il s’intéresse à l’évolution du thème de la scène de bain suite au développement des bains de mer durant le premier tiers du XIXe siècle. Au milieu de la pièce le mobilier est réalisé par l’architecte sécessionniste viennois Joseph Hoffmann pour l’apparement au 29, quai du Mont-Blanc à Genève où Ferdinand Hodler a vécu depuis 1913 jusqu’à sa mort.


Barthélemy Menn, maître de Hodler du 2 mars 2018 – 8 juillet 2018 au Cabinet d’arts graphique, Genève

Le peintre genevois Barthélemy Menn, maître de Ferdinand Hodler, est mis en lumière au Cabinet d’arts graphiques du MAH. Ce dernier possède environ 3000 de ses œuvres, parmi lesquelles quelque 130 dessins, aquarelles, peintures d’études et tableaux ont été sélectionnés pour cette exposition. Des prêts importants complètent la présentation. Pour cet élève d’Ingres, dessiner, c’est d’abord comprendre. Il enseigne donc à ses nombreux élèves comment percevoir la forme d’une figure ou d’un objet de tous les points de vue possibles, jusqu’à imaginer leur face cachée. Dessiner, c’est aussi composer. L’artiste met ainsi en scène figures et objets pour les transférer sur une surface plane; revenant sur les mêmes motifs, il développe des variations rythmiques. «Menn, je lui dois tout» reconnaîtra Ferdinand Hodler, le plus célèbre de ses élèves.

Visites commentées les dimanches, à 11h30 – Midis de l’expo les mardis, à 12h30, rendez-vous d’artistes: Le mentor genevois dimanche 8 avril, dimanche thématique le 22 avril, Nuit des Musées samedi 26 mai et animations jeune public.


Cabinet d’Arts Graphiques du Musée d’Art et d’histoire, Genève

Dessins italiens de la Renaissance. Collection de l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf

Visite commentée dans le cadre d’Art en Vieille-Ville

Dessins italiens de la Renaissance. Collection de l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf du 29 septembre 2017 au 7 janvier au Cabinet d’Arts Graphiques du Musée d’Art et d’histoire, Genève.

L’exposition met en lumière les différentes fonctions du dessin et les développements de son usage en Italie aux XVe et XVIe siècles au travers d’une centaine de feuilles prêtées par l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf. Réunit à Rome entre 1737 et 1756 par le peintre Lambert Krahe (1712-1790), cette collection servit notamment à l’enseignement, offrant aux artistes en devenir un accès exceptionnel aux créations de maîtres tels que Corrège, Pérugin, Vasari ou Veronese.

Exposition Genève Musée d'art et d'histoire Cabinet graphiquesInauguration jeudi 28 septembre à 18h. Visites commentées les dimanches, à 11h30. Les dimanches en famille 8 octobre et 26 novembre, à 14h30. Rendez-vous d’artiste dimanche 1er octobre, de 14h à 17h, avec l’illustrateur Kalonji et le graffiti artiste Serval, accompagnés de Maxime Bâchi, tatoueur et graphiste (entrée libre). Concert-pliant jeudi 19 octobre, à 12h30. Midis de l’Expo les mardis, à 12h30: Le dessin de la Renaissance le 3 octobre, Nouvelles techniques et pratiques le 17 octobre, Les dessins de Federico Barocci le 14 novembre, Le choix hypothétique d’un collectionneur le 28 novembre et Têtes et portraits: une nouvelle idée de l’Homme le 5 décembre. Colloque jeudi 30 novembre et vendredi 1er décembre.


Gérald Cramer et ses artistes Chagall, Miro, Moore du 21 octobre 2016 au 29 janvier 2017 au Cabinet d arts graphiques, Genève

Cabinet d arts graphiques, Genève Gérald Cramer et ses artistes Chagall, Miro, MooreA l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Gérald Cramer (1916-1991), une exposition sur sa carrière et son activité comme libraire genevois qui, après la Seconde Guerre mondiale, s’impose sur la scène suisse et internationale comme galeriste et éditeur d estampes et de livres d’artistes. Picasso, Braque, Chagal, Miro, Moore figurent parmi les noms des grands maîtres qu’il a côtoyés, exposés et édités avec avec lesquels il a noué des liens d’amitié. L’accrochage se concentre sur les trois artistes dont il était le plus proche, Miro, Chagall et
Moore, et met en valeur les ouvrages qui ont marqué son activité, forgé sa renommé et qui ont compté parmi les livres d artistes les plus importants après le Seconde Guerre mondiale. Cramer commence son activité en tant que libraire. Pour mettre en valeur son stock d’ouvrages, il prépare des catalogues qu’il dote d une couverture réalisé par des artistes importants. Il demande ainsi à des créateurs de renom (Matisse, Picasso, Miro, Chagall, Chadwick, Moore, Arp, Braque) de lui fournir des maquettes. En 1947, Gérald Cramer se lance dans un projet les plus ambitieux de sa carrière: éditer les poèmes de Paul Eluard, A toute épreuve, en demandant à Joan Miro de les accompagner de xylographies. Outre les planches définitives et celles de la maquette, le processus créatif est mis en lumière par des dessins d études, des pojets rejetés, une suite de planches qui montre la superposition des couleurs dans les différentes étapes d impression d une xylographie ainsi qu’une série de matrices en bois. Marc Chagall est l’un des artistes les plus féconds avec lesquels Gérald Cramer a collaboré tout au long de sa vie et résulte en trois groupes d oeuvres d’ exception qui attestent de la fructueuse collaboration entre les deux hommes: les Poèmes (une édition publiée en 1968 et illustrée de vingt-quatre xylographies, qui a été récompensée en 1970 du Prix Diano Marina), un paravent et une dizaine de monotypes, une technique qui tient à la fois du domaine de la peinture et de l’estampe, suggérée à Chagall par Cramer. Cramer publie plus d une centaine d’estampes de Henry Moore, l’album Elephant Skull, une suite d eaux-fortes autour d’un crâne d’éléphant et la série Sheep qui illustre les moments les plus touchants de la vie des moutons que l’artiste voyait brouter paisiblement ans une champ depuis la fenêtre des son atelier. Heures d ouverture de 11h à 18h, entrée libre